Les Français confinés, les négociations commencent pour un 2e tour des municipales reporté

Actualité
par Jean-Marie Leforestier & Lisa Castelly
le 17 Mar 2020
14

L'exécutif a décidé de reporter le second tour des élections municipales au mois de juin en espérant avoir d'ici là réussi à réguler la crise du coronavirus.

Allocution du président de la République le 16 mars.

Allocution du président de la République le 16 mars.

Emmanuel Macron a donc décidé lundi soir de confiner chez eux les Français pour au moins quinze jours. Les déplacements seront limités au strict minimum pour les achats alimentaires et le travail. Dans ce contexte, le Président de la République a décidé de reporter le second tour des élections municipales. Les électeurs avaient déjà délaissé largement les urnes pour le premier tour ce dimanche. À Marseille, un tiers seulement des inscrits s’est déplacé, dix points de moins qu’à l’échelle du pays.

L’entre-deux tours devrait donc durer plus de trois mois pour un second tour prévu dans la deuxième moitié du mois de juin, selon le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, qui a détaillé les mesures prises après l’intervention du chef de l’Etat. L’exécutif fait le choix, en accord avec les autres familles politiques de conserver les résultats du premier tour, dont ceux qui ont désigné un maire, 80 sur 119 dans le département. Dans les 39 autres, les conseils municipaux sortants et les maires, dont Jean-Claude Gaudin, restent en place. Le conseil métropolitain actuellement présidé par Martine Vassal mixera anciens et nouveaux élus et devra rapidement procéder à l’élection d’un exécutif, a précisé l’ex maire de Forcalquier.

La décision pénalise un certain nombre de candidats qui en privé comptaient sur un nouveau scrutin pour mieux se placer sur le podium, à l’image de Marc Pena, le candidat d’union de la gauche à Aix-en-Provence arrivé troisième le 15 mars. Une circulaire du Premier ministre précisera les modalités, notamment en terme de comptes de campagne.

Le casse-tête des alliances

Pour les candidats toujours en course, la règle change : ils ne doivent plus établir leur liste de second tour avant ce mardi soir à 18 heures. « Ce délai sera repoussé par un projet de loi », a précisé Christophe Castaner. La situation semblait en effet intenable. Ainsi à Marseille, les listes de Martine Vassal doivent toujours composer avec un candidat, le député Guy Teissier, qui est hospitalisé, testé positif au coronavirus. Des membres de la campagne qui l’ont côtoyé sont quant à eux déjà en quatorzaine. L’équipe de Martine Vassal n’a dans ce contexte pas organisé sa traditionnelle réunion de campagne ce lundi.

Ailleurs, sans cas déclaré à cette heure, le coronavirus a aussi bousculé grandement cette période où chaque minute compte pour trouver la bonne formule pour l’emporter dans le maximum de secteurs de la ville et in fine conquérir la mairie centrale. « On ne peut plus se réunir, on est conditionné à l’hypothèse du confinement généralisé, et puis de nos familles à gérer. Il n’y a pas de réunion au local central, plus rien », expliquait-on au sein du Printemps marseillais. Un autre membre d’état-major ajoutait : « Personne n’a la tête aux négociations. Tout le monde a des problèmes familiaux à gérer. Certains candidats qui doivent remplir des formulaires Cerfa ont déjà quitté la ville, c’est ingérable. »

Le nouveau délai devrait donc permettre à chacun de préparer le deuxième tour plus sereinement. Ce lundi soir, les différents candidats ont réagi aux annonces présidentielles en privilégiant l’accompagnement de la lutte contre l’épidémie. « C’est une mesure sage et responsable face à l’ampleur de la crise sanitaire historiquement grave que traverse la France tout entière », a déclaré Martine Vassal. Du côté du Printemps marseillais, la candidate Michèle Rubirola appelait dimanche Emmanuel Macron à « créer toutes les conditions nécessaires pour que les Marseillais puissent voter au second tour. »  Le parti estime désormais que « la santé des Français prime avant toute chose ».

Le Printemps marseillais discute d’abord avec les écologistes

Cela n’empêche pas les alliances de s’esquisser depuis dimanche soir. Tout tourne autour du Printemps marseillais, arrivé en tête, qui est décidé à s’allier à Europe écologie-Les Verts, échange froidement avec Samia Ghali et répond diversement aux appels à l’arc progressiste lancés par Yvon Berland (LREM) et Bruno Gilles (LR). Dans chaque secteur, cette union de la gauche ouverte sur la société civile cherche la bonne configuration de second tour et les alliances pourraient être à géométrie variable. La question d’un retrait dans les 13e et 14e arrondissements pour empêcher le Rassemblement national de conserver la mairie de secteur est clairement posée.

Si la situation est rétablie, il faudra composer dans trois mois avec un corps électoral bouleversé. Dans tous les camps, on s’accorde par exemple pour dire que le Rassemblement national avait largement été à Marseille victime de cette abstention nouvelle.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Jean-Marie Leforestier
Journaliste
Lisa Castelly
Journaliste

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    Existe t’il une étude qui permettrait d’affirmer que le RN aurait été défavorisé, plus que d’autres, par la faible participation, alors que : 1) Il était généralement admis jusqu’ici que l’abstention l’avantageait plutôt ? 2) Son électorat est plutôt jeune, donc moins rétif à se déplacer dans cette période que les électorats de LR ou LREM par exemple ?

    Signaler
    • Zumbi Zumbi

      Je me posais la même question. Cela dit, se posait la question de la stabilisation de cet électorat.
      Plus généralement l’ensemble des règles de fonctionnement de la Cinquième République sont affectées (équilibre-déséquilibre Parlement-Président-Partis, municipalités-métropoles-départements-régions-union européenne) et deviennent illisibles à une partie régulièrement croissante du corps électoral. Entre indifférence et défiance.

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      A Montpellier, ou le RN est traditionnellement fort, il fait un score inférieur à 5 % tandis que le youtubeur Rémi Gaillard tutoie les 10 %. La protestation trouverait elle d’autres refuges ? Voir la saison 3 de Baron noir. Le danger vient rarement de là où on l’attend…

      Signaler
    • Danièle Jeammet Danièle Jeammet

      l’argument qui consiste à dire que l’abstention favorise le RN est faux .. Depuis des années le FN/RN progresse en nombre de voix . Il ne faut regarder seulement les pourcentages mais aussi le nombre de voix pour faire des analyses. Le RN aux dernières présidentielles obtine 11 millions de voix , nombre jamais atteint …Et même aux européennes, malgré une forte abstention ( 49%) il progressait en comparaison aux européennes précédentes ..

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Danielle Jeammet, vous avez raison. Le RN progressait jusqu’ici en nombre de voix en valeur absolue, indépendamment de la participation, ce qui augmentait son score en valeur relative quand la participation était faible. Or on n’observe pas ce phénomène au premier tour des élections municipales. D’où mon interrogation (qui reste entière)…

      Signaler
  2. Opiniatre Opiniatre

    Je fais partie des gens qui font tout pour empêcher le RN de grandir. J’ai voté Chirac, Estrosi, Macron, sans me boucher le nez, n’ayant aucun doute à ce sujet. Demain je voterais au second tour pour n’importe qui opposé à Marine Le Pen : Macron, Xavier Bertrand, Pécresse et j’en passe.
    Mais la situation du 13/14 est singulière, se retirer au profit de Vassal pose un vrai cas de réflexion. Tout d’abord, ce fameux front républicain est à sens unique. Vassal n’aurait jamais retiré sa liste si le PM était second, elle a fini sa campagne sur le mentra « contre les extrêmes », mettant le RN et le PM en équivalence. D’autre part, laisser le 13/14 au RN veut dire probablement abandonner la mairie centrale à Vassal. Or autant une mairie de secteur est un enjeu symbolique vu le peu de pouvoir qu’elle détient, autant laisser 6 ans la mairie centrale à cette équipe dont on connait le bilan écologique, social, la situation des écoles etc… c’est nettement pire que de risquer que Ravier ne se pavane dans une mairie de secteur.
    Hypothèse : proposer à Vassal une liste tous sauf Ravier, regroupant toutes les autres listes au prorata, afin que les 16 conseillers municipaux représentent de manière proportionnelle chacune de ces listes ?
    Si elle refuse, lancer une alliance spécifique pour ce quartier PM UNIR Ghali LREM Gilles. Potentiellement 46% des voix, même si on sait qu’on n’addititonne pas facilement les électeurs.
    Bon, vous avez trois mois pour inventer une solution.
    Restez chez vous !

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      En effet il n’est pas certain que le retrait de David Galtier soit la meilleure option car il fixe beaucoup de voix à droite qu’il est peut-être préférable de neutraliser par un maitien…

      Signaler
    • petitvelo petitvelo

      Le « vote utile » en faveur de LR à la région a montré tout le retour qu’on peut en attendre. De plus entre un RN déjà présent et simplement reconduit, à un poste avec très peu de pouvoir , et une mairie centrale et une métropole rempilant avec la même majorité :il y a peu de place à l’hésitation.

      Signaler
  3. Danièle Jeammet Danièle Jeammet

    et si avant de proposer des listes communes avec la droite extrême, se retirer on interrogeait les listes sur leur positionnement concernant la loi Asile et Immigration de Macron, l’accueil des réfugiés, l’accueil des Mineurs Isolés .. L’anti racisme n’est pas une affaire d’élections et de combinaisons mais de choix clair et affirmé . Regardez les politiques de Vassal, Gilles, et LREM sur cette question et vous serez horrifiés tant ils font le jeu du RN. De même Ghali qui un jour tient des propos racistes sur les Roms afin de flatter un électorat fait le jeu du RN ..

    Signaler
    • Opiniatre Opiniatre

      Je n’aime pas les positions de Vassal, Gilles, LREM et Ghali, mais si vous mettez tout au même niveau, vous vous retrouverez vite avec le pire. Demandez aux gens qui subissent la dictature ou le facisme, en Turquie, en Syrie, en Russie. En 33, les communistes allemands assimilaient les socialistes aux nazis, on connaît la suite.

      Signaler
  4. Brallaisse Brallaisse

    Nous connaissons tous les positions de Pierre, de Paul ou bien de Jacques sur cette question . Recentrez vous sur le débat municipal. Nous savons tous que la mairie Sudiste actuelle au sens géographique et politique du terme fait tout pour défavoriser les Nordistes.Alors , VIRONS cette équipe et pas mal de problèmes ou du moins une partie (logement, écoles) seront réglés , ce qui serait pas mal,et après nous discuterons du sexe des anges.

    Signaler
  5. Titi du 1-3 Titi du 1-3

    Ce report est inquiétant pour Michel Amiel sénateur élu comme guériniste puis macronien pour finir divers centre (pour le moment), en effet sur sa liste aux Pennes Mirabeau une certaine Colette Dubois 92 ans !

    Signaler
  6. Bibliothécaire Bibliothécaire

    Et surtout, la municipalité a-t-elle des pouvoir limités pendant ce délai ? C’était déjà le grand n’importe-quoi ces derniers mois, j’imagine pas ce qui doit se passer dans leurs têtes s’ils ont peur de perdre la mairie !!!

    Signaler
    • petitvelo petitvelo

      A la soupe !

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire