Retour vers le futur

La métropole relance le tram des Catalans et rêve de la Belle de Mai

Actualité
Julien Vinzent_
22 Juin 2017 11

La métropole a commandé la semaine dernière une étude en vue de créer un tronçon de deux kilomètres entre la rue de Rome et la place du 4-septembre. Prévu il y a près de quinze ans dans le premier projet global de tramway, il constituerait la partie ouest d'une ligne en direction de la Blancarde.

Le tronçon mis en service début 2015 rue de Rome sert de base à cette nouvelle extension.

Le tronçon mis en service début 2015 rue de Rome sert de base à cette nouvelle extension.

Le bouton sera resté sur pause pendant près de 10 ans. Le 12 juin, la métropole Aix-Marseille Provence a lancé un appel d’offre pour la réalisation d’une étude sur la prolongation du tramway entre la place de Rome et celle du 4-septembre, à 500 mètres de la plage des Catalans. Cette étude, dite de “faisabilité”, qui pourrait démarrer pendant l’été, doit être menée dans un délai de 5 mois.

Mais la suite s’annonce longue. Viendront ensuite de nouvelles études pour un démarrage des travaux en 2022 et un aboutissement “à l’horizon 2025”, précise la métropole dans un communiqué publié ce mercredi. Un signe que le dossier a avancé. Interrogé sur le sujet en décembre dernier, le président Jean-Claude Gaudin s’était refusé à livrer la moindre échéance. “Quand on annonce des choses comme cela, on n’arrive jamais à les tenir”, soufflait-il.

Extrait du dossier d’appel d’offres.

Dans le projet établi en 2002 par l’ancienne communauté urbaine de Marseille – qui figure dans le dossier à disposition des entreprises qui souhaiteraient candidater à la réalisation de l’étude – ce tronçon d’un peu moins de deux kilomètres devait faire partie de la ligne 3 Blancarde-4 septembre. Mais c’est un schéma un peu réduit qui avait été inauguré en juillet 2007 par le président de la République Nicolas Sarkozy. En descendant la Canebière, au lieu de tourner à gauche sur le cours Saint-Louis, le tramway a pris à droite vers le cours Belsunce, un parcours qui était à l’origine celui de la ligne 2 Bougainville-Castellane, elle aussi remaniée.

Retour à l’agenda

Depuis, l’idée était restée dans les cartons, hormis à l’occasion de quelques joutes du conseil municipal de Marseille. Mais la réalisation du très coûteux tronçon de la rue de Rome, dans l’optique de pousser plus loin vers le sud l’extension du réseau, l’a rendue plus séduisante. Puisque les rails longent désormais la préfecture, cette nouvelle branche n’est plus si longue. Défendue par le premier adjoint Dominique Tian (LR) au nom de la ville de Marseille lors de l’élaboration de l’agenda de la mobilité métropolitaine, elle a officiellement fait son retour à l’automne dernier dans les grands projets de la métropole. “Vous aurez remarqué qu’on n’a pas fait cette annonce pendant la campagne des élections législatives”, commente, vertueux, Dominique Tian, candidat malheureux dans la circonscription qui recoupe ces quartiers.

Le réseau projeté. Extrait du dossier d’appel d’offres.

Parmi les points durs figure le cours Pierre-Puget. Outre le parking qui occupe aujourd’hui une bonne partie de l’espace et dont la suppression pourrait réveiller des oppositions locales, le prestataire devra trouver “une solution qui permettra le maintien de l’alignement d’arbres”. La métropole lui demande également “d’identifier la nature du pôle d’échange du 4-septembre, sa vocation, son dimensionnement”. Effectivement, le terminus ne paraît pas vraiment bien placé pour accueillir un parking relais… Il faudra aussi réactualiser le coût du chantier, à l’origine noyé dans le grand projet du tram. Pour l’heure, la métropole table sur 60 millions d’euros.

Le réseau qui serait alors dessiné ressemble fortement à celui qui était prévu à l’origine : une ligne 1 de Noailles aux Caillols, une ligne 2 d’Arenc à Castellane – et même de Capitaine-Gèze à La Gaye en tenant compte des extensions à venir, qui constituent le gros chantier à venir en la matière – et une ligne 3 de la Blancarde au 4-septembre. Mais ce mercredi, le communiqué de la métropole esquisse une hypothèse qui ne figure nulle part dans l’appel d’offres : “Ce tronçon pourrait aussi être l’amorce d’une nouvelle ligne complète se prolongeant au-delà des Réformés en direction du boulevard National (desservant au passage la future gare TGV souterraine de St Charles) et le secteur des “Quartiers libres”, objet d’une opération d’urbanisme majeure initiée par la Ville de Marseille.” Voté il y a tout juste six mois, l’agenda métropolitain retenait pourtant la solution du métro pour ces quartiers, avec une 3e ligne qui filerait ensuite vers le Merlan. Entre le rythme politique et celui des chantiers, le schéma a de toute manière le temps de prendre de nouveaux virages…

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Un mois après le drame rue d’Aubagne, le débat sur l’habitat indigne s’impose à la métropole
Le débat politique se déplace et l'action avec. À la suite du report en urgence par Jean-Claude Gaudin du conseil municipal prévu lundi, c'est...
Le temps de travail des agents municipaux met une nouvelle fois la pagaille à la cantine
Jeudi, pique-nique. Vendredi, c'est l'inconnu. Lundi, le grand trou noir. Le menu de la cantine de ces prochains jours ressemble à de l'emmental. Avec...
Martine Vassal paye de nouveaux vestiaires à 1,8 million au Cercle des nageurs
Combien coûtent des vestiaires de champions olympiques ? Si l'on en croit le rapport qui sera soumis au vote vendredi en commission permanente du...
17 ans plus tard, le tramway vers la place du Quatre-Septembre fait son grand retour
À Marseille pour que les choses bougent, il faut parfois prendre un peu d'avance. Il en est ainsi du tronçon de tramway qui doit...
« Notre préjudice s’élève à près d’un million et demi d’euros de marchandises volées »
"C’était open-bar pour tout le monde. Même les gens installés à la terrasse d’à côté sont venus se servir !" Samedi en fin d’après-midi,...
Vice-président LR du département, Thierry Santelli loue un taudis à Saint-Mauront
"Péril grave et imminent", "interdit à toute occupation". Ces mots, devenus récurrents, frappent un logement loué par Thierry Santelli, conseiller municipal Les Républicains et...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire