Le clip de l'attaque de train tourne court

À la une
le 4 Fév 2013
14
Le clip de l'attaque de train tourne court
Le clip de l'attaque de train tourne court

Le clip de l'attaque de train tourne court

Ce n'était pas la première fois que le groupe de rap MOH tournait des clips dans les quartiers de Marseille. Après la Solidarité, la Castellane, la Savine et une vingtaine d'autres cités, MOH devait enregistrer un clip intitulé Rassemblement Session, avec les jeunes talents du quartier Air Bel, le groupe de rappeurs 11.43.

Pourtant samedi vers 14h30, la prestation artistique des jeunes talents a dégénéré en attaque de train, version le Vol du grand rapide. Après avoir posé des pétards ferroviaires à griffe sur les rails, les jeunes provoquent une détonation, puis allument une torche spéciale utilisée par la SNCF pour les arrêts d'urgence. Puis se mettent à danser autour du train immobilisé, pour eux, en vue de la réalisation du fameux clip. On est bien là dans le registre de l'outrance habituelle des clips de rap marseillais, à l'instar des kalachnikovs brandies et roues arrières sans casque. Avec l'arrêt d'un TGV, la simple outrance est largement dépassée. Rapidement alertée par des policiers en civils alors passagers du train, la brigade anti-criminalité dépêchée sur les lieux essuie des jets de pierres, sans qu'aucun blessé ne soit à déplorer.

"Far West"

Ce lundi, les huit personnes déférées devant le juge d'instruction, dont quatre mineurs – le plus jeune âgé de seulement 13 ans – risquent jusqu'à sept ans de prison pour "détérioration de rame de TGV en réunion". Six d'entre elles sont déjà connues des services de police pour des faits de petite délinquance. Même si apparemment il n'était pas question de détrousser les passagers du TGV, le procureur Jacques Dallest retient la préméditation de l'acte au regard de l'usage assez fin du matériel dédié aux arrêts d'urgence. Il reste à déterminer l'identité des instigateurs de cette "attaque de diligence", d'après les termes fleuris du syndicat de police Alliance.

De son côté, le groupe MOH nie toute implication, alors que Daniel Saïd, le réalisateur du groupe a été déféré aujourd'hui devant le juge pour avoir filmé la scène. Le rappeur du groupe éponyme MOH soutient la thèse d'une improvisation et d'un débordement incontrôlé : "nous ne sommes pas du quartier, nous ne savions même pas qu'un train passait par là. Nous avons même été choqués qu'il n'y ait pas plus de sécurité autour des rails. On a commencé à tourner le clip avec le réalisateur Daniel Saïd et on a vu un train qui freinait avec des jeunes qui criaient, euphoriques. ça ne ressemblait pas à une attaque, c'était plutôt festif. Mais quand on a vu qu'un petit groupe commençait à mettre le bordel on a essayé, avec les responsables du groupe 11.43, de les calmer. Après quand la police est arrivée, ça s'est échauffé, et maintenant c'est la panique parce qu'ils ont embarqué notre réalisateur qui n'a rien à voir avec ça".

"Mouvement spontané"

Zam, le producteur de Soli Musik [l'association de MOH – ndlr]  enchérit, "on a été dépassé. Le bruit court que l'on aurait cherché à faire le buzz. Mais on a pas besoin de ça! A chaque fois qu'on organise un tournage dans un quartier, c'est le même protocole. On n'a pas demandé à qui que ce soit d'arrêter le TGV ou de faire quoi que ce soit d'interdit au niveau de la SNCF". Entendus cet après-midi par un juge d'instruction, les suspects ont parlé de "mouvement spontané", dont "aucun ne se revendique comme l'organisateur", selon Jacques Dallest.

Tout en condamnant les actes, les rappeurs semblent minimiser la gravité des faits, déplorant un emballement médiatique et politique. Une chose paraît cependant certaine, si l'acte reste "grave" selon le préfet de police Jean-Paul Bonnetain, il ne s'agit pas d'une attaque crapuleuse. D'ailleurs, procureur et préfet de police ont plutôt tendance à temporiser. Il faut dire qu'à Marseille, question attaque de train, il y a jurisprudence.

En juillet 2011, des jeunes de la cité de Ruisseau-Mirabeau, dans le 15e arrondissement de Marseille avaient attaqué un train de marchandises en plaçant des poutres et des chariots sur les voies avant de dévaliser le train. Cette fois-ci, les magistrats qui ont pu visionner la scène évoquent "un esprit bon enfant", ce qui n'est peut-être pas l'avis des 150 passagers arrêtés sur la voie. Il serait préférable, pour les pieds-nickelés de Air Bel, que les juges restent sur cet argumentaire. Allez, pour dédramatiser un peu, on vous laisse avec une attaque de train, une vraie :

 

 

Cet article vous est offert par Marsactu
Marsactu est un journal local d'investigation indépendant. Nous n'avons pas de propriétaire milliardaire, pas de publicité ni subvention des collectivités locales. Ce sont nos abonné.e.s qui nous financent.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Marius Marius

    Ce très mauvais gag ne mérite évidemment pas les travaux forcés à perpétuité.

    Mais quelques bons travaux d’intérêt général (débroussailler de la colline, par exemple), y compris pour les rappeurs, remettraient les têtes à l’endroit.

    Inutile d’encombrer les prisons avec ces gugusses : la débroussailleuse d’épaule et des gros sécateurs, c’est très éducatif.

    Signaler
  2. Pascalou Pascalou

    capitale de la culture ….

    autre idée de travail d’intérêt général : apprendre le solfège et la vraie musique…

    Signaler
  3. savon de Marseille savon de Marseille

    Pas du tout d’accord avec le ton de l’article. Mais pas du tout .

    L’utilisation frauduleuse et préméditée de pétards ferroviaires à griffes ( ou de barres coupe-circuits ) sont des actes très graves en terme de sécurité ferroviaire et doivent être puni par de la prison.

    Signaler
  4. Alex Alex

    tout à fait d accord avec vous mr savon de Marseille utilisez des petards ferrovieres pour stopper le train n a rien de spontané l acte est reflechi preparé et organisé faut arreter de nous prendre pour des jambons
    mais c est des djeuuuunnnnns et puis c est du rap alors c est artistiques, c est donc de circonstances
    et le caillassage des policiers c etait bon enfants aussi?
    Allez arretez la politique de l excuse et sanctionnez pour une fois

    Signaler
  5. tiresias tiresias

    nous sommes au coeur de la creativite
    loin des figures momifiees de la capitale culturelle officielle le peuple prend possession de l espace public
    on retrouve la l energie iconoclaste le depassement de formes marchandisées dont le responsable moh est un triste exemple
    deborde mais oui lui qui veut enfermer cette creativite dans le convenu
    cette force qui s est exprimee est a l egal des volontaires marseillais qui ont porte jusqu a paris les depouilles de l ancien monde
    air bel rejoint les surrealistes fuyant le nazisme
    ces jeunes donne un coup de vieux a tous les tacherons dun mp13 sous la coupe d un pfister

    Signaler
  6. Alex Alex

    Tiresias, c est du second degrés hein ? c est ça!, ou vous avez consommé des produits que l on trouve à air bel ?

    Signaler
  7. Marius Marius

    Remarque annexe : encore un incident qui fait inévitablement le tour des médias (y compris dans la presse étrangère), et le tour du web, et qui est du meilleur effet pour la réputation de Marseille.

    Signaler
  8. jyris jyris

    Question jurisprudence sur les attaques de trains à Marseille, vous en oubliez une, qui avait fait longtemps parler d’elle : la fameuse attaque du petit train de touristes au Panier, à coups d’oeufs et de farine. Là aussi, à l’origine de l’assaut, il y avait un lien avec l’expression artistique.
    C’était il y a bien longtemps, au milieu des années 90, le Panier n’était pas encore tout-à-fait devenu un décor, mais le processus était déjà en bonne voie (de chemin de fer, bien sûr).
    On parlait pas encore de buzz à l’époque, mais ça en avait quand provoqué un.

    Signaler
  9. tunnel tunnel

    Et si les TGV ne traversaient pas des quartiers entiers de Marseille, pour lesquels ils n’apportent pas que la pollution sonore, cela n’arriverait pas.
    A quand une vraie gare souterraine qui respectent les habitants de Marseille et fasse gagner du temps à tous les voyageurs ! C’était dans le projet LGV PACA, c’est dans le projet Mistral, mais quand sera-ce une réalité ?

    Signaler
  10. lumen lumen

    mp 13 un projet collectif et alors
    au service de qui ?
    au service de quoi ?
    pascaalou et ave sont dans la meme nave ignorantins de la demarche profnde qui anime la creation la grande geste iconoclaste qui met le regard convenu a s asa place
    cette geste qui est resolumment moderne en montrant combien cette societe machine est etrangere a l humain et quelle ne peut fonctionner que par la menace la repression
    ce moment artistique d une beaute forte de sa formidabilite est peut etre un moment fondateur
    n oublions pas air bel et son jeu de tarot

    Signaler
  11. lumen lumen

    ave je vous remecie de rendre aisi les armes confronte aux dus pepins de la realite

    Signaler
  12. Anonyme Anonyme

    Alors vous voyez bien que ces jeunes n’ont rien inventés.
    Ca existe les attaques de train la preuve.

    Signaler
  13. Janus Janus

    Comment peut ont prendre pour nom de groupe musical… 11.43. ou NTM ? de la provocation débile pour débiles !

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire