En allant vers Saint-Loup, le métro 2 cherche encore son terminus

Décryptage
le 3 Nov 2017
12

La métropole pose un nouveau jalon vers le prolongement du métro de Dromel à Saint-Loup, avec le lancement d'un appel d'offres visant à déterminer précisément le projet et ainsi préparer le coup d'envoi des travaux. Parmi les questions à trancher, celle, de taille, du rajout d'une station supplémentaire sur le site de l'ancienne usine Rivoire et Carret.

Vue aérienne projetée du terminus Rivoire et Carret, par le cabinet Tangram, avec une esplanade bordant les bâtiments.

Vue aérienne projetée du terminus Rivoire et Carret, par le cabinet Tangram, avec une esplanade bordant les bâtiments.

Alors que les premières études datent de 1986, l’extension vers Saint-Loup de la ligne du métro 2 avance tranquillement mais on ne sait pas encore vers où (lire notre précédent article). Une question principale reste à régler : celle du terminus. Depuis deux ans, deux options sont sur la table avec l’ajout possible d’une sixième station au niveau de l’ancienne usine Rivoire et Carret (11e). Soit 527 mètres plus loin que le premier terminus pressenti, au niveau du lycée Marcel-Pagnol. Mais ce rajout d’un demi kilomètre est forcément coûteux et complexe, alors la métropole hésite. Elle cherche donc un peu d’aide.

Déterminer quel serait le meilleur terminus fera partie des missions de l’assistant à maîtrise d’ouvrage que recherche la collectivité. Plus généralement, celui-ci devra finaliser le programme des travaux, passer les marchés, préparer la concertation publique… Il s’agit de la traduction du vote il y a près d’un an d’une enveloppe 15,3 millions d’euros afin de couvrir ces premières phases d’études. Si cette mission doit commencer en janvier prochain, le démarrage des travaux ne devrait pas intervenir avant 2021 et la mise en service de ce tronçon de plus de 4 kilomètres bien après 2025.

Pour déterminer où s’arrêtera la ligne 2, la question s’attardera surtout sur les correspondances en bus. « Des difficultés circulatoires sont apparues dans l’élaboration des scénarios de restructuration du réseau de bus, liées à l’emplacement de la station terminus à Saint-Loup Pagnol », s’inquiétait la métropole l’an dernier. Poursuivre jusqu’à la friche industrielle Rivoire et Carret permettrait d’accueillir plus facilement quatre lignes de bus et un parking-relais de 300 voire 500 places. 90 % des voyageurs de cette station seraient en correspondance avec une des lignes en provenance ou à destination de La Valentine, Saint-Marcel, Éoures… En parallèle, la métropole compte profiter de l’arrivée du métro pour raccourcir et réorganiser les lignes de bus. Les économies dégagées (2,1 millions d’euros par an) viendraient en partie compenser les 8,2 millions d’euros nécessaires chaque année pour faire rouler le métro sur la future extension.

La réorganisation du réseau de bus prévue avec l’arrivée du métro.

L’hypothèse ne semble pas encore définitivement retenue puisque l’appel d’offres du 23 octobre présente le prolongement à cinq stations comme le scénario de base. Le prestataire retenu devra cependant « prendre en compte » l’option Rivoire et Carret et « compléter l’étude de pré-faisabilité réalisée en 2015 » sur ce sujet. Cette dernière estime le coût global de cette variante à 694 millions d’euros, soit environ 100 millions de rallonge.  Pas négligeable quand on sait que la station Maison-blanche a déjà été ajoutée au projet initial faisant ressembler cette extension à un serpentin. « Je défends ardemment ce choix qui correspond à une véritable logique de desserte de la vallée de l’Huveaune », commente Lionel Royer-Perreaut, maire LR des 9e et 10e arrondissements.

Une complexité supplémentaire vient s’ajouter à ce dossier. En mars 2017, la métropole, encore elle, a lancé un projet d’envergure sur ce même site de Rivoire et Carret. Il s’agit de regrouper en un « centre technique métropolitain » plusieurs services, notamment les garages Rabatau et Crillon ainsi qu’une partie du centre de transfert des déchets de la Capelette. Les deux projets sont-il compatibles ? « Nous y travaillons », assure Lionel Royer-Perreaut.

La dernière inconnue, qui risque de peser sur le calendrier, est celle du financement. Le prolongement du métro est inscrit dans l’agenda de la mobilité métropolitaine voté en décembre 2016. Il y côtoie de nombreux autres projets, situés à Marseille comme dans le reste de la métropole. La métropole, aux capacités d’investissement limitées, parviendra-t-elle à les mener de front ? La réponse dépendra du soutien de l’État, dont l’ampleur est encore attendue par les élus locaux.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    C’est le moment de rappeler les mirifiques promesses de Gaudin et de son gang en matière de transport collectif lors de la campagne des municipales 2014 : http://guyteissier.com/les-transports-collectifs-au-coeur-de-marseille-en-avant/

    Tonalité générale : Jean-Claude Gaudin va faire tout ce que Gaudin Jean-Claude n’a pas fait. Il va de soi que, comme les promesses électorales sont engageantes sous peine de prison, nous verrons de splendides réalisations en 2020. Le fait que ces promesses engagent autrui, puisque l’échelon décideur n’est pas la ville mais la communauté urbaine, et désormais la métropole, est un détail sans importance.

    Signaler
  2. LaPlaine _ LaPlaine _

    2025…imaginez où en seront les autres métropoles à cette date… un paresseux face à des lévriers, quasiment. Ce territoire est condamné à végéter pour longtemps encore.

    Signaler
  3. Reuze Reuze

    J’aimerais bien voir les études d’impact et de prévision du trafic pour la station Maison-Blanche dont la zone de desserte me paraît peu dense et peu densifiable. Je
    Si les flux attendus sont faibles, il est urgent que la métropole revoie sa copie pour éviter de reproduire l’erreur du prolongement de la ligne 1 du métro.
    Par ailleurs, j’espère que les études porteront également sur les liaisons (piétonne et bus) entre Rivoire et Carret et la gare SNCF de la Pomme qui est toute proche (600m).
    Dans l’idéal, on aurait pu envisager de faire une interconnexion TER-métro à la Pomme mais je pense que le coût de re-franchissement de l’Huveaune doit être rédhibitoire au regard du trafic espéré.

    Signaler
  4. Trésorier Trésorier

    Plusieurs commentaires :

    – nous avons dans la vallée de l’Huvaune des gares et haltes ferroviaires qui sont sous exploitées. Il serait bien de les promouvoir, y rabattre les bus, organiser des parkings aménagés et sécurisés. Dans l’optique de la LGV, l’ex voie PLM pourrait devenir un véritable RER ;
    – est on sur qu’en termes de trafic, Saint Loup rapporte plus d’usagers que Cabot Saint Tronc La Rouvière ?
    – comment est il prévu d’étendre le métro qui finit actuellement en aérien ? ;
    – je vois que le projet à Rivoire et Carret oublie la gare de la Pomme. Est il logique de mettre un terminus de métro loin d’une gare ?

    Signaler
    • Reuze Reuze

      J’aimerais également avoir des réponses à ces questions.
      Si quelqu’un sait où trouver ces infos, ça m’intéresse.

      Signaler
  5. MarsKaa MarsKaa

    de grands groupes BTP- immobiliers sont en train de construire (ou viennent de terminer) de grands immeubles à saint loup et tout près de Rivoire et Carré,
    ils ont peut-être des infos, eux ?
    desservir saint loup et la pomme est nécessaire, au vu du nombre d’habitants et des problèmes de desserte.
    mais comme sur la ligne 1, pourquoi autant de stations sur un si court itinéraire ? La pauline est très proche de Dromel. St loup village est très proche de Marcel Pagnol… on pourrait faire des économies, là, non ? et du coup prolonger jusqu’à R&c voire au delà..
    RER ou tram pourrait aussi être réfléchis…
    y en a à Miami ??

    Signaler
    • François Costé François Costé

      Malheureusement quand il s’agit de décider l’importance d’un projet, les tenants de ce projet en veulent un maximum parce qu’ils sentent que c’est leur tour… à réfléchir de la sorte on fait des stations de métro où il n’y a personne (exemple Louis Armand).

      Une consolation : le montant du projet déjà pharaonique augmente et le financement perd en crédibilité. A un moment, on pourra se demander s’il faut attendre 25 ans pour avoir le métro ou 5 ans pour avoir un tramway (facilement finançable) pour atteindre le lycée jean Perrin, une fois le tramway arrivé à Dromel (ce qui, je crois, est maintenant bien dans les cartons).

      Quand ce sera urgent on pourra faire un métro jusqu’à … Aubagne. C’est marrant à Marseille, quand on commence à réaliser un réseau de tramway, on s’arrête vite pour faire des BHNS, puis on reprend l’idée de faire du métro. Dans le Nord, il y a des partisans du métro à l’hôpital Nord et au sud des partisans du métro à Saint Loup… c’est le résultat des élections qui détermine celui qui gagne ? …ou une reflexion (un débat ?) sur la programmation des infrastructures de transports…

      Signaler
    • Reuze Reuze

      On pourrait commencer par enlever le crochet par Maison-Blanche qui était estimé à 50 M€ (juste en construction) dans un précédent article.
      Je croyais que le métro était la solution la plus adaptée, en terme de capacité et de rapidité, pour desservir la vallée de l’Huveaune jusqu’à St Loup Marcel Pagnol, non?

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Je partage l’idée de @Coste sur la nécessité d’un débat sur la programmation des infrastructures de transport. Ce débat devrait, dans une ville normale, avoir lieu lors de l’élaboration du PDU.

      Or force est de constater, j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire, qu’ici les PDU ne sont pas exécutés, mais qu’on met en chantier des infrastructures qui n’en font pas partie, ou qui ne font pas partie des priorités. Si tel n’était pas le cas, le prolongement du métro vers St-Loup, étudié depuis trente ans, aurait déjà vu le jour – mais probablement pas celui qui a été réalisé entre La Blancarde et La Fourragère.

      Tout cela accrédite l’idée que les investissements sont décidés au coup par coup en fonction du poids politique des proches du maire, et non en fonction des besoins réels… La sinuosité du tracé prévu vers Saint-Loup donne la même impression : le maire d’arrondissement pense que le métro desservir sa mairie, donc on va construire une station à Maison-Blanche. Au diable l’avarice, il ne s’agit que d’argent public…

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      *doit* desservir sa mairie… Pardon !

      Signaler
  6. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Je raccroche à cet article de Marsactu une enquête de la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) actuellement en cours et destinée à évaluer le caractère « cyclable » des villes : https://www.parlons-velo.fr

    Le taux de réponses à cette enquête à Marseille – et d’une façon générale en PACA – est très faible par rapport aux autres grandes villes françaises, Aix faisant exception.

    Les questions s’adressent à tout le monde, cyclistes et non cyclistes : tous les lecteurs de Marsactu peuvent donc répondre…

    Signaler
    • LN LN

      Même s’il n’est pas question de distinction, je crains encore le « Clou rouillé » pour Marseille !

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire