"Le conseil de quartier réunit tous les acteurs de Noailles"

À la une
le 6 Déc 2012
7

Le quartier Noailles est le théâtre d'une expérience inédite en termes de démocratie locale. En effet, pour la première fois à Marseille, un collectif d'habitants y initie un conseil de quartier qui tiendra sa première réunion plénière, le 13 décembre prochain. Pour expliquer la genèse de ce projet et balayer quelques suspicions, Marsactu reçoit Mohamed Boukrouche, porte-parole du collectif Noailles et coprésident du conseil de quartier avec l'adjoint d'arrondissement socialiste, Eric Scotto.

"Ce dispositif découle de la loi Vaillant qui explique que, normalement, dans les communes de plus de 80 000 habitants, soit créé un conseil de quartier. C'est un organe consultatif qui est formé de quatre collèges, d'habitants, de commerçants, d'experts et d'élus, explique Mohamed Boukrouche. C'est une délibération de la mairie de secteur qui doit permettre sa création. Nous sommes donc allés voir le député maire de secteur, Patrick Mennucci pour qu'il mette cette création à l'ordre du jour du conseil d'arrondissement. Il a été voté le 4 octobre dernier. L'outil est donc créé". Depuis, le collectif a lancé un appel au volontariat pour garnir les quatre collèges. Ces représentants volontaires ont vocation à siéger dans quatre commissions (appropriation de la loi, propreté, animation et social) puis en séance plénière. "L'idée est de réunir en un même temps et un même lieu tous les acteurs d'un quartier", précise cet habitant du quartier.

Les membres du collectif ont pris grand soin d'inviter des élus de l'opposition comme de la majorité du conseil d'arrondissement. "Nous avons également sollicité des élus de la mairie centrale sur les dossiers qui les concernent". Car la question de la récupération politique poursuit ce dispositif qui fonctionne parfaitement à Paris mais aussi à Nice et Toulon.  

Refus de Gaudin

En effet, à l'époque de la mise en place de la loi Vaillant, en 2002, le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, avait refusé que soit créé cet outil participatif. Pour lui, le dispositif Vaillant faisait doublon avec les Comités d'initiative et de consultation d'arrondissement (Cica) dans lesquels siègent les représentants des associations du secteur et, notamment, les différents comités d'intérêt de quartier (CIQ). D'ailleurs, la confédération des CIQ avait mené un ardent lobbying contre la loi arguant que les habitants et leurs représentants allaient y être sous la coupe des élus. 

A l'inverse de ces préventions, Mohamed Boukrouche défend le dispositif dont il est l'un des instigateurs. "Dans les Cica, il n'y a que les associations et les élus alors que dans un conseil de quartier tous les acteurs concernés par la vie du quartier sont réunis. C'est un peu comparable au conseil de développement des intercommunalités. On peut être un organe simplement consultatif mais aussi être appelé à travailler avec la mairie de secteur sur les projets du quartier"

Il balaie également les rumeurs qui prêtent à ce conseil de quartier le rôle implicite d'être un sous-marin du maire de secteur dans sa conquête de la mairie centrale. "Je ne roule pour personne pour l'instant, rétorque Mohamed Boukrouche. Il se trouve que pour créer un conseil de quartier, il faut une décision de la mairie de secteur. Si j'avais habité dans le 2/3, je serais allé voir Lisette Narducci et, dans le 6e, je serais allé voir Dominique Tian".

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. lucide lucide

    Cela fait partie d’un éventail d’initiatives qui permettent de sortir du marasme

    Signaler
  2. Donjon Donjon

    Menucci n’est pas clair. Il crée un tas de trucs pour le soutenir. C’est le neo-clientelisme. Après Gaudin, Muselier, non , franchement, on n’a pas besoin d’un guignol comme Menucci !

    Signaler
  3. Anonyme Anonyme

    Après Gaudin ; après Muselier , après Bruno Gilles etc
    Oui cest le néo-clientélisme .. et si on disait “dehors à tous ceux là et suivants .. tous dehors ..

    Signaler
  4. savokanabonette savokanabonette

    Comment fait on pour y participer en tant qu’habitante ?

    Signaler
  5. Marseillais Indigné Marseillais Indigné

    Avant de tacler ,regardons comment cela va se passer Les CIQ ne servent pas à grand chose ….

    Signaler
  6. Picard Picard

    2 élus de l’opposition contre 5 de la majorité du conseil d’arrondissement… Si c’est pas un sous-marin de Mennucci ça…

    Signaler
  7. La Vigie La Vigie

    Ce pauvre coprésident se rendra vite compte qu’il ne sert à rien. C’est clairement un doublon avec les CIQ qui font, pour certains, un très bon travail mais qui n’est pas suivi d’actions par la mairie centrale. GAUDIN ou CASELLI n’en ferons pas plus pour cette nouvelle structure qu’ils n’en font pour les CIQ, c’est à dire peanuts !

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire