L’architecte du Vélodrome version 98 ne peut faire valoir ses droits sur le stade

Actualité
Benoît Gilles
16 Avr 2019 6

L'ancien architecte du stade Vélodrome, conçu pour la coupe du monde 1998, estime que la nouvelle architecture du stade dénature son œuvre et réclamait 480 000 euros de dommages et intérêts à la Ville. La cour d'appel d'Aix le reconnaît bien comme auteur mais insiste sur le caractère utilitaire de l'enceinte qui autorise son propriétaire à y faire des modifications.

Le post-scriptum de l’enrhumoir ou le testament d’une corolle. Il y a un an, Marsactu révélait que l’ancien architecte du stade Vélodrome, Jean-Pierre Buffi, réclamait 480 000 euros à la Ville pour atteinte à son droit moral d’auteur du stade rénové pour la coupe du monde 1998, honni par les supporteurs car ouvert à tous les vents. Il estimait que le stade rénové pour la coupe d’Europe 2016 avait pleinement « détruit son parti architectural ». Celui d’une corolle donc, ou d’une « coque de navire posée avec légèreté sur des cales par la découpe des gradins ».

Cette passe d’armes judiciaire a fini par accoucher d’une victoire à la Pyrrhus, pour faire honneur aux origines transalpines de l’architecte. En novembre dernier, il commentait ainsi l’arrêt rendu par la cour d’appel d’Aix : « Mon avocat m’a expliqué que j’avais gagné mais que j’avais perdu ». C’est effectivement en résumé le sens de l’arrêt du 23 novembre dernier, mais passé inaperçu.

« Seul concepteur des travaux »

La cour d’appel lui donne raison en reconnaissant sa qualité d’auteur de l’œuvre architecturale et « seul concepteur des travaux de transformation du stade de 1995 ». Ce faisant, la cour infirme le jugement rendu par le tribunal de grande instance en 2016. Celui-ci estimait « à tort » que le Vélodrome était une œuvre collective créée à l’initiative de la Ville de Marseille et « pour laquelle il est manifestement impossible de déterminer les contributions de chacun des trois architectes ayant participé » à son réaménagement.

L’arrêt de la cour d’appel assoit donc le droit moral de l’architecte. En revanche, il écarte tout droit à des dommages et intérêts pour atteinte à ce droit. La cour condamne même l’architecte à verser 20 000 euros à la partie adverse au titre des frais de justice. En effet, si l’architecte est bien l’auteur, l’œuvre qu’il a créée a une vocation « utilitaire » et peut donc être transformée par son propriétaire.

« Il convient de relever que le Stade Vélodrome revêt un caractère utilitaire et non purement esthétique (…) la Ville de Marseille, son propriétaire était en droit d’y apporter des transformations en vue de l’adapter à sa destination et donc aux exigences de l’Euro 2016 ».

« C’est là où l’expression défaite dans la victoire est assez juste, explique Kévin Messang-Blansché, doctorant à l’université Paris II qui a consacré un article à cet arrêt. La cour reconnaît le droit moral de l’architecte et en même temps souligne le caractère utilitaire d’une œuvre architecturale : une maison est faite pour y habiter, un stade de football pour y accueillir des matchs et cela passe avant le caractère esthétique ».

À ce titre, le propriétaire était tout à fait en droit d’opérer des modifications notamment pour adapter le stade à des nouvelles normes, que cela soit en terme d’accueil, de sécurité ou d’un cahier des charges sportifs, du moment qu’il respecte le droit moral de l’architecte précédent.

Une étude commandée par la Ville en 2004

C’est là où la cour s’est aventurée sur les terres peu habituelles de l’architecture de stade. En effet, Jean-Pierre Buffi estime que le nouveau Vélodrome dénature son œuvre et notamment les « bracons », ces piliers qui soutenaient la corolle comme un navire en cale sèche et donnait, selon lui, un « sentiment de légèreté » à l’édifice. Lesdits bracons se sont fondus dans le stade agrandi.

Pour asseoir son appel, Jean-Pierre Buffi cite également une étude commandée par la Ville en 2004-2005 pour couvrir le stade. En effet, les reproches sur le stade de 1998 ont longtemps nourri les débats olympiens : la pluie, le vent, les chants qui se perdent dans l’azur… En 2008, Jean-Claude Gaudin en fait une promesse de campagne qu’il ne tiendra que bien plus tard.

En prévision de cette nouvelle promesse, Jean-Pierre Buffi planche pour le compte du maire et dessine « quatre grands systèmes arborescents » qui préservent les corolles et permettent de passer de 60 000 à 80 000 spectateurs protégés de la pluie. Au final, c’est la perspective de l’Euro 2016 qui deviendra le nouveau Graal municipal, imposant un nouveau toit, mais aussi respectant de nouvelles normes sismiques, imposant de fixer au sol toute nouvelle infrastructure. Permettant aux supporteurs de continuer à chanter « qui saute pas n’est pas Marseillais… »

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Le difficile retour au 22 rue des Feuillants
"Là, il y a un souci." L’agent du service de l’hygiène de la mairie semble embarrassé. Il est censé contrôler les travaux effectués suite...
Le chemin semé d’embûches d’un accord entre Les Républicains et En Marche pour Marseille
Martine Vassal, candidate plus que probable à la mairie de Marseille et Yves Moraine, le maire de des 6e et 8e arrondissements, se sont...
Total redémarre La Mède avec un modèle économique encore fumeux
Habemus Total. Une fumée s’envole dans le ciel de Châteauneuf-les-Martigues. Elle est noire et fait office d’annonce pour les riverains : la Mède redémarre...
L’ouverture nocturne de la plage des Catalans revient à la barre du tribunal
Sera-ce la bonne ? Une décision de la cour administrative d'appel est sur le point d'influencer le devenir de l'apéro-les pieds-dans-l'eau-d'un-coup-de-vélo. C'est en tout...
Malades de la pollution à Fos : « Les personnes peuvent aussi être expertes de leur corps »
L'équipe du projet de recherche Epseal vient de dévoiler le deuxième volet de son étude. En 2017, ces universitaires franco-américains lancent un pavé dans...
Les États généraux de Marseille oscillent entre contre-pouvoir et stratégie électorale
"Quitte à mettre les pieds dans le plat je vais le dire : je veux qu'il y ait un homme ou une femme issue...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire