Le PS discute de son projet pour 2012 avec les militants

À la une
le 18 Mai 2011
5

Alors que les remous de la commission Richard et des affaires sont encore tout frais, et avec plus récemment le choc DSK, le PS13 n’a pour autant modifié son tableau de marche dans la perspective de 2012. C’est donc mardi, comme prévu, que s’est tenu le débat sur le projet socialiste au siège de la fédé à Marseille.

Malgré l’incarcération de Dominique Strauss-Kahn, candidat potentiel aux primaires, Jean-David Ciot, premier secrétaire fédéral par intérim, assure que bien entendu «ça n’empêchera pas le PS d’être une alternative pour 2012. Martine Aubry a toujours considéré que nous gagnerons grâce à nos idées. Quel que soit le candidat qui portera le projet».

Trois axes

Alors qu’en est-il de ce projet ? C’est le fabiusien Guillaume Bachelay, secrétaire national à l’industrie et aux NTIC, vice-président de la Région Haute-Normandie et surtout «pilote» de la Convention du Projet, qui s’est chargé d’en tirer les grandes lignes. «Il s’agit pour nous d’être à la hauteur des attentes de changement, d’efficacité et de justice des Français. Nous sommes actuellement sur une double-pente : un sentiment de déclassement personnel et collectif», lance-t-il.

Pour remédier à cela il propose trois grands axes de travail. Un redressement productif, basé sur la relance de la recherche, de l’emploi et de l’innovation notamment avec la création d’une Banque publique d’investissement. Deuxième axe, un retour à la justice sociale. «Avec Sarkozy, ce sont les bénéfices pour quelques-uns et des injustices et des sacrifices pour tous les autres» martèle-t-il. Beaucoup de mots, mais tout de même quelques orientations plus précises : refonte des rythmes scolaires et des programmes, lutte contre les déserts médicaux et retour de la police de proximité sont préconisés. Le dernier volet du projet entend «rassembler les Français et retrouver la promesse républicaine». Avec notamment au menu abrogation de la réforme territoriale et droit au mariage et à l’adoption pour tous les couples. Vous avez jusqu’à 2012 pour en juger ici.

Un successeur à Mitterrand

Si ce programme est une clé de la victoire pour 2012, la condition sine qua non reste le rassemblement de la gauche et des écologistes pour Guillaume Bachelay. «Sans ce rassemblement, c’est impossible, a insisté le «Guaino de la gauche» (un de ses surnoms au sein du PS). Quand la gauche est rassemblée elle peut gagner. Quand elle est dispersée, c’est la défaite et la déception. Il s’agit pour nous de trouver mieux qu’en remplaçant à Sarkozy, mais un successeur à Mitterrand». C’est peut-être le plus grand chantier du PS pour les présidentielles : recréer un lien avec ses partenaires de gauche qui, au fil des années, poussent à gauche quand le parti socialiste tend à se «centriser».

Un besoin d’unité qui semble aussi tenir à coeur des militants – que nous avons pu rencontrer seulement à la sortie du débat initialement ouvert à la presse, mais qui est finalement devenue indésirable au bout de quelques minutes. Selon eux, elle est indispensable, mais pas à n’importe quel prix : «Nous avons des différences avec les autres partis de la gauche, mais nous devons dialoguer, admet Jean-Michel, militant de la section 305. Mais en tant que plus grand parti de gauche, si nous devons avoir une base programmatique commune, il faudra qu’elle soit constituée à 80% de nos idées et que nous prenons 20% des leurs». 1981 et le programme commun trottent dans toutes les têtes au PS. Pas sûr que les autres acteurs de la gauche en pensent autant.

Pour l’instant, le projet doit être voté jeudi au sein des sections départementales avec de possibles amendements des militants.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. druide67 druide67

    Effectivement,peut être que les idées du PS vont les sauver. Car pour ce qui est du comportement, on est loin du compte, entre les affaires Marseillaises et les affaires New Yorkaises, drôles de gens de gauche!

    Signaler
  2. patm patm

    Monsieur , il ne faut pas tout confondre, affaire Marseillaise, et autre DSK
    Nous somme , pour sortir du systéme de droite , qui enléve touts les aquis sociaux
    Vivre avec 410 Euros par mois ????
    A 56 ans
    Dite moi comment faire ?

    Signaler
  3. jm13 jm13

    ce n’est pas parce que des personnes sont misent en examen ! la présomption d’innocence doit primer et ne pas impliquer tout les militants du PS. Dans quel pays sommes nous?:
    la République française?

    Signaler
  4. Carla2marseille Carla2marseille

    Plus de 60% des sympathisants de gauche en faveur de Hollande pour les primaires: on peut supposer que le comite de soutien a DSK ( mennucci, caselli, Andrieux) va rapidement se transformer en comite de soutien a Hollande! ça s appelle le flair politique

    Signaler
  5. liseron duveteux liseron duveteux

    Décidément,que doit-il se passer pour que les camarades militants socialistes,se scandalisent et disent, NON ! ».
    Qu’avait prévu de vous proposer le PS parisien…

    Dominique Strauss Khann, HEC, ENA, et j’en passe..
    Qu’est-il obligé de vous proposer…
    François Hollande…ENA…
    Martine Aubry… ENA
    Ségolène Royal…ENA
    Fabius peut-être…ENA

    Ou est-ce que vous voyez des gens de gauche là…!
    Désolé pour vous patm,ce n’est pas avec ces gens là que votre condition changera.

    Je ne vois là, uniquement des représentants de l’Etat.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire