La métropole doit choisir le gestionnaire de l’ex aréna du pays d’Aix

Actualité
Benoît Gilles
22 Fév 2017 1

La métropole lance les discussions avec les candidats à la gestion de l'ex arena du pays d'Aix, le groupe Casino et Lagardère Sports. Le premier adjoint de Maryse Joissains fait partie des deux élus qui supervisent cette négociation, avant de voir partir l'équipement dans le giron métropolitain.

Vue d'architecte de la future Arena. Agence Auer-Weber-Gulizzi.

Vue d'architecte de la future Arena. Agence Auer-Weber-Gulizzi.

Qui va gérer l’ex aréna du pays d’Aix ? Côté public, la métropole Aix Marseille Provence. Côté privé, les négociations ont commencé. Le futur équipement pousse à vitesse grand V à la lisière de Luynes et doit être livré à la fin de l’année. En parallèle du chantier, la métropole travaille activement à la délégation de service public qui doit permettre à la salle de sports et spectacles de fonctionner dès 2017. Deux groupements ont été pré-sélectionnés en septembre 2016 : Lagardère Sports et Casino.

La filiale du groupe Lagardère est déjà très installée dans la gestion d’enceintes sportives aux quatre coins du monde. En revanche, le nom de Casino surprend davantage dans ce type d’activités. “Ce sont deux excellents dossiers présentés par des candidats solides, affirme Bernard Jacquier, vice-président à la commande publique à la métropole. Le groupe Casino est associé pour l’occasion à un spécialiste de la gestion d’enceintes sportives.”

Les deux copains de fac

L’élu dirige la commission d’appel d’offres de la métropole Aix-Marseille Provence après avoir joué le même rôle à la communauté urbaine, à la Ville et à la région au temps où celle-ci était présidé par Jean-Claude Gaudin. Autant dire qu’il est très proche du président de la métropole. Un peu comme l’est Gérard Bramoullé auprès de Maryse Joissains. En effet, c’est le premier adjoint de la ville d’Aix, vice-président délégué au territoire numérique et à l’innovation technologique côté métropole, qui est chargé des négociations aux côtés de Bernard Jacquier.

“Je connais Gérard Bramoullé depuis les bancs de la faculté de droit. J’ai donc choisi tout naturellement de l’associer dans cette mission, explique Bernard Jacquier avant d’ajouter que “cela relève de l’intelligence du président que de vouloir associer tout le monde à la construction de la métropole.”

Tropisme aixois

En l’occurrence, Gérard Bramoullé n’est pas le seul aixois dans la négociation. En raison “de leur compétence dans le domaine considéré”, le président de la métropole a choisi de mandater huit fonctionnaires métropolitains et trois sociétés de conseil juridique pour assister les deux vice-présidents. Par un heureux hasard, sur les huit fonctionnaires choisis, sept sont issus de l’ancien pays d’Aix, de la direction de la commande publique à celle des sports.

Là encore, cela doit tenir d’un passé commun sur les bancs de la faculté de droit. En réalité, Maryse Joissains regarde partir ce bel équipement vers un destin métropolitain avec attention. Si le site de sa commune le présente encore comme “l’aréna du pays d’Aix”, elle devrait être inaugurée par Jean-Claude Gaudin. Car à son entrée en fonction, l’aréna sera propriété exclusive de la métropole.

Intérêt métropolitain

Projet porté par l’ancienne communauté d’agglomération, elle a été transférée à la métropole en même temps que disparaissait l’ancienne intercommunalité. Et le travail de définition en cours de l’“intérêt métropolitain” des équipements ne devrait pas changer la donne. “La communauté d’agglomération du pays d’Aix a commencé à la financer, la métropole continue, résume Georges Cristiani, vice-président en charge des équipements métropolitains et maire de Mimet. Puisque la maire d’Aix n’a pas dit qu’elle souhaitait la récupérer, elle devrait être un équipement métropolitain.” 

On sait pourtant que la maire d’Aix a bataillé pour tenter de faire redescendre à la commune les centaines de logements sociaux de pays d’Aix Habitat ainsi que les parkings avant de se faire rattraper par le préfet. À la veille de la fusion métropolitaine, un certain nombre d’équipements culturels sont aussi redescendus vers la commune comme le grand théâtre de Provence. Une action plus facile, la culture étant une compétence orpheline dans la métropole naissante.

Entre Montpellier et Nice…

Pour l’arena, le coup est parti trop tard. Imaginé dès 2008, le chantier a démarré quasiment au moment où naissait la métropole. Dans ces documents de présentation, le pays d’Aix continuait d’ignorer celle qui allait bientôt l’englober. On pouvait lire ainsi : “En 2017, l’Arena du pays d’Aix sera, entre Nice et Montpellier, l’équipement de référence pour des événements sportifs, artistiques ou festifs”. Notamment destinée à accueillir le pays d’Aix université club handball (Pauch), elle pourrait accueillir également le club de basket de Fos-sur-Mer qui a mis en avant de longue date sa vocation métropolitaine.

Si le caractère métropolitain de l’enceinte est tranché, la question du maillage du territoire reste entière. Situé lui aussi sur le Pays d’Aix, l’ancien stadium de Vitrolles est redevenu municipal et se cherche toujours un avenir. Quant à Marseille, la Ville continue de rêver d’une enceinte de grande taille intra muros.

Un temps imaginé sur le périmètre Euroméditerranée 2, cette future aréna pourrait également être située aux alentours du stade Vélodrome dans le cadre de la restructuration du parc Chanot, envisagée avec la fin de la délégation de service public de la Safim. Nul doute que lorsque la question se posera, le maire de Marseille aura le bon goût d’associer les élus aixois à cette réflexion métropolitaine.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Mille logements et plusieurs tours pourraient pousser autour du Corbusier
Le bruit de la circulation du boulevard Michelet résonne jusqu'au pied de la Cité radieuse. L'unité d'habitation Le Corbusier classé au patrimoine de l'Unesco...
Sexisme en politique : dix élues marseillaises témoignent
Le 4 février dernier, le sénateur Rassemblement national Stéphane Ravier se lançait dans une attaque sexiste contre la conseillère municipale Europe écologie les verts...
Confortés par la justice, les opposants au PPP veulent un audit de toutes les écoles
Le 12 février sera marqué d'une croix rouge dans le calendrier des "anti-PPP". Architectes, instituteurs, parents d'élèves, professionnels du bâtiment, militants "attachés au service...
Pour le tribunal, le PPP des écoles nuit à l’intérêt des contribuables marseillais
Une scène peu familière aux affaires administratives, où les jugements sont d'ordinaire rendus par écrit. Ce mardi 12 février, l'annulation de la délibération municipale...
Pour soutenir le projet de grand hôpital privé, d’anciens patients démarchés par mail
C'est ce qui s'appelle mal tomber. Stéphane Mari connaît ça puisque c'est après une mauvaise chute en sport qu'il s'est retrouvé il y a...
Bruno Gilles et Sophie Camard s’essayent au débat des municipales avec un an d’avance
"Tu as peut-être les finalistes de la municipale sur ta photo... sur un malentendu !". La boutade est lancée par le sénateur LR Bruno Gilles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire