La Villa Méditerranée se cherche un gérant

À la une
le 1 Oct 2014
26

Voilà un rapport qui n'aura pas fini sous la poussière dans une obscure armoire du conseil régional. La préconisation phare des orientations rendues par Bernard Latarjet concernant l'avenir de la Villa Méditerranée est en effet en passe d'être appliquée. Il s'agit d'un groupement d'intérêt public (GIP), l'Agence des villes et territoires durables de la Méditerranée (Avitem) qui rassemble diverses collectivités dont la région, la Ville, la communauté urbaine de Marseille ainsi qu'Euroméditerranée. Basée boulevard des Dames, à quelques mètres de la Villa, cette structure est en passe de prendre en charge la gestion du porte-à-faux. Un rapprochement naturel pour Bernard Morel, représentant de la région au conseil d'administration de l'Avitem : "D'un côté, on a une structure qui organise des colloques, de l'autre, un bâtiment avec le même objet. Ça devenait un peu idiot !"

Début septembre, un marché a été conclu en toute discrétion pour réaliser un "audit financier et juridique de la Villa Méditerranée en vue de son intégration au sein du GIP Avitem". Le lauréat de ce marché a aussi la charge d'examiner la convention – déjà rédigée – qui pourrait lier l'Avitem et la région. Selon les termes de ladite convention, la région resterait propriétaire mais n'interviendrait plus directement dans le quotidien de la Villa, censée se réorienter vers l'organisation de congrès plutôt que vers la culture.

"On nous propose une Rolls. Mais qui paye l'assurance, l'essence et l'entretien du bolide ?", image Robert Assante, représentant de la Ville de Marseille au conseil d'administration de l'Avitem. Bien qu'amaigri de 7,6 millions à 5,3 millions d'euros par an, le budget de la Villa est une question centrale. "Une mise à disposition est envisageable dans la mesure où nous paierions la totalité des coûts", promet Philippe Cichowlaz, directeur adjoint des relations internationales au conseil régional.

Quête de crédibilité

Depuis son inauguration en 2013 la région a eu bien des difficultés à trouver un contenu à ce bâtiment né de l'ambition internationale de Michel Vauzelle et qui a coûté 70 millions d'euros à la construction. Politiquement, à un an de la fin du mandat, l'actuelle majorité de gauche doit convaincre que la Villa n'est pas qu'un "geste architectural" si elle veut éviter d'avoir à la traîner comme un boulet. Si le partenariat se concluait, elle trouverait opportunément un président à même de lui apporter du crédit. Serge Telle, le président de l'Avitem est aussi le délégué interministériel à la Méditerranée (Dimed), placé sous l'égide du premier ministre. Or, Michel Vauzelle souhaite ardemment l'implantation d'une antenne de cette même Dimed à la Villa. "Ce partenariat avec l'Avitem pourrait aider mais ce n'est pas cela qui est décisif. Le plus important, c'est d'avoir un président aux fonctions diplomatiques importantes et qui assoit la place de l'organisation et du lieu à l'étranger", analyse Philippe Cichowlaz.

Néanmoins, la forme modulable du GIP permet l'intégration de nouveaux membres dont la Dimed pourrait faire partie. Avec l'Avitem, la région entend même inscrire l'ensemble du territoire et de ses acteurs politiques dans une même politique de coopération. C'est ainsi que la Villa Tamaris à Toulon et le centre universitaire méditerranéen de Nice devraient aussi accueillir un certain nombre d'événements internationaux. Une option qui offre aussi l'avantage de contenter la métropole de Nice et la communauté urbaine de Toulon, membres fondateurs de l'Avitem.

La région semble ainsi capable d'entraîner les autres collectivités dans une démarche concertée. "Dans l'idée, pourquoi pas, lance comme en écho Assante. Mais il y a une réserve. Il ne faut pas qu'il y ait une tutelle. L'Avitem doit rester libre de ses mouvements." Et pour que le montage dure, il faudra aussi un engagement stable du conseil régional. Si le Front national arrive aux affaires à l'issue des élections de décembre 2015, l'ouverture sur le monde méditerranéen risque de passer par pertes et profits. Et la Villa pourrait à nouveau piquer du nez. 

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. savon de marseille savon de marseille

    Merci Vauzelle !. Encore un boulet 5 ***** à exploiter avec notre pognon. !. Ce truc ne sert à RIEN…Et des centres de Congrés qui cherchent des clients y en a plein PACA.. Ils ont du mal à remplir leurs plannings… Alors des pseudos gongrès trucs-muche avec des conférenciers qui s’auto-congratulent sur la Médittérranée :qu’est ce qu’on en a à faire ?

    Signaler
  2. Manipulite Manipulite

    Quel gâchis d’argent public dont Vauzelle essaie de s’extirper en filant le bébé à un « machin » . Les dépenses de fonctionnement ne vont pas disparaître par miracle. La coquille vide se transforme en boulet pour les finances régionales. Et comment ce « gérant » a-t-il été choisi ? Par appel d’offre public? Ça n’a pas l’air. Bizarre, bizarre tout cela. En attendant, 70 millions flambés plus 6 millions de fonctionnement par an .On n’a pas fini de payer la gabegie de Vauzelle. Pendant ce temps on coupe des dépenses importantes à l’Etat sur la santé ou le congé parental !

    Signaler
  3. Anonyme Anonyme

    Pendant ce temps là la Région réduit les subventions aux associations qui rendent des services vitaux aux citoyens pour financer son palais qui ne sert à rien et à 1 an des élections il essaie de camoufler cette gabegie en la refilant à quelqu’un d’autre pour que ce soit moins visible mais en continuant de payer…
    Et son magnifique bureau de Président de la Villa, il va le garder ?

    Signaler
  4. Anonyme Anonyme

    Et après on nous parle d’économie ?
    Pas de leçons Monsieur Vauezelle !

    Signaler
  5. dupontlajoie dupontlajoie

    M VAUZELLE fait des batiments et réfléchit à quoi ils pourraient bien servir!N’est pas MEDICIS qui veut!

    Signaler
  6. pmo pmo

    Quelle gabegie d’argent public !!!! Tous ces pseudos responsables publics devraient être poursuivis sur leurs deniers privés…..ils réfléchiraient deux fois plutôt qu’une,avant d’engager des dépenses pharaoniques pour des projets improbables….

    Signaler
  7. anonyme anonyme

    Michel Vauzelle prépare un point de chute au cas où! Vue mer tournée vers la méditerranée et les relations internationales, dommage que le Mucem coupe la vue. Le conseil regional doit se serrer la ceinture sauf sur la Villa, qu’en pense la majorité de Gauche ?

    Signaler
  8. EF EF

    Encore un palais inutile construit avec l’argent du contribuable, pour satisfaire l’ego d’un roitelet. En prime, une architecture qui se veut spectaculaire, et qui est juste médiocre, détruit la composition urbaine et occulte la vue du Mucem, qui s’avère être une œuvre architecturale majeure, qui n’avait vraiment pas besoin d’un tel voisin.
    La Villa de la Méditerranée n’est même pas un « exploit technique », comme certains l’ont affirmé pour défendre ce choix, en une époque où on saurait construire la Tour Eiffel sur la pointe.
    En matière de bâtiment, de nos jours, il n’existe plus de problèmes techniques, il n’y a que des problèmes financiers.

    Signaler
  9. Pétrone Pétrone

    Un bassin en -dessous (pour que l’écroulement du surplomb soit moins rude si on dépasse les 300 personnes pendant une heure ?). En-haut : RIEN. Même pas une affiche. Mais deux hôtesses (des voisines du cousin de la secrétaire de Vauzelle ?
    Et cette merde cache la vue sur le Mucem depuis la rue.
    Espérons qu’une catastropne (naturelle ?) nous en débarrasse.

    Signaler
  10. piqueboufigue piqueboufigue

    ac est bien un socialiste ce mr vauzelle,cette horreur qui cache le mucem,fallait y penser,et maintenant il ne sait pas quoi en faire de sa villa;quel gaspillage de nos impots,et les socialistes parlent de reduire la dette,qui y croit….?????

    Signaler
  11. Anonyme Anonyme

    Quelle gabegie , après le Dôme et le Conseil Général , ,rebelote avec le Mucem et la Villa!Pathétique!

    Signaler
  12. delamesure delamesure

    Que ce palais soit le fait du prince c’est une certitude

    En revanche les commentaires sur son esthétisme et son utilité devraient être un peu plus mesurés

    J’aime personnellement beaucoup ce lieu et mes enfants aussi, surplomber la mer c’est toujours amusant et j’y ai vu une superbe expo sur la mer justement alors qu’au Mucem on s’ennuie ferme dans ce domaine tant ce musée manque de cohérence et de collections

    Bref tout n’est pas à jeter à la Villa même si effectivement le coût est prohibitif pour le contribuable et que c’est un délire à Vauzelle

    Signaler
  13. Anonyme Anonyme

    Michel Vauzelle n’ayant pu assouvir ses ambitions de Quai d’Orsay c’est fait offrir par le contribuable régional une petite compensation et tente de le refiler à d’autres . Tout cela est pathétique et sera inévitablement sanctionné comme il le mérite dans 1 an .

    Signaler
  14. Anonyme Anonyme

    Michel Vauzelle n’ayant pu assouvir ses ambitions de Quai d’Orsay c’est fait offrir par le contribuable régional une petite compensation et tente de le refiler à d’autres . Tout cela est pathétique et sera inévitablement sanctionné comme il le mérite dans 1 an .

    Signaler
  15. Anonyme Anonyme

    vauzelle à la retraite ; et qu’enfin la justice lui demande de rendre des comptes. cet homme est une honte pour la région et la france

    Signaler
  16. Anonyme Anonyme

    une gestion erratique et peu soucieuse de l utilisation de l argent public
    une seule preoccupation la promotion de vauzelle encouragee par sa cour
    mais que font les ecolos les communistes les socialistes sinon vote pour satisfaire les desrs du prince mais d un prince a l horizon reduit a sa personne

    Signaler
  17. Marseil Marseil

    Cet article traite, partiellement, le coût de fonctionnement, mais ne s’intéresse pas à l’investissement, pourtant sorti de notre poche, avec pour but unique de satisfaire l’égo d’un élu à la légitimité contestable.
    Une excellente reconversion, vu la forme du bâtiment, serait en potence pour y pendre les politiques véreux…. Mais le bassin risque d’être vite saturé !

    Signaler
  18. Anonyme Anonyme

    il serait temps que la gauche régionale se débarrasse de Vauzelle ce monarque capricieux et désinvolte avec l’argent du contribuable . La villa méditerranée sera un boulet de plus pour la majorité sortante qui aura déjà à se coltiner avec l’impopularité du gouvernement .

    Signaler
  19. JL41 JL41

    La Chambre régionale des comptes citait dans son rapport sur la gestion de la région PACA, que Vauzelle avait attribué en 2010, 190 M€ de subventions à 5 600 associations culturelles, sportives et autres. Marsactu avait enquêté sur le sujet et mis en ligne un long article il y a tout juste un an : http://www.marsactu.fr/affaires/associations-la-region-paca-ne-sait-toujours-pas-ou-va-largent-32124.html
    Les agissements de Sylvie Andrieux avaient dépassé les bornes, mais les autres subventions de la région relèvent du même clientélisme. Vauzelle avait été réélu de peu. Qu’il soit réélu quand même a eu un coût. Par leur ampleur, ces subventions ont également dépassé les bornes.

    Signaler
  20. Alain Alain

    Michel Vauzelle, c’est Kronos qui tue ses propres enfants? car ce qui s’est passé à la Villa méditerranée, c’est bien lui qui l’a voulu et voté lors des conseils d’administration dont il est président,non? et maintenant il le nie et vide de son sens son projet. Décidément cette ville de Marseille ne peut renier ses origines grecques et tragiques! actuellement passez voir le vide sidéral à l’interieur des espaces du bâtiment… ça vire au cimetière marin!

    Signaler
  21. Trésorier Trésorier

    A raser au plus vite. Ca évitera les frais de fonctionnement et le procès pour plagiat.

    Sinon, à revendre au Qatar ou a un oligarque russe.

    Signaler
  22. Tioneb Tioneb

    Dégager le Mucem et rendre hommage à l’immense Président de Région que fut Michel Vauzelle après une brillante carrière politique dont un inoubliable passage à la Chancellerie : Transporter la Villa M à Menpenti et en faire le mausolée de Vauzelle. Les visites rentabiliseront.

    Signaler
  23. cani cani

    je n’ose, mais en étant vulgaire :
    il la voulu,
    il la eu,
    nous l’avons dans le C..

    Signaler
  24. JL41 JL41

    Pourquoi, ce machin, là ? Du parvis de l’église St-Victor, on voyait entre les constructions du littoral un petit creux où l’on apercevait la jointure entre le rivage et la mer. Ce repère nous permettait de construire dans notre tête, la ligne de séparation avec la mer. Ce petit morceau de rivage attirait le regard, donnait envie de descendre à sa rencontre. C’était un repère précieux. Des urbanistes et l’ambition du président de région l’ont bouché.

    Signaler
  25. Anonyme Anonyme

    une nouvelle etude va etre confiee a joel canapa dans le cadre de marseille capitale europeenne du sport

    Signaler
  26. Anonyme Anonyme

    il aurait pu la mettre au bout du quai sa villa, on aurait pu la transformer en capitainerie (elle en a le look)
    quelle connerie urbanistique de planquer le Mucem
    a croire que monsieur Vauzelle eut été obligé de marquer son territoire

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire