La Ville revend le 17 place de Lenche et règle l’addition d’un “fiasco” de l’héritage Gaudin

Actualité
le 30 Sep 2022
2

Après plus d'une décennie d'abandon, cet immeuble du Panier, propriété municipale, va être vendu et transformé en huit logements sociaux. Mais à quel prix ? La Ville a investi plus d'un million d'euros dans le projet jusqu'ici.

L'immeuble est propriété de la Ville depuis 2012. (Photo : PB)

L'immeuble est propriété de la Ville depuis 2012. (Photo : PB)

Le feuilleton du 17, place de Lenche touche bientôt à sa fin. À la veille du conseil municipal, qui doit entériner la vente de l’édifice situé dans le Panier, la mairie tenait à présenter son projet. “Nous en sommes fiers”, sourit Éric Mery. Le conseiller municipal en charge de la stratégie patrimoniale, a présenté ce jeudi 29 septembre la transformation de l’immeuble appartenant à la mairie en vue d’en faire des logements sociaux.

L’intérieur du 17, place de Lenche, après des travaux de sécurisation. (Photo : PB)

Un accord a été trouvé entre la municipalité et Marseille habitat, le bailleur social de la Ville. Négocié à 224 000 euros, le bien inhabitable en l’état sera transformé en huit logements, dont un adapté pour les personnes en situation de handicap. “C’est Marseille habitat qui a proposé cette option lors de sa visite, ajoute Éric Mery, le bailleur a peu de logements de ce type”. Le reste du rez-de-chaussée sera aménagé en local commercial. Si le projet est aujourd’hui négocié et applaudi, ça n’a pas toujours été le cas et des sommes importantes ont été investies dans ce bâtiment par la mairie. Qualifiée “d’opération totem”, le sort de cet immeuble est censé marquer le début d’une nouvelle gestion du patrimoine.

Un taudis à un million d’euros

“Quand vous étiez venus il y a un an et demi, vous aviez des casques, aujourd’hui tout est sécurisé, il n’y en a plus besoin”, se réjouit Éric Mery en faisant référence à une visite de presse menée en février 2021. Des travaux de sécurisation ont été pris en charge par la mairie, “pour un montant de 300 000 euros” annonce l’élu. Cette somme s’ajoute aux 770 000 dépensés par l’ancienne mairie en 2012, lors de la préemption du bâtiment. Au total, c’est donc un peu plus d’un million d’euros que la Ville a investi jusqu’ici pour cet immeuble, toujours en mauvais état. Ce à quoi Marseille habitat va ajouter une somme conséquente pour les travaux de réhabilitation.

(Cliquer pour agrandir)

Benoît Payan, lorsqu’il était dans l’opposition avait érigé le 17, place de Lenche en un symbole de la mauvaise gestion patrimoniale. Les démarches pour acquérir le bien auraient commencé en 2007, d’après Éric Méry, cinq ans avant l’achat, et la bâtisse a ensuite été “laissé à l’abandon” par l’ancienne mairie “pendant 10 ans”. C’est seulement en 2017 qu’un appel à projets est lancé pour faire revivre le bâtiment, jamais placé en péril, mais qui en frôlait la limite.

Initialement, le bien devait être vendu à un promoteur privé pour 250 000 euros, à l’issue de l’appel à projets. La différence entre le montant d’achat et de vente, et donc le manque à gagner financier pour la municipalité avait à l’époque été pointé du doigt par Benoît Payan. L’acquéreur souhaitait en faire cinq logements locatifs et un local commercial de type “show-room”. Début 2021, la nouvelle majorité municipale, avec l’ancien opposant à sa tête, a décidé de mettre fin à la transaction – pas encore bouclée – pour privilégier la construction de logements sociaux.

Éric Méry, élu en charge du patrimoine. (Photo : PB)

Les négociations ayant été concluantes avec Marseille habitat, la mairie s’est engagée à lui céder l’immeuble dégradé. “On signera dans la foulée du conseil, la semaine prochaine, je pense”, détaille Éric Mery. En attendant le vote de ce vendredi, le bailleur a pu réaliser tous les constats et les relevés nécessaires. Ce qui a permis d’estimer le coût des travaux, à sa charge, pour transformer le bâtiment en logements : 909 000 euros. 

L’élu voit l’opération dans sa globalité comme un symbole de l’action menée autour du patrimoine municipal : “on peut élargir sur tout le processus que l’on mène sur le patrimoine dégradé, vous l’avez déjà vu avec les ventes aux enchères“. Une dizaine d’immeubles de l’hyper-centre marseillais sont toujours aux mains de la Ville. Ils ont été sécurisés, à plus ou moins grande échelle. Pour ces derniers, la mairie dit lancer “d’ici à la fin de l’année ou au début de l’année prochaine, un appel à projets”. L’idée serait de répartir les biens, afin de ne pas tout donner aux mêmes opérateurs, ni même aux plus importants. Un processus de redistribution du patrimoine municipal qui ne fait que commencer donc, et dont la facture globale n’est pas encore connue.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Brallaisse Brallaisse

    Et allez, 800 000 euros de foutus en l’air par la gaudinie. Et ce sont les mêmes, Vassal et Pila qui viennent donner des leçons de gestion.
    Avoir mis ces gens à la tête du département et de la métropole est du délire le plus total.
    On pense avoir touché avec elles le fond du trouble,et bien non, avec leurs gros ongles façon ” french manicure”, elles grattent pour s’enfoncer encore plus.

    Signaler
  2. Avicenne Avicenne

    Si j’ai bien compris cet immeuble aura un coût de 2,219 millions d’euros pour 8 appartements, soit 277 375 euros/ appartement ?!!

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire