Les embarrassantes boues rouges de Mange-Garri

Enquête
Clémentine Vaysse
21 novembre 2016 0

Avec l'arrêt des rejets en mer des boues rouges, Alteo stocke désormais à ciel ouvert les résidus solides de son procédé de fabrication. Deux rapports sont attendus d'ici la fin de l'année sur la toxicité des poussières issues de ce site de Mange-Garri pour les riverains qui les respirent.

De sa terrasse à flanc de colline, Abdellatif Khaldi aime décrire les silhouettes à l’horizon : « Là c’est le Luberon, ici l’aqueduc de Roquefavour. D’habitude, il est possible de voir aussi le Ventoux ». Ce quartier de Bouc-Bel-Air où il habite depuis une vingtaine d’années jouxte Mange-Garri, une trentaine d’hectares qui appartiennent à l’usine Alteo de

CE CONTENU EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS DU JOURNAL

Abonnement à partir de 4,99 €/mois. Déjà abonné ? pour lire cet article.

DÉMARREZ VOTRE SEMAINE GRATUITE

Profitez sans limite de tous nos contenus et services en temps réel
Rejoignez l’Agora de Marsactu pour discuter, partager et publier
Défendez à nos côtés l’indépendance de votre journal




6
commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire ou voir un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire