Le directeur de la protection judiciaire de la jeunesse Sud-Est soupçonné de malversations

Info Marsactu
le 22 Nov 2022
8

Franck Arnal, qui dirige la PJJ en Provence-Alpes-Côte d'Azur et en Corse, est suspendu de ses fonctions depuis le début du mois de novembre. Le parquet de Marseille enquête sur des soupçons de détournement de fonds publics, avec 15 000 euros de notes de frais à ce stade injustifiées.

La protection judiciaire de la jeunesse a des locaux aux Chutes-Lavie. (Photo : Clément Gahéry)

La protection judiciaire de la jeunesse a des locaux aux Chutes-Lavie. (Photo : Clément Gahéry)

C’est un pilier de la PJJ Sud-Est qui s’est effondré. Franck Arnal, directeur interrégional de la protection judiciaire de la jeunesse a été suspendu de ses fonctions début novembre. Il est soupçonné de détournement de fonds publics et une enquête pénale a été ouverte. Depuis une dizaine d’années, l’homme était un cadre de ce service […]

Cet article est réservé aux abonnés au journal

Vous seul garantissez notre indépendance Offres d'abonnement à partir de 1€ Poursuivez votre lecture et rejoignez la communauté JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. barbapapa barbapapa

    OK, ça ne se fait pas, mais s’il s’agit de 15000 euros de frais non justifiés en quelques années, ça ne vaut pas le pilori public ! S’il y a probablement des choses plus importantes, peut-être.

    Signaler
    • BRASILIA8 BRASILIA8

      allez expliquer à quelqu’un qui vit avec le RSA que 15 000€ c’est rien !
      on a déjà le ministre de la Justice mis en examen maintenant le directeur de la PJJ soupçonné de malversations mais tout va bien il doit y avoir des choses plus importantes !

      Signaler
    • Haçaira Haçaira

      Votre remarque illustre parfaitement l’état de déliquescence dans lequel se trouve la région, le pays et le monde entier. C’est absolument désespérant

      Signaler
  2. jemamo13 jemamo13

    un règlement de compte?

    Signaler
    • julijo julijo

      “C’est lui qui avait dénoncé la folie des grandeurs du directeur du centre éducatif fermé des Chutes-Lavie qui avait multiplié les dépenses hors de tout contrôle. ”
      la vengeance de “michel D” ????

      c’est sûr que la faiblesse des montants détournés ne justifie pas forcément une médiatisation telle.
      attendons pour voir – peut être -.

      Signaler
  3. Zumbi Zumbi

    Il serait bon que les commentateurs.trices sachant commenter commencent par se demander s’il y a lieu de commenter et ce qu’il y a lieu de commenter : pour le moment il y a enquête pour des frais non justifiés (techniquement ça veut dire qu’il manque des bordereaux, des notes de frais, etc.) à hauteur de 5000 € par an. Dans l’absolu ça a l’air de faire beaucoup ; mais quand on a de nombreux rendez-vous à l’extérieur, ça fait frais de déplacement+parking+repas+hébergement, avec environ 400 € par mois non justifiés, on n’est pas dans des proportions délirantes. Et ça fait beaucoup de paperasse à traiter.
    Ou alors on reste en permanence dans son bureau, et on est accusé à juste titre de “n’être jamais sur le terrain”, de “ne pas connaître les équipes”, de “ne pas savoir qui sont les jeunes à qui on a affaire”.
    Ceci posé concernant l’ordre de grandeur, si l’enquête prouve que “non justifiés” signifie “injustifiables” au sens juridique et moral du terme, qu’il y a plutôt détournement que négligence, il y aura lieu de condamner, par la Justice d’abord, et par les commentateurs ensuite.
    Dernière précision : je ne connais pas ce monsieur, et très peu le fonctionnement de la PJJ, mais j’ai connu une ou deux personnes qui se sont épuisées au travail dans ce milieu. Et qui détestent qu’on condamne les jeunes à qui elles ont affaire sans savoir de quoi il retourne.

    Signaler
  4. Jean-Marie Leforestier Jean-Marie Leforestier

    Bonjour à toutes et à tous,
    Pour répondre à certains commentaires, juste une précision sur le choix éditorial qui mène à cet article. La première info en notre possession était que Franck Arnal était suspendu de ses fonctions de directeur interrégional. Etant donné son poste au sein du ministère de la Justice, cela suffisait selon nous à signaler l’affaire. Ce n’est qu’après avoir reçu l’info de son départ que nous avons appris ses raisons et ses conséquences en matière pénale. Il nous a semblé que cela méritait d’être rapporté plus largement.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire