La pêche chiante (mais pas que) de Marsactu

À la une
Élodie Crézé
20 avril 2012 0

L'événement phare du week-end reste sans conteste l'édition zéro du Festival international du film chiant, au cinéma les Variétés du samedi au mardi 24 avril. Première festivité programmée dans le cadre du Off de Marseille 2013, le Fific  prend le contre-pied d'un cinéma commercial et choisit de mettre en avant un cinéma hétéroclite. Pour son instigateur, Emmanuel Germond, "l'idée était de faire une belle boîte qui pointe le doigt vers les films hors normes, radicaux, plus politiques et poétiques, parsemés de maladresses". C'est assurément l'occasion de découvrir que le "genre chiant" peut se révéler au contraire passionnant. Le festival commencera samedi soir à 22 h avec la projection du court-métrage de Vincent Macaigne Ce qu'il restera de nous (2011), récompensé lors du Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand.

Il sera suivi à 23 h du ciné-concert Häxan, la sorcellerie à travers les âges (1922) de Benjamin Christensen. Film muet en noir et blanc des années 1920, il retrace l'histoire de la sorcellerie depuis l'antiquité jusqu'au monde contemporain. Censuré au moment de sa sortie à cause de scènes jugées choquantes, il se situe quelque part entre le réalisme et le délire total avec des séquences fantastiques. La projection du film sera accompagnée du concert de l'artiste Ghedalia Tazartès, maître de l'univers musical mystérieux. Ce qui est bien "chiant" ? Le côté film muet, sans couleurs et psychédélique.

Dimanche, à partir de 19 h et jusqu'à 1 h aura lieu une soirée surprise en lien avec les élections présidentielles qui sera relayée par TF1.

Mardi, (même si ce n'est plus le week-end), les Variétés diffuseront le film Fengming, chronique d'une femme chinoise de Wang Bing (3 h 17 et encore, il a été raccourci) à 20 h. Il s'agit de l'enthousiasme d'une femme pour le socialisme, durant trente années de sa vie en terre communiste, depuis 1949. Le côté faussement "chiant" réside dans l'âge avancé du personnage principal, dans la longueur et le caractère historique du film.

Durant la totalité du festival, vous pourrez découvrir  tous les jours de 13 h 30 à 0 h 00 un espace d'exposition animé par la projection de quatre films courts de Mohammed Bourouissa, actuellement en résidence à Art-cade. Au moyen d'une caméra portée tour à tour par un prisonnier, un vendeur de cigarettes, un organisateur de tables de jeu et bien d'autres protagonistes inattendus, le spectateur pourra s'immiscer dans un quotidien inconnu. L'aspect chiant ? Des films de mauvaise qualité de tournage, des thèmes sociaux…

Ysé, le rock français

Samedi soir à 20 h au Poste à galène, la rockeuse marseillaise Ysé se produira à l'occasion de la sortie de Nouvelle ère, un album solo puissant et déroutant, à la croisée des chemins entre le blues, le gospel et la chanson française. Avec le texte placé au centre de la musique et mis en valeur par la voix féminine et grave de Ysé, Nouvelle ère se place sans conteste dans la droite lignée de Barbara et de Brel dont elle dit s'inspirer.

Les Puppetmastaz, ces marionnettes (pour adultes!) adeptes du gangsta rap et du hip hop électro reviennent avec à leur tête Mr Maloke, la taupe malcommode, aux côtés de ses fidèles Panic the Pig, Snuggles the Bunny et Wizard the Lizards, après deux ans de séparation. Le concert se produira samedi soir à 20 h 30, au Cabaret Aléatoire, à la Friche de la Belle de Mai. En première partie, vous pourrez retrouver Blake Worrell.

Sinon, si vous avez envie de "pousser un coup de gueule ou un coup de coeur, chercher l'âme soeur ou le fer à repasser", Zaza, service de cri public le fait pour vous. Laissez votre message sur la boîte mail lecridezaza@gmail.com et Zaza criera pour vous ce samedi à 11 h place Stalingrad à Marseille.

La carte de pêche

Afficher La pêche Marsactu 20/04 sur une carte plus grande
0
commentaires

Commentaires

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire