La métropole condamnée à verser 110 000 euros à une société d’Alexandre Guérini

Info Marsactu
Jean-Marie Leforestier
2 Juil 2019 4

Compte tenu de l'affaire Guérini, la métropole avait écarté volontairement SMA environnement, la société d'Alexandre Guérini. Impossible, estime le tribunal administratif, qui a donc choisi d'indemniser l'entreprise.

Photo Emilio Guzman

Photo Emilio Guzman

C’est le prix d’une « innovation » juridique qu’avait tenté la métropole. Aix-Marseille Provence va devoir verser 110 000 euros à SMA Vautubière, une société appartenant à Alexandre Guérini, selon une décision de justice que révèle Marsactu. À l’été 2017, elle avait choisi d’écarter volontairement d’un marché public cette entreprise qu’elle connaît bien estimant que sa candidature faisait naître « une situation de conflit d’intérêts ».

L’institution est en effet depuis plusieurs années partie civile dans la tentaculaire affaire Guérini. S’estimant victime des agissements de SMA environnement, elle avait donc choisi d’inscrire sur la liste noire une de ses filiales, SMA Vautubière, exploitante de la décharge du même nom à La Fare-les-Oliviers. « Indépendamment de la présomption d’innocence, la métropole considère qu’il serait irresponsable et impossible à justifier tant auprès de l’institution judiciaire, que des élus locaux et de la population, qu’elle attribue 20 millions d’euros de marchés publics de déchets aux sociétés d’Alexandre Guérini », avait expliqué à Marsactu l’avocat de la métropole Gilbert Sindres.

Mais le tribunal administratif de Marseille a eu une autre lecture : « La seule circonstance que la métropole se soit constituée partie civile dans des instances pénales impliquant les sociétés SMA environnement et Vautubière ne saurait en elle-même être de nature à caractériser, dans le cadre de la présente procédure de passation, une situation de conflit d’intérêts. Il suit de là que ce motif ne pouvait légalement justifier l’exclusion de la société SMA Vautubière ».

Estimant dont que la métropole n’avait pas suivi les règles de mise en concurrence, le tribunal a décidé de casser le marché litigieux. Celui-ci concerne le transport des ordures ménagères sur le territoire Ouest Provence. La somme en jeu est d’importance : autour de 4 millions d’euros par an sur quatre années. Une manne que l’avocat de SMA, Benoît Caviglioli avait jugé « vitale » pour l’entreprise.

La métropole contrainte de faire avec Alexandre Guérini ?

La décision rendue le 11 juin ne réattribue pas le marché à la société du frère de l’ancien président du département Jean-Noël Guérini mais rembourse l’équivalent de la marge – estimée à 3 % – qu’elle aurait pu obtenir sur une année de marché. C’est à cela que correspondent les 110 000 euros. Alexandre Guérini demandait 2,2 millions d’euros.

Cette décision sonne la fin de ce marché de ramassage des ordures qu’avait finalement gagné Suez Méditerranée. La métropole va devoir désigner un nouveau prestataire avant le 11 mars prochain. Sera-t-elle alors obligée de composer avec Alexandre Guérini qui ne manquera pas de candidater sur ce marché comme sur d’autres ? Une chose est sûre, c’est bien parce la société de celui-ci avait été classée première la fois précédente qu’il avait fallu trouver un moyen de l’écarter. Pour s’en tirer, la métropole entend faire valoir ses arguments en appel.

D’ici cette nouvelle audience, le juge de l’affaire pénale Fabrice Naudé aura vraisemblablement décidé si SMA environnement mérite d’être renvoyée devant un tribunal. Cette société est visée dans deux pans de cette vaste information judiciaire. Tout d’abord, on la soupçonne d’avoir été favorisée pour l’obtention de la décharge de la Vautubière en bénéficiant d’informations privilégiées sur les critères d’examen des offres. Deuxièmement, on lui reproche, toujours sur le territoire de la métropole, d’avoir enfoui des déchets privés à la décharge publique du Mentaure (lire notre article). Dans ses réquisitions récentes, révélées par Marsactu, le procureur a demandé un procès pour l’affaire du Mentaure. Le juge Naudé peut encore en décider autrement.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Soutenue par Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal espère éviter la « guerre des droites »
Le secret de polichinelle n'en est plus un. Après plusieurs mois de faux suspens, Martine Vassal a annoncé sa candidature aux élections municipales, vendredi...
L’étrange évacuation des habitants du 36 rue Curiol
"La Fondation Abbé-Pierre aimerait avoir des explications de Marseille Habitat sur le cadre légal de l'expulsion du 36 rue Curiol." En quelques mots mesurés,...
Plombé par un chantier coûteux, Artplexe délaisse l’art et l’essai pour le cinéma commercial
Il est le cinéma censé amorcer le renouveau de la Canebière. Artplexe, dont les travaux font face au kiosque des Mobiles, s'écarte soudainement de...
Putsch et contre-putsch à l’UDE : lutte fratricide dans le parti de Madrolle et Bennahmias
Tempête dans un micro-parti. Alors que la semaine dernière, Christophe Madrolle annonçait son intention de se présenter aux municipales à Marseille, les tensions qui...
À Saint-Menet, le terrain de motocross sort discrètement de la piste
Le terrain de motocross de Saint-Menet continue de rater des rapports. Après les protestations des habitants de la Penne-sur-Huveaune, inquiets du bruit que l'activité...
Soutien officiel d’Yvon Berland, un journaliste couvre sa campagne sous pseudo
L'alphabet peut parfois être malheureux. En classant les soutiens à sa candidature aux municipales par ordre alphabétique, Yvon Berland a forcément mis en bonne...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire