Le dernier conseil municipal de la transition Gaudin-Rubirola

Actualité
le 27 Juil 2020
13

Le conseil municipal de ce lundi est consacré au vote du budget. Celui-ci a été préparé par l'équipe de Jean-Claude Gaudin. À la marge, la nouvelle majorité de Michèle Rubirola veut réattribuer 50 millions d'euros pour les écoles et la lutte contre l'habitat indigne. Ils étaient initialement prévu pour le remboursement de la dette, puis redirigé par Gaudin pour la relance économique.

Michèle Rubirola, le 28 juin 2020. Photo Emilio Guzman

Michèle Rubirola, le 28 juin 2020. Photo Emilio Guzman

C’est l’exercice complexe de l’alternance. Michèle Rubirola présentera son premier budget municipal ce lundi matin au cours de deux séances successives. Mais celui-ci ne sera pas complètement le sien. Impossible pour elle de toucher par exemple aux taux d’imposition figés jusqu’à l’année prochaine. Impossible même de modifier en profondeur le budget municipal. “Nous avons reçu le budget le 4 juillet et il devait être envoyé avant le 20 juillet au conseil municipal”, raconte Joël Canicave, nouvel adjoint aux finances.

Le budget d’un milliard et demi d’euros mis au vote sera donc celui préparé par la précédente majorité. “Nous n’allions pas concocter un budget de bric et de broc”, justifie encore Joël Canicave. Cette continuité républicaine est habituelle : ainsi, Martine Vassal (LR) avait elle aussi dû en 2015 faire avec le budget départemental de son prédécesseur de gauche, Jean-Noël Guérini.

Bâti scolaire et habitat indigne en symboles

“Portée par l’enthousiasme mais consciente de la difficulté”, selon la formule du premier adjoint Benoît Payan, la nouvelle majorité a choisi de concentrer ses efforts sur une cinquantaine de millions d’euros, qui devaient être affectés au désendettement. “Jean-Claude Gaudin avait initialement choisi de les débloquer pour participer à la relance économique”, explique Yves Moraine, président du groupe municipal de droite lors de la précédente mandature. Aucune des personnes que nous avons contactées à droite n’a pu nous préciser le contenu exact de ces crédits. Ils seront finalement affectés à la lutte contre l’habitat indigne pour 20 millions d’euros et pour les écoles à hauteur de 30 millions d’euros. “Ce sont des effets d’annonce, estime le monsieur budget de la droite et nouveau conseiller municipal Pierre Robin. Je ne vois pas comment l’on pourrait dépenser 30 millions d’euros supplémentaires le 27 juillet sur les écoles quand 42 millions sont déjà prévus. Il y a tout de même des procédures à suivre. »

L’équipe Rubirola aura en effet moins d’un semestre pour concrétiser ses intentions et apprivoiser les démarches administratives nécessaires pour dépenser la manne dégagée. Sur les écoles par exemple, Pierre-Marie Ganozzi, adjoint chargé du bâti scolaire, sait déjà qu’il lui sera difficile d’enclencher les travaux qu’il prévoyait pour l’été. “C’est compliqué en effet, j’ai appris qu’il aurait fallu programmer les travaux au mois de mai en temps normal. On arrive, on découvre. J’espère qu’on va y arriver au mois d’août, notamment les endroits où il y a un enjeu de sécurité intérieure, si un mur montre des signes de faiblesse, ou extérieure, pour la pose de ralentisseurs par exemple”, explique-t-il. Mais désormais, l’objectif est surtout d’être “prêt pour les vacances de la Toussaint”.

Dans ce contexte, d’autres rapports du conseil seront aussi conformes aux intentions de la précédente majorité. C’est ainsi le cas du Vélodrome pour lequel la convention avec l’OM est reconduite en l’état pour un an, pour laisser le temps de renégocier avec le club le nouveau loyer. Objectif donné à Benoît Payan, par le programme du Printemps marseillais en vue de la saison 2021/2022 : obtenir une part fixe de 8 millions d’euros contre 5 aujourd’hui. Avant de peut-être voir plus grand en essayant de vendre l’enceinte au club résident .

Les aléas de l’installation

Pour l’heure, la première échéance du Printemps marseillais reste de proposer son “été marseillais” qui a démarré vendredi soir par un concert en plein air au port antique. “Il est temps qu’il fasse autre chose que d’enlever les barrières autour de la mairie”, raille Catherine Pila, fraîchement nommée présidente du groupe d’opposition de droite. Là encore, la complexité de quelques dossiers se révèle à cette équipe majoritairement constituée de novices. Il s’agit notamment de l’ouverture prolongée de plusieurs lieux publics, de la plage des Catalans aux bibliothèques, en passant par les piscines ou les parcs. “Il y aura un été marseillais. C’est une volonté politique de la maire qui a challengé les services. Les remontées arrivent”, assure Olivia Fortin, adjointe chargée du fonctionnement des services municipaux.

“On fait en sorte d’y arriver mais ce n’est pas simple. Il y a des contraintes de personnel”, complète de son côté la nouvelle adjointe déléguée à la nature dans la ville Nasséra Benmarnia, chargée des parcs. Une autre adjointe confie déjà son inquiétude. “C’est un casse-tête. D’un côté, on a promis de respecter les recommandations de la chambre régionale des comptes qui dit de mettre fin aux heures sup’ et de l’autre, on a promis d’étendre les horaires.” La prise de responsabilités rencontre parfois quelques obstacles imprévus.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. MarsKaa MarsKaa

    La dernière municipalité n’était pas composée de novices en politique et était en place depuis 24 ans. Elle avait des alliés et des appuis dans le milieu économique regional. Et ? A quelle allure a-t-elle agi pour améliorer la vie des habitants ?
    Les changement doivent se faire en profondeur, cela ne pourra pas se faire en 3 mois, ni même en un an.
    Laissez du temps à la nouvelle équipe à se mettre en place, à deminer le terrain, à avancer, progressivement mais sûrement.
    J ai l’impression desagreable qu’on les regarde comme de jeunes adolescents : on leur a “laissé le pouvoir” avec retissence, on les laisse faire en les observant goguenard, on attend l’erreur, le faux pas, la faute, pour les enfoncer et dire haut et fort “voilà, j’avais raison, vous n’en êtes pas capable”… comme si l’adulte qui les observe etait lui irréprochable…

    Signaler
  2. Brallaisse Brallaisse

    A ceci qui est rés juste , il faut rajouter la question de la loyauté de l’administration municipale .Depuis années Gaudin et son équipe ont placés une ribambelle de gens qui lui sont redevables et cela n’est pas innocent. Vont’ils avoir la notion de service public ou vont’ils savonner la planche des nouveaux élus ?
    Quel va être le positionnement de FO ?.
    Deux questions qui me font dire que Riburola n’a pas la tâche facile en sus de la situation financière de Marseille

    Signaler
  3. MarsKaa MarsKaa

    Cela fait partie des “mines” auxquelles je pensais…

    Signaler
  4. patrick patrick

    courage à la nouvelle équipe, malgré l’abstention le vote total en faveur du pm est sans contestation. que le rpr local les laisse travailler. rubirola a au moins le soutien des électeurs qui ont fait leur devoir de citoyens.

    Signaler
  5. Citoyen-ne-s-de-marseille.fr Citoyen-ne-s-de-marseille.fr

    Le rapport de la CRC ne dit pas de mettre fin aux heures supplémentaires, elle a décrié un usage anormal des heures supplémentaires … en ciblant par exemple une cinquantaine de cas qui bénéficiaient d’heures supplémentaires exceptinnellement élevées et sans réelles jsutifications….

    Signaler
  6. mada mada

    Enlever les barrières c’est déjà beaucoup car la vision de celles ci démontrait la volonté de la mairie de se couper du peuple de Marseille. Ensuite il y aura enfin une rue Ibrahim ALI, certes là aussi c’est symbolique, mais quel symbole après le refus obstiné de Gaudin et sa clique d’honorer la mémoire de ce jeune abattu par les nervis du FN.
    La ville a été tellement dégradée que la tâche est immense et on peut donc se montrer un peu indulgent et puis si ça ne va pas, le peuple de Marseille rappellera le PM à ses promesses.

    Signaler
    • jasmin jasmin

      Je partage votre point de vue. Ces barrières étaient honteuses. La mairie avait sans doute l’impression d’être en danger permanent. Mais bon il n’y a pas de barrière devant l’Elysée ni devant Matignon. Comment font-ils et ne pourrait-on pas faire pareil?
      Je pense que le PM devrait profiter de sa lune de miel avec la population pour engager la population dans des actions collectives et fraternelles. Par exemple, mettre le paquet de mobilisation sur les comités de quartier et le bénévolat pour nettoyer son quartier très fréquemment.
      Le syndicat FO n’a jamais été à l’aise avec la gauche. Ca sera un travail de titan de déminer le terrain du personnel municipal. La seule solution que je vois c’est de recruter massivement des gens syndiqués à la CFDT ou CGT pour ce qu’il en reste, pour contrebalancer la pression, mais surtout des gens qui veulent bosser et qui arrivent en nombre. La DRH a besoin d’être nettoyée aussi et le système de gestion du temps. Rien que d’y penser, on a pitié pour eux, et pour nous.

      Signaler
  7. Jacques89 Jacques89

    Comme dit Méluche: “il faut planifier”. Les délais d’intervention dans les écoles à la toussaints sont probablement trop courts pour mettre tout ça à niveau. Des transferts seront certainement nécessaires. Et pour trouver des ressources, outre le stade, faudra regarder un peu du côté du port. Là aussi des investissements ont été programmés avec l’appui de la Ville (mais pas que) dont l’utilité n’est manifestement pas démontrée (ascenseurs de yachts notamment qui peuvent être reçus dans les formes de radoub). Cette période tendue, devrait être l’occasion de supprimer les dépenses de prestige et penser un peu plus aux habitants.

    Signaler
  8. leb leb

    En dépit des railleries de Catherine pilat, le fait que la majorité municipale ne cache pas qu’elle a besoin de plus de temps pour s’occuper de certains dossiers et qu’elle se confronte à quelques difficultés est une réaction politique plutôt saine et honorable.

    Signaler
  9. Brallaisse Brallaisse

    Il est vrai que Catherine Pila qui va laisser un souvenir inoubliable à la RTM avec son bus clandestin et ses meetings politiques dans les églises entre autres , est en mesure de railler la nouvelle municipalité surtout après sa rouste dans le 6/8.
    Elle a finie bunkerisée dans une mairie aux abois avec le cour régionale des comptes et la brigande financière de la Gendarmerie sur le dos , mais visiblement cela ne la choque pas, et franchement et cela suscite mon admiration, car ce que j’admire en elle, c’est qu’elle a le courage d’être elle même avec tout ce que cela comporte de ridicule , pour paraphraser Devos.

    Signaler
  10. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Catherine Pila devrait se concentrer sur son rôle de présidente de la RTM : il y a du boulot. Par exemple : comment s’explique le fait que Marseille soit la seule grande ville de France dont le réseau de bus est peu ou prou le même qu’il y a 40 ans, alors que la ville et les rythmes de vie ont changé ? Après Lyon, Lille et Paris ont refondu le leur pour l’adapter aux besoins d’aujourd’hui.

    Mais pas Marseille, où Catherine Pila préfère les discours politiciens aux enjeux de mobilité quotidienne de ses concitoyens.

    Signaler
    • LN LN

      On pourrait aussi lui demander pourquoi persiste cette tradition typiquement locale qui consiste à mettre le réseau en couleur orange durant l’été depuis des années, tradition consistant à réduire (ou carrément à supprimer) les rotations des bus, qui plus est en période de Covid.
      Je l’invite à venir prendre le métro en heure de pointe pour voir dans quel état nous sommes, nous pauvres usagers après une journée de canicule que l’on travaille ou que l’on revienne de la plage.
      Mais elle ne doit pas connaitre… et j’ai l’impression d’enfoncer des portes ouvertes

      Signaler
  11. Dark Vador Dark Vador

    31 Juillet, 10 heures du mat’. Cinq agents assurant la propreté, cours Lieutaud. Jeunes, moyenne d’âge 25-30 ans. Tous en gilets fluo, chaussures sécurit aux pieds, rien à dire, ils sont opérationnels.
    Ils fument en groupe, tranquilles, plaisantent. Les balais, eux, se reposent contre le mur tandis que les ordures traînent un peu partout alentour.
    Quand je repasse une heure plus tard, les “poubelles” sont toujours là mais pas les agents, partis, sans rien ramasser.
    Je désespère des actions que pourraient intenter le PM, FO est très fort pour “protéger” ses troupes. Que tout change pour que rien ne change… 😒

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire