L'ancien préfet Hugues Parant atterrit à l'Epad

À la une
le 23 Juil 2013
8

Il aura à peine eu le temps de faire quelques bulles en compagnie des poissons de la mer rouge. L'ancien préfet Hugues Parant placé hors cadre après la nomination de Michel Cadot à son poste en juin dernier devrait atterrir à la direction générale de l'Etablissement public d'aménagement de la région de la Défense, la fameuse Epad. Son nom complet est Epadesa pour établissement public d'aménagement de la Défense Seine Arche. De sources parlementaires concordantes, sa nomination est à l'ordre du jour du conseil des ministres de mercredi. Cet atterrissage en terres parisiennes ressemble fort à une promotion pour celui qui, lors de sa dernière apparition publique, avait déclaré ne pas "avoir souhaité d'autre poste après un poste comme celui-là". Visiblement, le Gouvernement n'a pas craint de froisser sa modestie.

Il devrait remplacer le très sarkozyste Philippe Chaix, dont on annonçait régulièrement le départ depuis l'accession de François Hollande à la présidence de la République. La nomination d'Hugues Parant à ce poste prestigieux est une manière de saluer sa capacité à mener un projet politique dans un marigot plutôt droitier, puisque c'est le bleu UMP qui domine au conseil d'administration de l'établissement public. Ce serviteur de l'Etat vient d'une famille où la tradition publique est bien ancrée – son père ancien préfet a dirigé la Direction de la surveillance du territoire (DST), son frère est ambassadeur en Algérie. Nommé par Nicolas Sarkozy en région Paca, Hugues Parant est souvent classé à droite de l'échiquier politique, même s'il a vaillamment soutenu les politiques des gouvernements successifs. Avant son départ, il était encore monté au créneau pour exhorter les grandes collectivités de gauche et de droite à recruter des emplois d'avenir.

Panier de crabes

Si la région marseillaise vaut son pesant de crustacés à pinces, l'Epad n'est pas non plus considéré comme un antre de crabes dormeurs. On se souvient du tollé qu'avait provoqué en 2009 l'annonce de la candidature de Jean Sarkozy, à la présidence d'un établissement public que son père avait présidé en 2005. Face à une tempête médiatique d'ampleur internationale, le conseiller général avait dû renoncer à ses prétentions. Il est toujours membre du conseil d'administration aux côtés du président du conseil général des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjan et de l'actuelle présidente et maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, autre rejeton d'une dynastie politique. 

Depuis quelques mois à la Préfecture, Parant semblait à l'écart des tractations gouvernementales autour de la métropole en cours de constitution à Marseille. Son successeur, le préfet Cadot, ne cache pas que la naissance de cette nouvelle collectivité est située tout en haut des priorités de sa feuille de route. Lors de ses premières rencontres avec la presse, l'ancien préfet breton a fait explicitement référence à son passage à la Délégation interministérielle à l'aménagement du territoire et à l'attractivité régionale (Datar) pour le compte duquel il avait présidé à la naissance d'Euroméditerranée dans les années 1990. Plus à l'aise sur les dossiers économiques, Hugues Parant est parti alors que la métropole marseillaise ne vagissait pas encore. Ironie du sort, l'Epadesa dont il prend la tête pourrait devenir un établissement d'intérêt métropolitain après l'adoption d'un amendement de députés parisiens dans le cadre du débat en cours à l'Assemblée nationale sur le Grand Paris. A La Défense, il retrouvera un univers de grand projets et de grues qu'il a connu à Marseille.  La mer en moins assurément.

Actualisation : Hugues Parant n'a pas été nommé lors du conseil des ministres du mercredi 24 juillet, comme plusieurs parlementaires nous l'avaient annoncé. Sa nomination est toujours dans les tuyaux et devrait arriver prochainement. En revanche, l'Académie a un nouveau recteur en la personne du chercheur en physique Ali Saïb, qui quitte l'académie de Caen pour Aix-Marseille. 

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. ALAIN PERSIA ALAIN PERSIA

    Cette nomination est une marque de confiance du gouvernement et ce d’autant plus que cet EPADESA va probablement se transformer en Etablissement d’Intérêt Métropolitain comme l’ont proposé par un amendement des députés socialistes.
    Même si ce changement va prendre encore quelque temps , ce nouvel Etablissement sera alors placé sous la tutelle de la gouvernance du Grand Paris.
    C’est donc un poste éminent de grand serviteur de l’Etat qui est confié à H.PARANT qui a été un préfet exemplaire .

    Signaler
  2. Boulegan Boulegan

    Je ne vois pas très bien ou est la promotion. Quand on a été préfet de région se retrouver à la tête d un établissement public c plutôt un enterrement de première classe…

    Signaler
  3. Ericmazargues Ericmazargues

    C’est juste la première zone d’affaires du continent..

    Signaler
  4. Citoyen de l’Estaque Citoyen de l’Estaque

    Vous pensez-vous que ce n’est pas une promotion pour ce grand serviteur de l’Etat ?
    La valeur des chantiers en cours, sous maitrise d’ouvrage de l’Epadesa ou d’investisseurs privés, s’élève à 1,6 milliards d’€, correspondant à 26 000 emplois en ETP* annuels. Par ailleurs, celle des investissements rendus possibles par l’action de l’établissement s’élève à 2 milliards d’euros, pour les années à venir (projets bénéficiant d’un permis de construire), générant 33 000 emplois en ETP annuels. (Données juin 2013).
    Le Grand Paris ne lui fera pas d’ombre..l’Etat garde ainsi la min sur les comptes …
    Cette promotion, apolitique au demeurant, est pour lui une reconnaissance singulière de sa manière de servir !

    Signaler
  5. Manipulite Manipulite

    Jean Noël Guérini témoin à son mariage si j’en crois à ce qu’écrit d’Arrigo; ça jette une sacrée ombre sur l’image du fonctionnaire intègre si c’est vrai.

    Signaler
  6. Andrée Andrée

    On s’est débarrassé de Parant et tant mieux. Moi ce qui m’inquiète dans cette nomination, c’est qu’il ne pourra pas partir en vacances avec Guérini comme ce dernier l’avait annoncé lors du départ de Parant en Préfecture devant l’auditoire médusé.

    Signaler
  7. MANUCOUPOLE MANUCOUPOLE

    ces dernières années l’E.P.A.D.E.S.A.a occulté les milliers de m2 vides à la défense.L’obssession des principaux dirigeants
    étant de se mesurer à Londres,et autres mégapoles du genre.
    Et plutôt que de rechercher un équillibre “” Emplois – transports”,
    Elle succombait a la Paranoïa ambiante,dont les maires de Puteaux et de Courbevoie engrangeaient les royalties,égoistement,sans se soucier de leurs responsabilités financiére dans l’entretien du site.
    Le nouveau Préfet devra faire preuve de réalisme pour donner à la défense un visage accueillant,et écouter les humains qui y vivent et qui y travaillent. aprés le béton l’ame…

    Signaler
  8. SARAZIN13 SARAZIN13

    BRAVO LES HAUTS FONCTIONNAIRES REBONDISSENT SUR LES VAGUES DE LEUR CARRIERE ADMINISTRATIVE….. ET LES MARSEILLAIS DEMEURENT TOUJOURS AVEC LEURS PROBLEMES DE SECURITE QUOTIDIENNE…….

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire