Objets d’une enquête administrative, les musées marseillais ferment toujours sans prévenir

Actualité
Benoît Gilles
7 Déc 2017 27

Depuis novembre, le muséum d'histoire naturelle est fermé faute de personnel en nombre suffisant pour accueillir le public. Ce nouveau fait souligne les errements de la gestion des musées, alors qu'une enquête interne est toujours en cours. La gestion des personnels devrait être remise à plat.

Exposition Jack London à la Vieille Charité.

Exposition Jack London à la Vieille Charité.

“En raison de contraintes techniques, le muséum est fermé provisoirement aux publics individuels en visite libre”, peut-on lire sur le site de la Ville. Peuplé d’animaux empaillés, de fossiles et autres squelettes, le muséum d’histoire naturelle est un des musées préférés des familles. Il devait accueillir une nouvelle exposition provisoire sur les animaux dans la ville en novembre. “Une très jolie exposition”, plaide Anne-Marie d’Estienne d’Orves, l’adjointe à la culture. Mais pour l’heure, personne n’a pu la voir, si ce n’est “les groupes encadrés sur réservation”. La raison ? “Des congés maladies en cascade qui nous ont empêché d’accueillir le public dans des conditions de sécurité optimales”.

De source syndicale, trois caissières auraient effectivement été contraintes de déposer des arrêts-maladies, obligeant le musée à fermer ses portes au public. “Cela décrit bien la situation dans laquelle se trouvent les musées, constate Jean-Luc Zanlucca, secrétaire général du syndicat SDU-FSU qui travaille lui-même dans les musées. Il n’y a pas assez de personnel pour permettre une ouverture normale des musées. Cela arrive au muséum mais c’est aussi le cas régulièrement au musée d’histoire, ou à la Vieille charité.”

Musées fermés

Le syndicaliste prend également en exemple le mémorial de la Marseillaise que la Ville a repris dans son giron en décembre 2013. “Deux fois par semaine, des personnels du musée d’histoire sont détachés pour permettre son ouverture mais le plus souvent, ils ne sont pas assez nombreux et le mémorial reste fermé”. Situé dans un ancien bunker sous le fort Saint-Jean, le mémorial des camps de la mort est lui toujours fermé. Tout comme l’ancien hôtel particulier, Grobet-Labadie fermé depuis fin 2013, excepté pour les publics scolaires. Une autorisation de programme pour des travaux d’un montant de 750 000 euros doit être voté lors du conseil municipal de lundi. Elle doit être couverte à 80 % par une subvention du département.

Deux autres musées s’ajoutent à cette liste, heureusement de manière plus provisoire. Le musée Cantini a fermé avec la fin de l’exposition “Une maison de verre”, fin septembre. Le musée d’art contemporain (MAC) doit également fermer pour des travaux d’étanchéité et de mise aux normes de son système anti-incendie à l’issue de la très belle exposition hip-hop. “Mais ces musées vont rouvrir au printemps pour la saison MP 2018, souligne Anne-Marie d’Estienne d’Orves. Ces travaux sont justement nécessaires pour accueillir le public dans les meilleures conditions possibles.” Elle promet également “la gratuité totale du muséum durant les vacances de Noël pour compenser cette regrettable fermeture”.

Du nouveau sur l’enquête administrative

Il y a d’autres travaux dont l’élue à la culture ne s’enquiert que peu. Ce sont ceux de l’inspection générale des services de la Ville. À la suite d’une série de courriels anonymes d’un certain Arthur Gordon, la direction générale des services avait lancé une enquête interne pour vérifier les allégations de celles ou ceux qui se présentaient comme des agents de surveillance des musées et pointaient des détournements de fonds voire des emplois fictifs. “Je pense qu’elle suit son cours”, esquive l’élue à la culture.

L’élu CFTC/CFE-CGC Ludovic Bedrossian a posé la question en ouverture du dernier comité technique, l’instance paritaire qui réunit représentants syndicaux et de l’administration. “Je souhaitais savoir où en était cette enquête et surtout que ses conclusions soient rendues publiques à l’issue”, explique-t-il. Le directeur général des services, Jean-Claude Gondard n’a pas souhaité répondre. Il n’a pas souhaité le faire d’avantage auprès de la presse.

Trois agents ciblés

Mais dans les couloirs de la Ville, on peut entendre des bruits plus précis. Sur les onze agents visés par l’enquête administrative (dont trois cadres des musées), cinq ont été mis hors de cause. Trois en revanche ont retenu l’attention de l’inspectrice générale des services du fait d’absences répétées et chroniques “mais tout cela ne fait pas une affaire”, ajoute-t-on en réponse aux accusations anonymes.

Quoi qu’il en soit, l’affaire aura au moins eu l’intérêt de souligner les difficultés de gestion des musées. Souvent reclassés d’autres services, les agents municipaux s’y sentent le plus souvent livrés à eux-mêmes sans vraie perspective d’évolution de carrière. “C’est le mouroir de la ville”, entend-on régulièrement dans la bouche des gardiennes de musée. Or, la direction des musées envisage de revoir le management des musées en donnant plus d’autonomie aux conservateurs qui gèrent chacun des musées tout en les formant aux techniques de management. Cela passe également par une mise à plat de la gestion du personnel, des congés ou du travail du dimanche. Car c’est souvent par là que s’immiscent les passe-droits. Cela ne mettra pas plus de fonctionnaires dans les salles ni ne changera la politique de la ville qui, depuis des années et malgré des fonds intéressants, a fait de ses musées le parent pauvre de l’action municipale.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

L’inéluctable fermeture de la centrale à charbon de Gardanne
Ouvrir la voie du dialogue, après les déclarations de principe. Les élus du pays de Gardanne, maire, parlementaires et représentants des collectivités étaient vendredi...
L’opacité du méga contrat de l’eau de Marseille à nouveau critiquée
Pour sa première séance en tant que présidente de la métropole Aix-Marseille Provence, Martine Vassal (LR) a trouvé en tête de l'ordre du jour...
Accusé de construire sans autorisation, Ricciotti plaide le génie sans limite urbanistique
"Ce qui fait la renommée de tous mes projets, c’est leur dimension expérimentale". Rudy Ricciotti, Grand prix national de l’architecture en 2006, auteur du Pavillon...
À Marseille, l'”ancien monde” ne craint plus La République en marche
Poignées de main chaleureuses, cigarillo aux lèvres, petites blagues décontractées, Dominique Tian est ici chez lui et il entend bien le montrer. Vendredi 12...
Martine Vassal bricole un agenda environnemental à un milliard d’euros
Moins d'un mois. C'est le temps record qu'il aura fallu aux équipes de la métropole pour se greffer sur l'agenda environnemental du conseil départemental....
Les premiers arbres de La Plaine tombent malgré la résistance
La pluie tombe, les arbres aussi et certains manifestants pleurent en voyant les premiers tilleuls chuter dans un grand crac sinistre. Ils hurlent aussi...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire