La violence sexuelle ordinaire d’un directeur de recherche de l’IHU devant la justice

Reportage
le 6 Mai 2022
2

Cinq ans après la révélation des faits de harcèlement moral, sexuel et d'agression sexuelle, E.G. s'est confronté durant un jour et demi à ses deux accusatrices, ancienne collègue et stagiaire. Au bout des débats, il encourt trois ans de prison avec sursis.

Malade d'un cancer, E.G. a pu répondre assis, à la barre. Croquis : Ben 8

Malade d'un cancer, E.G. a pu répondre assis, à la barre. Croquis : Ben 8

E.G. se redresse à l’écoute des réquisitions du procureur Étienne Perrin. Pour la première fois, il rejoint le banc des prévenus et non pas celui de la défense que le président lui a accordé par confort. “Je ne l’avais vu”, dit-il en s’asseyant sur ce banc si symbolique. “Je vous l’avais pourtant indiqué dès le […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. N SV N SV

    Pourquoi dans cette affaire ne nommez vous pas ouvertement le prévenu ? Alors que d’autres (Le Monde par exemple) ne s’en privent pas, et que dans les autres affaires judiciaires que vous suivez la encore les prévenus sont bien identifiés ? Question sans arrière pensée, mais je ne comprends pas ce fonctionnement à géométrie variable ?

    Signaler
    • Benoît Gilles Benoît Gilles

      Bonjour, à ce sujet nous suivns une règle simple. Si le ou la prévenu(e) est une personnalité publique connue, alors nous estimons normal de citer son nom. Cela a été le cas pour le procès en appel de messieurs Maggi et Jorda, ancien député, maire pour l’un et colonel des sapeurs-pompiers de l’autre. Dans le cas présent, M. G. est un chercheur connu dans son domaine mais n’est pas une personnalité publique. C’est pour cette raison que nous ne citons pas son nom ou celui de ses victimes présumés. En la matière, chaque journal suit sa propre règle conduite.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire