Les dessous du licenciement pour faute grave de la directrice générale de Marseille habitat

Enquête
le 14 Oct 2022
15

Un an après une arrivée mouvementée, la directrice générale de la société d'économie mixte, filiale de la Ville, est licenciée pour faute grave. La cause principale de ce limogeage repose sur des travaux entrepris avec retard dans un taudis détenu par Marseille Habitat. La Ville lui reproche également de s'être auto-augmentée.

La façade du 197 avenue de la Capelette, murée depuis plus de dix ans. (Photo : David Coquille).

La façade du 197 avenue de la Capelette, murée depuis plus de dix ans. (Photo : David Coquille).

Le torchon brûlait depuis des mois entre la directrice générale de Marseille Habitat, Virginie Delormel et la Ville de Marseille, actionnaire principal de cette société d’économie mixte, spécialisée dans le traitement du logement indigne. Et c’est un bâtiment en péril qui a précipité son départ, déjà révélé par le journal spécialisé, TPBM, mais dont les […]

Cet article est réservé aux abonnés au journal

Vous seul garantissez notre indépendance Offres d'abonnement à partir de 1€ Poursuivez votre lecture et rejoignez la communauté JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Brallaisse Brallaisse

    Après lecture de cet article, je ne sais qui a tort, qui a raison mais cela reste un sacré sac de nœuds. La justice tranchera.
    Mais la réflexion de la personne incriminée résume bien la situation locale : ” Ça c’est Marseille “.
    Ite missa est.Tout est dit.

    Signaler
  2. diasdominique diasdominique

    16 jours pour réaliser une mise en sécurité demandée sous 15 jours c’est pas parfait, mais c’est performant. Le retard aurait pu être sanctionné par un rappel à l’ordre ou une amende.
    En faire une « faute grave » justifiant ce licenciement fracassant, c’est complètement disproportionné. Et quand on connait le passif de la gestion calamiteuse de Marseille Habitat et de la Ville sur ces sujets avant l’arrivée de cette DG, c’est ahurissant.
    L’élue assume une sanction techniquement disproportionnée qu’elle a pris « surtout au regard de l’histoire ». Donc on charge !

    On a donc la Ville qui, on ne sait pas pourquoi, voulait rompre avec Virginie Delormel et lui a annoncé fin avril en proposant une rupture conventionnée. Audrey Gatian qui justifie aujourd’hui sa décision par une broutille d’un courrier à la préfecture qui aurait déplu.
    Ensuite pendant que la négociation de la rupture se bloque sur le montant de l’indemnité, la Ville avance d’autres griefs. Jusqu’à monter en épingle ce jour de retard sur ces travaux de mise en sécurité en plein mois d’août.
    Et puis en rajouter encore jusqu’à cette semaine même, et par voie de presse !
    Pourquoi Audrey Gatian raconte-t-elle à Marsactu ce mercredi qu’il y aurait un trou de 3000 euros dans le solde de tout compte de Virginie Delormel établi le jour même ?
    Le lynchage administratif de la DG n’étant pas assez solide, on a ressenti le besoin de le renforcer par un lynchage médiatique ?
    C’est pas joli-joli tout ça.
    Et les Marseillais ne connaitront pas le plan « Marseille Habitat Demain », mais encore une affaire de limogeage foireux qui font si bien fuir les talents de cette Ville. Et qui remet en panne Marseille Habitat.

    Signaler
    • RML RML

      L article dit qu elle a entrepris les travaux le 16e jour. Cela ne veut pas’dire qu ils étaient finis.

      Signaler
    • diasdominique diasdominique

      Le 16ème jour, soit le 12 août, un journaliste observait que “un filet de protection a été posé ce matin sur la corniche instable qui exposait les passants”, et Audrey Gatian elle-même à répondu :
      “La visite du bureau d’études a eu lieu le 5 août. Les travaux de sécurisation suivent évidemment avec la pose d’un filet + nouveaux travaux à l’intérieur. Aucun laxisme.” (à lire vous même sur https://twitter.com/AudreyGatian/status/1558080752767705089)

      A l’époque l’élue défendait même Marseille Habitat d’avoir engagé l’opération de sécurisation dès le 5 août, c’est à dire dans le délais prescrit, la sécurisation pour le risque pour les passant n’intervenant effectivement que le matin du 16ème jour…

      La question n’est pas de savoir s’il faut étirer la “faute” de 2 ou 3 jours de retard en plus (et pour quoi ? pour mieux crier que c’est GRAVE-GRAVE-GRAVE comme un Deschiens ?).

      Non la question est de savoir pourquoi ce revirement de l’élue, pourquoi la Ville s’est mise à monter en épingle une “faute grave” au point de décapiter son principal outil de la lutte contre l’habitat indigne et de participation au PPA du centre-ville ?

      Je n’ose imaginer que ce pourrait être tout bêtement pour ne pas avoir à payer l’indemnité de la rupture conventionnelle. Car la lutte contre l’habitat indigne était une priorité du programme du PM et que décapiter MH à 6 semaine des futurs Etats Généraux du Logement c’est plutôt une tuile.

      Signaler
  3. zaza zaza

    Elle a été recrutée comment cette personne ? Mars 2021 c’est le PM qui dirige la Mairie et je pense qu’Audrey Gatian a eu son mot à dire.

    Signaler
    • Luciole Luciole

      Recrutée par l’élue PM donc ?

      Signaler
  4. Patafanari Patafanari

    Une phrase de Audrey Gatian (sortie de son contexte): « Mon engagement au sein d’Osez le féminisme fait de moi un relais dans ce combat. Je rencontre régulièrement des femmes en plein désarroi« ). Elle parlait de « mettre à la disposition de femmes victimes de leurs conjoints des solutions d’hébergement transitoires, le temps pour elles de se reconstruire. » Apparemment son soucis de sororité ne s’étend pas jusqu’à Virginie Delormel.

    Signaler
  5. Felibrige Felibrige

    Test

    Signaler
  6. ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

    Quand même, elle a fait installer une salle de sport dans les locaux de Marseille Habitat. Cela vaut bien une auto augmentation de 800€, un 13e mois pile au moment des congés d’été et une prime de départ de 15 mois.
    Si la municipalité n’est pas toute blanche (pourquoi l’avoir recrutée ? Pourquoi l’avoir laissé s’auto-attribuer un logement ? etc.) cette Virginie Delormel s’est cru directrice exécutive d’un géant du pétrole…
    https://www.marseillehabitat.fr/marseille-habitat-le-bien-etre-des-collaborateurs-est-une-priorite/

    Signaler
  7. Lissia Lissia

    Merci Brallaisse, vous résumez tout à fait mon sentiment : on n’arrive pas à faire la part des responsabilités de l’une et de l’autre.
    Et même, j’ai le sentiment qu’on voudrait noyer un poisson derrière cette “affaire” qu’on ne s’y prendrait pas autrement.
    De toute façon, toutes les accusations, allégations, sous-entendus et approximations seront mis à plat par les avocats. Donc attendons sereinement des informations fiables.

    Signaler
  8. RML RML

    Je suis assez surpris des commentaires…on dirait comme l intéressée que personne ne comprend où elle a merdé? Mais sur tout en fait et globalement sur la manière de voir son travail et son investissement.
    Et sur ce point, il est tout à fait normal que la Ville veuille s en désaisir.

    Signaler
  9. Lissia Lissia

    Merci RML de votre commentaire : vous semblez drôlement bien renseigné ! Perso, c’est Marsactu qui m'”informe”, et je commente sur ce que je lis uniquement

    Eh bien, en relisant attentivement cet article, il semblerait que le départ de la directrice serait une bonne aubaine pour recruter une personne de confiance, et efficace, qui ne commettrait pas la “faute grave” de mettre 3 jours de plus que prévu à faire réaliser, en plein mois d’août, des travaux de mise en sécurité sur un immeuble dont la société Marseille Habitat est “propriétaire depuis plusieurs années “, soit bien avant l’arrivée de la directrice, si je lis bien.
    Quant aux informations sur la “substantielle augmentation” (…) “sans en référer à la présidente” que la directrice se serait accordée, car “en tant que mandataire, [elle] peut prendre des décisions de cet ordre”, on a du mal à repérer où se situe exactement la faute. (Ou alors peut être qu’ une augmentation n’était très opportune au moment où elle a lieu ????).
    On va surement y voir plus clair quand la procédure aura avancé aux Prud’hommes, ou au tribunal.

    Signaler
    • jo147 jo147

      Vous oubliez la question du logement social octroyé à la DG en mode coupe-file. Ca + le reste ça commence à faire pas mal non ?

      Signaler
  10. petitvelo petitvelo

    voilà qui éclaire le mouvement de protestation de certains cadres municipaux sur une forme d’ingérence de certains élus.

    Signaler
  11. didier L didier L

    Bizarre … pas très clair en tout cas

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire