Le ni-ni de Diouf change la donne de son mouvement

À la une
le 25 Mar 2014
28

Pape Diouf et ses colistiers sont à la fois sur scène et dans la pénombre, uniquement éclairés par des lustres en plastique, imitation de la version en cristal que l'on trouve dans les salles à manger bourgeoises. D'ordinaire, les salons de la Magallon servent aux fêtes communautaires et aux mariages. Pour les militants de "Changer la donne", cette salle du 15e arrondissement est devenue un symbole de leur mouvement, celle où ils ont tenu leur première réunion publique de présentation de leur "contrat citoyen".

Au lendemain du second tour, ils espèrent qu'elle sera le lieu de naissance d'un mouvement politique permanent. "Pour être acteur de la transformation de notre ville", formule Pierre-Alain Cardona, directeur de campagne du candidat. C'est lui qui a imaginé ce type de réunion "née de l'éducation populaire", façon université du citoyen de Jo Ros. Toujours comme pour un mariage, les colistiers sont réunis autour de tables rondes où ils sont censés discuter les propositions collectives. Sauf que ce coup-ci, l'annonce de Pape Diouf n'est pas passée par ce mode de débat horizontal.

Lignes de fracture

Les têtes de liste de secteur se sont réunies la veille et au lendemain du premier tour pour déterminer leur attitude pour le second. Sans passer par un vote ou un débat militant. "On nous propose de fusionner nos listes avec celles de Patrick Mennucci. C'est nous allier pour perdre et accepter de renoncer à nos principes sur le non cumul, le refus du clientélisme et de la corruption", assène Pape Diouf. "Tu es un homme, Pape !", lui lance un de ses colistiers du 13/14 dans les applaudissements. Le leader sera tout aussi clair sur le FN : "On va nous dire que nous favorisons la montée du FN. Ce n'est pas nous avons enfanté ce monstre, ce sont eux. Ce sont eux qui agitent la peur des gens et se servent du FN pour être élu ou réélu"

Sébastien Barles a le visage fermé. Comme Michèle Rubirola tard dans la nuit, il va appeler à battre la droite et l'extrême droite. Car la position qu'exprime Pape Diouf ce lundi soir est loin de satisfaire l'ensemble des autres têtes de liste même si une majorité d'entre eux la soutient. Le lendemain, sur Twitter, Barles redira le désaccord qu'il affirme devant la presse au pied de la tribune. "Ce qui me gêne, c'est le relativisme, conteste le conseiller municipal EELV sortant. On ne peut pas mettre un signe égal entre le FN, l'UMP et le PS". Lui qui a contribué à créer le mouvement citoyen à travers les Gabians, puis le Sursaut, puis à faire venir Pape Diouf en chef de file est amer. Il ne croit pas à la transformation du mouvement après les municipales : "On a quitté le champ politique pour entrer dans le sociétal. Nous avons besoin de sentinelles élues pour nous dire ce qui se passe dans les institutions. Moi, je rêvais d'une tête de liste de Diouf dans les 13/14 à la place de Garo Hovsepian. On aurait pu faire de ce secteur notre laboratoire avec Pape en maire de secteur"

Mais voilà, ce dernier ne voulait ni d'une alliance, ni d'un strapontin. Du reste, rien ne dit que le PS aurait cédé la tête de liste à un candidat qui n'a pas passé la barre des 10% dans son secteur. En tout cas, Diouf est soutenu dans sa démarche par ses colistiers, unis autour de "Génération marseillaise", le mouvement initié par Haouaria Hadj-Chick à l'issue de son éviction des listes Front de gauche. "La cassure n'est pas tant entre élus et non élus. Elle est entre gens du Nord et du Sud ou du centre, analyse Sébastien Barles. Il y a ancrée une vraie souffrance liée au clientélisme et ils ne veulent plus de ça. Pour ma part, je ne peux pas ne pas appeler à faire barrage au FN. Je ne peux pas souscrire au symbole du « tous pourris »". Plus tard dans un communiqué, il parlera d'un risque de "suicide collectif".

"Ce n'est pas ça la démocratie"

Autour de lui, des colistiers du 1/7 opinent. Eux aussi comprennent les raisons de ce choix "cohérent" mais contestent le mode "non démocratique" et sont sceptiques sur la suite du mouvement. Ils seront quelques uns à quitter la salle après la prise de parole de Pape Diouf. Ils valident tous le "désaccord fécond" qui prévaut à leur débat mais campent de part et d'autre de cette ligne de fracture.

Pendant ce temps, les discussions se poursuivent avec la salle, plutôt studieuses, même si ces désaccords traversent la salle. Un candidat du 4/5 demande la parole : "Je suis un peu dépité du tour que prend notre mouvement. La démocratie, ce n'est pas ça. Nous n'avons pas eu le temps de nous entretenir avec nos têtes de série (sic) et on nous annonce une position qui n'a pas été discutée collectivement. On a accepté beaucoup de choses du fait des circonstances de la campagne, notamment les tentations d'une campagne présidentielle mais il faut que la parole circule à la base". C'est Pape Diouf lui-même qui prend le micro pour répondre à cet "ami qu'il n'a pas compris". Pour lui, la forme de la démocratie participative "si ce vocable a encore un sens" a été respectée.

Pourtant d'autres candidats et militants vont exprimer la même déception sur le mode de décision. "Je suis choquée qu'on prenne comme un exemple de démocratie une décision qui a été prise par un groupe de personnes", déclare une candidate dans le 13/14. Là encore, Diouf répond : "Il y a chez nous des règles, des convictions et des principes. Selon celles-ci la décision que nous avons prise ne confine pas à l'étonnement. Le contraire aurait été mettre un mouchoir sur nos principes. Cette décision n'avait pas besoin d'être soumise à l'approbation d'un plus grand nombre de personnes"

D'autres colistiers lui emboîtent le pas : "Je suis fier d'avoir participé à cette belle campagne. Avec 8,10% [dans le 13/14], on est devant le Front de gauche. On a un vrai chemin devant nous. Parce qu'on a pas attendu d'être dans la politique pour faire de la politique. On est comme vous, Pape Diouf, on est pas à vendre". A sa suite, certains discours reprennent les réflexes de l'homme providentiel. On donne à l'homme du "président", on le qualifie "d'homme d'État".

La prochaine élection présidentielle est loin. D'ici là, il faut trouver une forme commune. L'idée de créer des comités dans chaque secteur mais sous quelle forme ? Association ? Parti politique ? Pape Diouf se fixe deux objectifs : "donner priorité à l'action sociale et reconstruire le dialogue démocratique". Pour le deuxième point, il peut commencer dans son propre mouvement.

 

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. louis louis

    Pape Diouf marche sur l’eau. Plus besoin de ferry boat !

    Signaler
  2. Anonyme Anonyme

    Je me répète. Mais qu’est-il venu faire dans cette mascarade?

    Signaler
  3. toine toine

    Pape Diouf le pantin!
    A quoi ça sert de faire de la politique si c’est pour fuir toute responsabilité et ne pas faire de choix.
    Au final, il fait le jeu de Gaudin!

    Signaler
  4. Anonyme Anonyme

    Vous vous attendez à quoi, à ce qu’il appelle à voter hovsepian et consorts… Faut arreter de croire au pere noel, si diouf n’appelle pas à voter mennucci c’est qu’il voulait la mairie… gaudin l’a compris avec assante et narducci

    Signaler
  5. Ras_casse Ras_casse

    un sous marin de Tapie qui torpille la gauche ?

    Signaler
  6. citoyenne dépitée citoyenne dépitée

    honteux, ceux qui attendaient un messie auraient mieux fait d’aller dans une secte elles au moins elles sont pérennes, tous des tarés,frustrés et lui qu’il reparte dans l’ombre d’ou il est sorti

    Signaler
  7. Anonyme Anonyme

    Les soutiens sur le terrain de Diouf,les colleurs d affiche,les tracteurs,sont tous des déçus des verts ou des roses.
    Ils n ont pas donné leur accord pour rejoindre leurs anciens camarades politiques,ils trouvent là un espace pour se venger et c est bien légitime.
    Diouf ne pouvait pas signer avec Mennucci et Garo,impossible.

    Signaler
  8. Anonyme Anonyme

    hihihi les pauvres verts rejetés par zeribi qui ont rejoint Diouf par opportunisme afin d obtenir une place au conseil municipal sont dépités !!!

    Signaler
  9. Anonyme du 9eme Anonyme du 9eme

    bravo ùr diouf enfin un qui ne court pas derriere les honneurs. ses electeurs voteront ce que bon leurs semble. Il reconnait avec raison qu’il n ‘est proprietaire de rien. Honte a gaudin menucci les pro de la politique et je ne parle de ravier. Quand aux ecolos qu’ils arretent de se croire importants.

    Signaler
  10. Anonyme Anonyme

    Diouf, Barles, Jolivet, San Marco ne sont pas de gauche.
    Ils roulent pour Gaudin.
    Pôvre Marseille !

    Signaler
  11. marseillais marseillais

    J’ai reproché à des colleurs d’affiches Diouf d’arr^ter de coller sur Mennucci. Ils m’ont répondu haineux : on l’emmerde cet enculé !
    Deux semaines plus tard Diouf annonce aucun ralliement ni UMP ni PS;
    Le même jour l’axe Guérini/Gaudin/Gilles signe l’accord Biaggi/Narducci.
    Pour Dioufc’est NI NI
    Et bien il se plante et a manipulé des citoyens qui ont cru et voté pour lui, et qui me disent je voterai Mennucci ou Carlotti car la situation est trop grave.
    Le mouvement de Diouf n’a pas d’avenir car pour sa première sortie il a fait une grave erreur politique

    Signaler
  12. marseillais marseillais

    J’ai reproché à des colleurs d’affiches Diouf d’arr^ter de coller sur Mennucci. Ils m’ont répondu haineux : on l’emmerde cet enculé !
    Deux semaines plus tard Diouf annonce aucun ralliement ni UMP ni PS;
    Le même jour l’axe Guérini/Gaudin/Gilles signe l’accord Biaggi/Narducci.
    Pour Dioufc’est NI NI
    Et bien il se plante et a manipulé des citoyens qui ont cru et voté pour lui, et qui me disent je voterai Mennucci ou Carlotti car la situation est trop grave.
    Le mouvement de Diouf n’a pas d’avenir car pour sa première sortie il a fait une grave erreur politique

    Signaler
  13. Mic du 5eme Mic du 5eme

    j’ai du mal à considérer avec sérieux un candidat à des élections qui
    NI ne donne de consignes
    NI ne laisse pleinement libre
    bref, qui encourage la pêche à la ligne
    le vote blanc est respectable
    l’abstention hum, certes il faut du courage pour voter certains jours,
    mais justement c’est cela le devoir du citoyen
    de choisir le plus digne ou le moins indigne

    Signaler
  14. Bravodiouf Bravodiouf

    Bravo Diouf c’était la seule bonne décision à prendre

    Il ne faut pas insulter l’avenir en montrant qu’on vous achète pour une assiette de lentilles comme certains chez EELV et au Modem dont c’est le retournement de veste est une spécialité

    Beaucoup de gens auraient été déçus que vous vous ralliez immédiatement à Menucci après avoir fait le constat qu’il fallait tout changer

    Les gens ont leur libre arbitre c’est bien de leur laisser car de toute façon on sait bien que dans votre électorat, une infime majorité ira voter au FN de toute façon

    Signaler
  15. Anonyme Anonyme

    Barles a sorti ce communique car il est comme les autres il pense a la gamelle, bravo pape pour ton courage tu est alle au bout de ton raisonnement ni le president de la republique ni le 1er ministre n’ont pu inflechire ta decision tu est reste toi meme,bravo

    Signaler
  16. Anonyme Anonyme

    Qu’elle belle bande de nazes recyclés complètement inutile !
    Et Pape fit : PLOUF !!!!

    Signaler
  17. Toine Toine

    Diouf fait Le jeu de gaudin donc de guerini.

    Signaler
  18. Jean Valjean Jean Valjean

    Diouf télécommandé par Guérini, hypothèse d’école ?
    Pas clair, en tout cas, cette histoire.Je comprends la tête de Barles.

    Signaler
  19. Jean Valjean Jean Valjean

    Diouf télécommandé par Guérini, hypothèse d’école ?
    Pas clair, en tout cas, cette histoire.Je comprends la tête de Barles.

    Signaler
  20. Mistral Boy Mistral Boy

    Fini Parti
    Diouf membre de FO..?
    Si Gaudin n’allait pas gagner les élections ça m’aurait bien fait rire.

    Signaler
  21. citizen citizen

    Je n’ai pas compris qu’il ne prenne pas position dans son secteur où le FN est bien placé pour l’emporter.

    Signaler
  22. Pascal DINCKI Pascal DINCKI

    Bonjour,
    Etonnant de voir que des gens qui parlent régulièrement de valeurs soient choqués lorsque quelqu’un respecte les valeurs qu’il affiche. Et à quel point une décision prise sur des idées, et pas sur un opportunisme de circonstance, étonne et déstabilise. Ce n’est pas rassurant sur l’état de notre société.
    Sur le vote au 2ème tour: Est-ce qu’un leader doit dire aux électeurs ce qu’il faut qu’ils fassent? Là aussi ce n’est pas rassurant. Démocratie disiez-vous? Et si on faisait confiance aux électeurs. Et qu’on accompagne ceux qui semblent réclamer des consignes à devenir autonomes?
    Sur le barrage au Front National: Le FN monte en même temps que les inégalités. Et si on parlait de la lutte contre les inégalités?
    De même la délinquance monte avec l’exclusion et le chômage. Contre quoi faut-il lutter?
    D’une manière plus générale, l’important est-il d’avoir une once de pouvoir (sans regarder le prix à payer) ou de proposer des idées et une vision de société?

    Signaler
  23. Pauvre Marseille Pauvre Marseille

    Diouf ne veut pas “s’allier pour perdre”. Tout est dit. S’allier pour gagner, il aurait accepté. Il ne vaut pas plus cher que les autres. Pauvre Marseille.

    Signaler
  24. lulu lulu

    Au delà de ces débats embrouillés de la direction de ce mouvement, les électeurs qui ont sincèrement voter lui pour changer les choses à Marseille ne s’abstiendront pas car ce sont des citoyens actifs et réfléchiront à deux fois pour voter pour le trio malfaisant GAUDIN/GUERINI/FO ou le FN plutôt que pour MENNUCCI.

    Signaler
  25. Anonyme Anonyme

    Diouf très très trouble, Barles cocufié, la gauche cocufiée par un aventurier…

    Signaler
  26. bilan bilan

    Bravo Diouf,
    il a pris position au regard des valeurs qu’il entend défendre. Pour le reste les électeurs n’ont pas besoin de consignes pour aller voter et sont assez grands pour décider par eux mêmes.

    Signaler
  27. Valmy Valmy

    Je n’ai rien compris au message de Pape Diouf, j’arrive pas à savoir s’il a fait son petit show pour satisfaire son égo ou s’il était dans d’autres stratégies ou services commandés… C’est un peu une escroquerie son affaire quand même… Il part sans programme, il n’a pas d’allié, il ne prends pas position. Moi je croyais que la politique c’était faire et proposer des choix, pas se contenter de dire que tout va mal… Pour le reste je suis d’accord, ses électeurs sont assez grands pour choisir entre le PS le FN et l’alliance Guérini Gaudin.

    Signaler
  28. PourVoir PourVoir

    On ne fait pas un « mouvement » et un jaillissement démocratique avec des vedettes qui – quelque soit leur sincérité – monopolisent la parole et l’attention. C’est miser sur le charisme et le suivisme, qualités peu citoyennes. Par ailleurs la prise de position de Diouf telle qu’elle est résumée ici n’est pas convaincante. Elle est conforme à l’éthique de la ligne politique qui est de ne pas donner des consignes de vote. Mais il est idiot (sans injure, au sens étymologique : non politique) de ne pas faire la différence entre les installés qui vont être reconduits et les deux variétés de postulants. Ce ne sont pas « des marseillais comme les autres ». Sans rompre avec l’éthique, on peut dire ce qu’on rejette catégoriquement et pourquoi. Ce n’est pas se rallier que d’énoncer ce qui est le moindre mal en précisant ce qui est le pire. La question qui se pose aujourd’hui à « Changer la donne » est celle de la démobilisation. Pour durer la forme du parti est évidemment exclue. Reste des comités locaux en coopération les uns avec les autres. Là ça commencerait à m’intéresser.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire