Le bon docteur Soubeyrand et sa liste de pieds nickelés

À la une
Benoît Gilles
6 Fév 2014 28

Il est sympathique, Jacques Soubeyrand. À tel point qu'on se demande ce qu'il vient faire dans cette galère électorale. Pour la conférence de lancement de la liste de rassemblement "Union pour Marseille", le professeur de médecine commence par raconter qui il est : sa trajectoire de boursier "d'origine modeste", sa fille victime du syndrome Distilbène, son fils chirurgien "mais à Paris, pas à Marseille, sinon on dirait qu'il est là parce qu'il est le fils de son père", l'autre pilote de chasse. Il parle de ses amis africains à Abidjan avec qui il a dû annuler des retrouvailles pour cause d'élection.

Tandis qu'il dresse cet autoportrait d'honnête homme qui lui sert de profession de foi, le président de la fédération départementale du Parti radical de gauche, Michel Dary, finalise au stylo la liste des 16 candidats qui représenteront "ce collectif de citoyens" dans tous les secteurs. Quelques minutes plus tard, il en fera lecture. Mis bout à bout, cela ressemble fort à un assemblage de bric et de broc, constitué pour une bonne part de déçus de la maison PS. Dans le premier secteur, on trouve la tante de Renaud Muselier, Laurence-Victoire Muselier "la fille de l'amiral", dit-elle avec un brin de fierté. Elle sera associée à Adrien Akroune, candidat malheureux aux primaires socialistes et ancien conseiller municipal de Robert Vigouroux. 

Dans le 2/3, ce sera Lisette Narducci, tout sourire au côté de son président. "Sa liste est déjà prête", glisse ce dernier. Forcément, puisque la maire de secteur sortante a longtemps été la seule liste annoncée par le Parti radical de gauche à Marseille avant que l'idée d'une union citoyenne fasse son chemin sur la ville. Candidate dans le 4/5, avec le jeune radical Jérôme Desille, Brigitte Piétri est elle aussi une déçue du socialisme. Candidate issue de la société civile sur les listes Guérini et élue conseillère municipale, elle a pris ses distances avec son groupe notamment du fait d'un désaccord persistant avec Patrick Mennucci, n'hésitant pas à l'occasion à voter seule avec la majorité Gaudin.

32 voix, peut mieux faire

Michel Dary se présentera dans le 6/8 avec Dominique Baschal, ancienne libraire du quartier. Dans le 9/10, Soubeyrand a comme colistier un autre socialiste en rupture de ban, Fernand Piétri. Candidat socialiste aux législatives en 1997 dans ce secteur de la ville, il avait failli partir en dissident face à l'écolo Pierre Sémériva en 2012. Dans le 11/12, c'est Guy Susini, franc-maçon au Grand Orient – il l'annonce clairement – et ancien socialiste qui partage l'affiche avec la directrice de campagne (PRG) Lilette Prosperi.

Un autre revenant des élections passées est le dénommé Jacques Balouzat, candidat dans le 13/14. Sur une liste société civile en 2001, baptisée "Marseillais Tous ensemble", il avait "fait 10 000 voix" au premier tour et refusé de soutenir René Olmeta ou Jean-Claude Gaudin au second tour. Dans le dernier secteur, un conseiller d'arrondissement de Lisette Narducci, Richard Bergamini, côtoie Ayette Boudelaa, ancien candidate de l'union des écologistes indépendants qui a obtenu… 32 voix au premier tour des législatives.

Qu'est-ce qui peut faire tenir ensemble ces gens venus d'univers si divers ? Jean-Noël Guérini ? "Non", répondent en choeur les colistiers outrés. Un peu gêné aux entournures, le docteur Soubeyrand explique longuement qu'il a des relations avec "le président du conseil général" depuis qu'il préside lui-même l'Entraide des Bouches-du-Rhône. Elu par le conseil d'administration de cette grosse association très soutenue par le CG 13, il avait été appelé à la rescousse par le président Guérini alors que l'association était au plus mal. D'autant plus gêné le docteur que Jean-Noël Guérini l'attend pour inaugurer un établissement juste après la conférence de presse. Mais il n'a pas plus de relation avec lui. "Si je me suis présenté aux cantonales en 2005, c'est sous une étiquette société civile soutenue par le PS", ajoute-t-il.

Une liste anti-Mennucci

Si ce n'est un encombrant parrain, alors peut-être est-ce le projet qui cimente leur union ? En charge de sa rédaction, Adrien Akroune refuse d'en dévoiler les grandes lignes en dehors de la prééminence du développement économique et social. Mais il ne faut pas le pousser beaucoup pour qu'il confonde le projet commun avec celui qu'il avait conçu comme candidat éphémère aux primaires. La rédaction collective s'éloigne un peu plus. Quant à Jacques Soubeyrand, il fait une longue tirade sur la "bien-traitance" dont on a du mal à voir le lien avec la gouvernance municipale.

Au final, le seul point commun reste le ressentiment à l'égard de Patrick Mennucci. Michel Dary l'accuse à nouveau d'avoir écarté la possibilité d'une union avec le PRG telle qu'elle se dessinait en novembre lors d'une réunion en présence des représentants des instances parisiennes. Contrairement aux dénégations du candidat socialiste, ce dernier lui a bien laissé un message pour refuser les hypothèses exploratoires qui en étaient sorties. "Le candidat Mennucci critique le clientélisme, s'énerve Dary, mais les socialistes ont été les premiers clients de Guérini".

Dans leur soif électorale, ils ne ferment pas toutes les portes. Comme annoncé dans La Provence du jour, Michel Dary est en discussion avec Pape Diouf. "Nous nous donnons huit jours pour aboutir", explique ce dernier. "Nous avons une vision commune, enchaîne Soubeyrand. Il a un potentiel de popularité que je n'ai pas. Je n'ai jamais présidé l'OM". Les discussions se poursuivent donc de leur côté. Tandis que dans l'entourage de Pape Diouf, on assure qu'un accord est "peu probable". Iront-ils au bout sans union avec Diouf ? "Évidemment", lâche Narducci. Cela est au moins valable dans son secteur.

Actualisation au 7 février : Après publication de l'article, Ayette Boudelaa a démenti être candidate sur cette liste.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire