Les communistes créent une agence régionale de l'eau. Mais pour quoi faire ?

À la une
le 10 Juin 2011
4

 

Gérard Piel et Jean-Marc Coppola lançaient ce jeudi leur Agence régionale de l’eau. Que ces conseillers régionnaux communistes soient favorables à la gestion publique de l’eau, on le savait déjà. On peut même ajouter que le programme national du PCF prévoit la nationalisation des trois grandes multinationales Saur, Suez et Veolia. Non ce qui était nouveau, c’était cette fameuse structure, officiellement baptisée Espace public régional de l’eau. Sa création a été actée en séance plénière du Conseil Régional Provence Alpes Cote d’Azur en avril dernier.

La région Paca rejoint ainsi l’Auvergne, seule pour le moment à s’être engagée dans cette voie. Le but : faire la promotion de la gestion publique sur le territoire et offrir « des cellules grises », « une expertise juridique et technique » aux mairies ou aux communautés urbaines décidées à opérer ou intéressée par un retour en gestion directe.

Où sont les socialistes ?

Car la région n’a dans les textes aucun pouvoir sur la gestion de l’eau. Les initiateurs s’appuient sur le rôle de celle-ci dans l’aménagement du territoire (qui apparaît dans ses compétences) pour prendre en main le dossier. De fait, ils seront tributaires des demandes qui leur seront faites. Déjà, « une quinzaine » se serait fait jour. Mais ce n’est pas gagné pour ces partisans de la municipalisation de l’eau. Dans le département, l’agglo d’Arles, la communauté urbaine de Marseille (MPM) et Les-Baux-de-Provence viennent, ou sont sur le point de confirmer la délégation de ce secteur aux entreprises privées.

Trois collectivités à majorité de gauche dont une (Arles) est même communiste. Alors, cette agence ne serait-elle qu’un château d’eau de belles paroles? Non, non, non, jure Jean-Marc Coppola : « Arles a des problèmes de trésorerie qui datent d’avant notre arrivée. Regardez Gardanne, Aubagne… Eux sont en gestion publique ! »

Mais que va faire concrètement cette Agence ? « De la prestation de services par convention avec des collectivités car aujourd’hui, il n’existe pas de cabinets indépendants », répond Piel, mais ils ne feront en revanche pas d’audit technique des réseaux. L’agence régionale pour l’environnement apportera son concours dès que possible mais ne pourra clairement pas vérifier, par exemple, si les renouvellements de réseaux provisionnés ont été oui ou non effectués par le délégataire. Avec 500 000 euros annuels de budget, on a simplement de quoi régler « les salaires des six fonctionnaires et quelques frais annexes et la création d’un observatoire et d’un portail Internet du service public de l’eau » poursuit Gérard Piel.

Mais le chef de file des communistes à la Région, Jean-Marc Coppola n’en démord pas : « c’est un projet innovant pour une question qui se fera de plus en plus prégnante avec la révision obligatoire des contrats avant 2015. » Les socialistes semblent moins convaincus. Hier, aucun d’eux n’étaient présents à la conférence de presse. Du coup leurs alliés se sont chargés de rappeler à plusieurs reprises que la création de cette agence de l’eau correspondait à un « engagement de Michel Vauzelle en 2010 ». Une promesse qu’il tient donc… a minima.

–>  Eau : Marseille Provence métropole partie pour une nouvelle décennie de privé

 

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. oh coco oh coco

    titre racoleur et tendancieux ! c’est le conseil régional qui se dote de cette “entité” votée en plénière par la majorité (PS, EELV et front de gauche réunis) même si la présidence en revient à un élu PC

    Signaler
  2. JM Leforestier JM Leforestier

    Bonsoir
    Racoleur je ne crois pas, tendancieux peut-être effectivement. Mais il faut bien admettre que les communistes semblent bien seuls dans cette histoire… Même les écologistes n’étaient pas présents hier. Preuve à mes yeux que le sujet ne suscite pas un grand enthousiasme…

    Signaler
  3. Casanovette Casanovette

    L’eau, me semble-t-il, est un sujet assez important, pour mériter que l’on ignore le “peu d’enthousiasme” qu’il suscite … voir, qu’on le méprise !

    Signaler
  4. Carla2marseille Carla2marseille

    Heureusement que Caselli et sa bande ne sont pas elus au Conseil regional, ils auraient ete bien embete pour voter puisque qu ils veulent redonner la gestion de l eau de Marseille aux grands groupes prives. Michel Vauzelle , socialiste, veut le retour a la gestion publique alors que Caselli lui aussi socialiste ( enfin il parait! ) favorise les groupes prives. Que comprendre si ce n est que les positions des uns et des autres varient en fonctions de leurs interets politiques. J attends de voir ce que va faire monsieur Mennucci au moment du vote a la cum puiqu il est visiblement proche a la fois de Vauzelle et de Caselli et qu il a largement defendu la gestion publique

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire