Retour vers le futur

La métropole relance le tram des Catalans et rêve de la Belle de Mai

Actualité
le 22 Juin 2017
11

La métropole a commandé la semaine dernière une étude en vue de créer un tronçon de deux kilomètres entre la rue de Rome et la place du 4-septembre. Prévu il y a près de quinze ans dans le premier projet global de tramway, il constituerait la partie ouest d'une ligne en direction de la Blancarde.

Le tronçon mis en service début 2015 rue de Rome sert de base à cette nouvelle extension.

Le tronçon mis en service début 2015 rue de Rome sert de base à cette nouvelle extension.

Le bouton sera resté sur pause pendant près de 10 ans. Le 12 juin, la métropole Aix-Marseille Provence a lancé un appel d’offre pour la réalisation d’une étude sur la prolongation du tramway entre la place de Rome et celle du 4-septembre, à 500 mètres de la plage des Catalans. Cette étude, dite de “faisabilité”, qui pourrait démarrer pendant l’été, doit être menée dans un délai de 5 mois.

Mais la suite s’annonce longue. Viendront ensuite de nouvelles études pour un démarrage des travaux en 2022 et un aboutissement “à l’horizon 2025”, précise la métropole dans un communiqué publié ce mercredi. Un signe que le dossier a avancé. Interrogé sur le sujet en décembre dernier, le président Jean-Claude Gaudin s’était refusé à livrer la moindre échéance. “Quand on annonce des choses comme cela, on n’arrive jamais à les tenir”, soufflait-il.

Extrait du dossier d’appel d’offres.

Dans le projet établi en 2002 par l’ancienne communauté urbaine de Marseille – qui figure dans le dossier à disposition des entreprises qui souhaiteraient candidater à la réalisation de l’étude – ce tronçon d’un peu moins de deux kilomètres devait faire partie de la ligne 3 Blancarde-4 septembre. Mais c’est un schéma un peu réduit qui avait été inauguré en juillet 2007 par le président de la République Nicolas Sarkozy. En descendant la Canebière, au lieu de tourner à gauche sur le cours Saint-Louis, le tramway a pris à droite vers le cours Belsunce, un parcours qui était à l’origine celui de la ligne 2 Bougainville-Castellane, elle aussi remaniée.

Retour à l’agenda

Depuis, l’idée était restée dans les cartons, hormis à l’occasion de quelques joutes du conseil municipal de Marseille. Mais la réalisation du très coûteux tronçon de la rue de Rome, dans l’optique de pousser plus loin vers le sud l’extension du réseau, l’a rendue plus séduisante. Puisque les rails longent désormais la préfecture, cette nouvelle branche n’est plus si longue. Défendue par le premier adjoint Dominique Tian (LR) au nom de la ville de Marseille lors de l’élaboration de l’agenda de la mobilité métropolitaine, elle a officiellement fait son retour à l’automne dernier dans les grands projets de la métropole. “Vous aurez remarqué qu’on n’a pas fait cette annonce pendant la campagne des élections législatives”, commente, vertueux, Dominique Tian, candidat malheureux dans la circonscription qui recoupe ces quartiers.

Le réseau projeté. Extrait du dossier d’appel d’offres.

Parmi les points durs figure le cours Pierre-Puget. Outre le parking qui occupe aujourd’hui une bonne partie de l’espace et dont la suppression pourrait réveiller des oppositions locales, le prestataire devra trouver “une solution qui permettra le maintien de l’alignement d’arbres”. La métropole lui demande également “d’identifier la nature du pôle d’échange du 4-septembre, sa vocation, son dimensionnement”. Effectivement, le terminus ne paraît pas vraiment bien placé pour accueillir un parking relais… Il faudra aussi réactualiser le coût du chantier, à l’origine noyé dans le grand projet du tram. Pour l’heure, la métropole table sur 60 millions d’euros.

Le réseau qui serait alors dessiné ressemble fortement à celui qui était prévu à l’origine : une ligne 1 de Noailles aux Caillols, une ligne 2 d’Arenc à Castellane – et même de Capitaine-Gèze à La Gaye en tenant compte des extensions à venir, qui constituent le gros chantier à venir en la matière – et une ligne 3 de la Blancarde au 4-septembre. Mais ce mercredi, le communiqué de la métropole esquisse une hypothèse qui ne figure nulle part dans l’appel d’offres : “Ce tronçon pourrait aussi être l’amorce d’une nouvelle ligne complète se prolongeant au-delà des Réformés en direction du boulevard National (desservant au passage la future gare TGV souterraine de St Charles) et le secteur des “Quartiers libres”, objet d’une opération d’urbanisme majeure initiée par la Ville de Marseille.” Voté il y a tout juste six mois, l’agenda métropolitain retenait pourtant la solution du métro pour ces quartiers, avec une 3e ligne qui filerait ensuite vers le Merlan. Entre le rythme politique et celui des chantiers, le schéma a de toute manière le temps de prendre de nouveaux virages…

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. barbapapa barbapapa

    Quand on a 5 ans, pour pouvoir espérer se déplacer un jour en tramway à Marseille, il vaut mieux ne pas vivre à la Campagne Larousse, à Sainte Marthe ou aux Aygalades

    Signaler
  2. Electeur du 8e Electeur du 8e

    L’hypothétique “troisième ligne de métro” semble bien lointaine. Mais le “schéma d’exploitation” qui illustre l’article dit aussi autre chose : à horizon visible, toujours pas de prolongement de la ligne M2 vers Dromel – prévu depuis trois décennies au moins.

    Et, bien entendu, même s’il ne faut pas se plaindre d’une extension du tram qui, pour le coup, ne se superposera pas au métro, il s’agit encore une fois là de ne pas le faire sortir du centre-ville.

    Si le désenclavement vaguement suggéré de la Belle-de-Mai est une bonne idée, la desserte des quartiers périphériques reste le parent pauvre. Toujours aucun projet vers Bonneveine, par exemple, où les promesses du candidat Gaudin aux dernières municipales faisaient arriver le métro… Et puisque c’était une promesse, alors ça doit être vrai…

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Pardon : le prolongement (encalminé) de la ligne M2, c’est de Dromel à St-Loup, le lecteur aura corrigé de lui-même…

      Signaler
    • VitroPhil VitroPhil

      ” il s’agit encore une fois là de ne pas le faire sortir du centre-ville.”
      C’est exactement cela ! Cela ressemble à une manière de retarder encore les prolongements prioritaires vers le nord, l’est et le sud.

      A la place on met en avant, un petit tronçon vers le centre ouest.

      Et puisque c’est dorénavant la métropole qui est en charge du dossier : quel est l’intérêt métropolitain de ce projet ?

      Signaler
  3. Martine Martine

    Où se trouvent ” les quartiers libres”?
    Merci pour votre réponse

    Signaler
  4. kukulkan kukulkan

    Quelle honte de ne pas prévoir de faire 200m de plus et de pousser le terminus jusqu’aux catalans… Franchement!

    Signaler
  5. MarsKaa MarsKaa

    chers journalistes de marsaçtu, j’aimerai savoir si dans les autres villes de notre grand pays, les infrastructures mettent autant de temps à être décidées et construites.
    Quand je vois Lyon et tout son réseau de transport en commun, je rêve …

    autre question, des fois que vous n’auriez pas d’idées, pas de boulot, maintenant que les élections sont passées 🙂 , pourquoi dit-on encore que Marseille est la “deuxième ville de France” ? (Gaudin et son équipe adôôôre reprendre cette idée)
    la superficie de sa commune ? mais les limites d’une ville ne coïncide jamais avec les limites communales ; la population de son agglomération ? j’ai des doutes que Marseille agglo soit plus peuplée que Lyon agglo ; le nombre d’entreprises dans son centre des affaires ? (un équivalent de la Part Dieu à Marseille ?) son dynamisme économique ? (heu…)
    Merci !

    Signaler
    • Sastien Sastien

      Ne serait-ce qu’en termes de population : Marseille comportait 864 323 habitants en 2016 contre 509 233 habitants pour Lyon d’après l’INSEE. Ça fait une belle différence…

      Signaler
    • neomars neomars

      La population reste le seul critère positif (donc hors bouchon, pollution, …) pour la 2nde place. Pour la superficie, en métropole, c’est Arles 1ère, Val Cenis 2ème (https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_communes_fran%C3%A7aises_par_superficie). Ensuite il faut aller vers des critères un peu technique (aire urbaine, …) et partager avec nos chers voisins.
      Mais si on enlève ses mythes à Marseille, où va t’on ?

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire