La plus belle terrasse (illégale) de Marseille est en cours de démolition

Actualité
Benoît Gilles
5 Mar 2018 7

Il y a un an, le chalet du Pharo se payait la plus belle terrasse illégale de Marseille. Avec vue directe sur le Vieux-Port, l'édicule a été bâti sans autorisation de travaux. Si le chalet a eu l'autorisation d'ouvrir tout l'été, le concessionnaire a fini par démonter sa terrasse couverte avant même d'être enjoint à le faire.

Le “chacun fait ce qu’il veut” perd-il du terrain à Marseille ? Il y a tout juste un an, c’est ainsi que l’adjointe aux emplacements, Marie-Louise Lota qualifiait la gestion à la marseillaise des concessions privées dans l’espace public. L’expression venait justement commenter le cas d’une terrasse non-autorisée sur les pentes du jardin du Pharo, soulevé à l’époque par Marsactu (lire notre article). Une situation qui a pris fin ces jours derniers.

Land Art avec vue

Ce mercredi, en lieu et place de la plus belle terrasse illégale de Marseille, un amoncellement de poutrelles laisse penser qu’une nouvelle installation de Bernar Venet a glissé depuis la pelouse du parc où Désordre, une de ses pièces monumentales est installée. Sous un froid piquant, des ouvriers s’affairent à scier les poutrelles pour laisser place nette avant le soir. La belle terrasse est en voie de disparition avancée.

Il y a un an quasiment jour pour jour le gestionnaire du chalet du Pharo, installait une terrasse en dur avec toit, vitres et poutres métalliques entre son chalet et le Lacydon. Les concessionnaires, la famille Chicolot, père et fils, privatisaient ainsi une des plus belles vues de Marseille, dans l’axe du Vieux-Port, embrassant son panorama du Mucem à Saint-Victor. Ils le faisaient sans autorisation du service d’urbanisme, puisqu’à l’époque des travaux celle qu’ils avaient déposée était toujours en cours d’instruction.

Si l’urbanisme n’a donc jamais donné son feu vert pour de tels travaux, en mai 2017 ledit édicule a reçu toutes les autorisations nécessaires des services des emplacements comme de la commission de sécurité. Papier en main, Mathieu Chicolot se réjouissait alors de pouvoir mettre en route sa terrasse pour l’arrivée des beaux jours. Ce qui a fonctionné tout l’été. Mais pas deux. Joint par téléphone, son père, Dany Chicolot reconnaît que c’est bien le défaut d’autorisation de travaux qui le pousse à mettre à bas sa terrasse.

La terrasse du chalet du Pharo. Photo : B.G.

Nouvelle demande à prévoir

D’après nos informations, si la Ville ne leur a pas intimé l’ordre de démolir, des agents du service d’urbanisme sont bien venus sur place pour mettre au clair la situation et dresser un procès-verbal d’infraction.

“J’aurais pu déposer un nouveau permis mais le temps que ça soit instruit, je n’aurais pas pu ouvrir cet été, explique le père du gérant. Je préfère repartir comme avant avec des chaises, des tables et des parasols pour ne pas manquer la saison.” Il met en avant une seconde raison plus technique.

“La structure que j’avais fait installer ne me permettait pas de poser des volets roulants et de protéger la terrasse du vent et du froid. Du coup, cela ne remplissait pas complètement son rôle.” En clair, la terrasse couverte ne lui permettait pas d’offrir une vue tout confort tout au long de l’année. Il n’exclut pas de déposer un nouveau dossier d’autorisation de travaux en bonne et due forme pour une nouvelle terrasse couverte une fois passée la saison estivale. “Mais je ne sais même pas si je vais le faire, souffle Dany Chicolot. Franchement, entre ce que je devais faire et ce qui a été réalisée, je n’ai pas été satisfait et quand je vois ce que nécessite un dépôt de permis, je pense que je vais rester avec mes tables et parasols.” Et les passants avec la vue…

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Évacuations : 31 familles définitivement relogées, 1 131 personnes toujours à l’hôtel
"Ils ne veulent voir qu'une ou deux personnes alors on n'y va pas. On attend ensemble dans le hall et on pose nos questions...
[C’est mon data] Où sont les 22 000 hectares de terres agricoles bétonnées depuis 25 ans ?
Prenez une carte de Marseille. Enlevez quand même un petit bout du massif des calanques. Vous avez une idée de la surface de terres...
Jean-Noël Consalès : “90% du maraîchage de la métropole est consommé à l’extérieur “
Rarement le contenu de nos assiettes a autant servi de miroir à notre civilisation. La qualité de ce qu'on mange, comment et où ces...
La marina fantôme cachée derrière le hangar J1
Derrière le projet du hangar J1, il y a un loup voire, vu le contexte marin, un requin. La métaphore animale est de rigueur...
Romain Capdepon : “Dans les réseaux, on voit d’abord les minots mais sans rien savoir d’eux”
Pour les "Minots" dont parle Romain Capdepon, il y a, au commencement, l'espoir de côtoyer un "destin social acceptable". Le premier livre du chef de rubrique...
BG
Plan d’urbanisme : “Il y a une volonté politique latente d’embourgeoiser le centre-ville”
Depuis ce lundi et jusqu'au 4 mars prochain, la métropole soumet à enquête publique l'un des documents clefs du développement des 18 communes qui...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire