La fable du plan Macron pour les transports qui désenclaverait les quartiers Nord

Décryptage
le 10 Nov 2021
24

L'enveloppe exceptionnelle pour développer les tramways et bus rapides à Marseille a été votée à l'Assemblée nationale. Mais contrairement à l'objectif mis en avant, les projets ciblés à ce stade par la métropole ne concernent pas les quartiers Nord. Les arbitrages doivent être scellés avant la fin de l'année.

Les tramway financés devraient d'abord rejoindre la place du Quatre-Septembre, bien avant la Belle-de-Mai ou la Castellane. (Photo : Emilio Guzman)

Les tramway financés devraient d'abord rejoindre la place du Quatre-Septembre, bien avant la Belle-de-Mai ou la Castellane. (Photo : Emilio Guzman)

Emmanuel Macron voulait aller vite. Le 2 septembre, lorsque le chef de l’État présente son plan “Marseille en grand” avec un milliard d’euros pour développer les transports, il souhaite que ce soutien financier permette l’aboutissement rapide de projets. Deux mois plus tard, les grandes lignes sont quasiment actées et l’aide budgétaire déjà votée par l’Assemblée nationale. Une démarche éclair. À tel point que l’on en oublierait presque de s’attarder sur les tracés de ces “nouvelles” lignes de tramway ou bus à haut niveau de service (BHNS), jamais détaillées dans son discours. La seule direction donnée était le “désenclavement des quartiers Nord”. Quand on y regarde de plus près, cet objectif attendra. L’aide ne financerait en effet qu’un seul BHNS et 1,6 kilomètre de tramway dans le nord de la ville.

Présidente de la métropole Aix-Marseille Provence, Martine Vassal (LR) confirme “une dizaine de projets” intégrés dans l’enveloppe, comme évoqué par le président de la République. Parmi eux, outre l’automatisation du métro déjà existant, se trouvent donc l’extension du tramway 3 au nord (d’Arenc à Gèze) et au sud (de la place Castellane à La Gaye), celle du tramway T2 jusqu’à la place du Quatre-Septembre, le BHNS B4 entre Gèze et La Fourragère, mais aussi des lignes de bus à Istres ou Aix-en-Provence.

Les financements de l’État seront fléchés vers des projets déjà avancés.

Une sélection qui n’est pas surprenante : elle correspond aux premières opérations prévues dans le plan de déplacement urbain (PDU) de la métropole, qui avaient fait l’objet de candidatures pour des crédits du plan de relance en début d’année 2021. Pour la métropole comme pour le gouvernement, il s’agit de flécher l’argent sur des dossiers déjà mûrs. “Ce financement permet d’accélérer tous les projets de transports de la métropole. Quand j’ai présenté le plan de déplacement urbain, nous n’avions pas ce milliard”, défend Martine Vassal, présidente de la collectivité, auprès de Marsactu. “Accélérer”, ou tout simplement réaliser sans trop de retard par rapport au calendrier prévu initialement.

La Belle-de-Mai hors du milliard

Relégués dans le plan de déplacement urbain (PDU) à des échéances plus lointaines, les projets vers les quartiers Nord sont donc absents des projets financés, ce qui n’est pas du goût de la majorité municipale. “Nous avons comme priorité de développer les transports en commun dans les quartiers les plus précaires où la population en est très dépendante”, rappelle Audrey Gatian, adjointe PS à la mairie en charge de la mobilité. La Ville, qui a organisé une conférence de presse à ce sujet ce mardi, veille de conseil municipal, espère peser dans les choix de la métropole, qui détient la compétence des transports et recevra directement les aides de l’État.

Le plan présenté par la métropole en octobre 2021. (cliquez sur l’image pour agrandir)

Les crispations se situent particulièrement sur l’extension du tramway vers la place du Quatre-Septembre, au sud du Vieux-Port évaluée à 75 millions d’euros. La municipalité a toujours clamé sa préférence pour une ligne dans le quartier de la Belle-de-Mai. “En allant jusqu’au Merlan cela permet avec 4,7 kilomètres de rail de desservir 120 000 personnes pour un montant de 250 millions d’euros”, chiffre Audrey Gatian. Les études pour affiner ces chiffres “sont sur le point de se terminer”, précise-t-elle.

Le projet d’un tramway débarquant boulevard National est bel et bien prévu dans le plan que diffuse la collectivité (voir ci-contre). Sauf qu’il arrive en queue de peloton pour ce qui est de la date de mise en service, à savoir 2030. “Cela ne fait pas partie du milliard d’euros de l’État”, souligne Martine Vassal. Du côté de la Ville, on souhaite privilégier ce projet avant celui de la ligne du Quatre-Septembre. “Nous avons eu une réunion ce mardi avec Henri Pons (Vice-président de la métropole délégué aux transports, ndlr) il y est favorable si c’est notre priorité”, assure Audrey Gatian. Martine Vassal se montre moins conciliante. “Nous ferons ce que nous pourrons faire, mais il y a des délais incompressibles dans un projet et celui de la Belle-de-Mai est moins avancé que celui du Quatre-Septembre. Si nous le mettions en priorité, sa mise en service serait beaucoup plus lointaine”, pointe la présidente d’AMP. Il y a quelques jours, dans un entretien accordé à Go’met, elle estimait par ailleurs que “c’est le quartier de Marseille où il y a le plus de transports en commun”, une affirmation qui a suscité quelques controverses sur les réseaux sociaux.

Un souci de tracé pour aller à La Castellane

Les différentes options sur la table pour traverser la Cabucelle. Source : cahier des charges de l’étude qui doit démarrer dans quelques mois.

L’autre projet phare qui n’est pas du tout accéléré par le plan Macron, c’est l’extension du tramway tout au nord de la ville, de Gèze à la cité de la Castellane, sur environ 7 kilomètres. “Il y a un souci avec le tracé, la Ville est plutôt favorable à ce qu’il passe par le littoral plutôt que la rue de Lyon“, renvoie Martine Vassal. “C’est notre autre priorité”, insiste Audrey Gatian. “D’ici la semaine prochaine nous donnerons le tracé que nous privilégions”, précise-t-elle.

En l’état actuel des discussions, le tramway n’atteindra pas la cité de la Castellane avant 2028.

Mais le financement n’est pas le seul blocage et la réponse de la Ville ne règlera pas les questions techniques anciennes posées par le tracé. Dès 2019 les études de faisabilité signalaient l’impact foncier qu’aurait ce tramway dans le quartier de la Cabucelle. Ce n’est qu’il y a quelques jours que la métropole a commandé de nouvelles études pour approfondir le sujet. La mission devrait prendre un an. D’une étude à l’autre, la mise en service prévisionnelle se voit ainsi repoussée de 2025 à 2028, car de nombreuses phases (enquête publique, lancement de marchés et travaux) doivent suivre. D’ici là, les habitants de la Castellane devront toujours compter une petite heure pour rejoindre le Vieux-Port, si le bus n’est pas pris dans les bouchons.

Une autre rallonge de l’État pour le désenclavement ?

L’arbitrage entre les différents projets se fera sous les yeux de l’État. Un proche du dossier confirme que la liste définitive des projets qui bénéficieront de ce financement exceptionnel n’est pas arrêtée à ce jour. “Toutes les parties sont d’accord à 80 %“, nous glisse une source au fait des derniers échanges entre collectivités. Ce qui laisse un peu de marge pour le désenclavement des quartiers Nord. Un objectif réaffirmé par l’amendement gouvernemental voté en début de semaine. “C’est conforme à ce qui est attendu sur le terrain“, ajoute cette source.

Du côté de la métropole, on assure que l’on n’oublie de toute manière pas les quartiers Nord. “Les autres projets présents dans le PDU se réaliseront“, défend Martine Vassal. Encore faudra-t-il trouver les financements. Car le PDU actuel nécessite 350 millions d’euros d’investissements annuels sur une décennie. Alors que dans les faits la métropole investit seulement une centaine de millions d’euros par an. Le milliard qu’apporte l’État – dont 744 millions devront être remboursés à terme – ne représente donc “que” trois années d’effort. Pour combler ce différentiel, l’État est encore appelé à la rescousse, alors qu’il incitait plutôt la métropole à se serrer la ceinture pour dégager de nouvelles sources de financement. “Le gouvernement m’a dit que si tout se passait bien, nous aurions davantage de fonds“, assure pourtant Martine Vassal.

Une possibilité déjà évoquée par Emmanuel Macron en septembre. À peine le magique milliard d’euros prononcé, le président en remettait une couche : “C’est un début. Je suis même prêt à ce qu’on fasse davantage et qu’on monte la part de contribution de l’État sur les projets de transports qui sont structurants pour désenclaver les quartiers.” Rendez-vous en février lors de sa prochaine visite programmée à Marseille ?

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Brallaisse Brallaisse

    A vous lire, Macron aurait mieux fait de ne rien faire .

    Signaler
    • BRASILIA8 BRASILIA8

      l’article montre l’écart entre l’annonce de Macron et son application par la Métropole

      Signaler
  2. Agnès Revertegat Agnès Revertegat

    C’est ce qui se passe quand on vend sa ville au gouvernement qui en fait son terrain de jeux

    Signaler
  3. Danielle Fourmaud Danielle Fourmaud

    Tout à fait d accord bien sur pour agrandir le reseau des transports à Marseille
    Mais je suis étonnée que personne ne parle de prolonger les bus jusqu à 23h ou minuit.
    C est la seule ville de France ou on est obligé de prendre sa voiture pour aller au cinéma ou au théatre…
    L investissement ne serait pas lourd, et ça améliorerait la circulation.Tout le monde n habite pas à 5 minutes du tram ou métro !
    Pourriez vous faire un article, un sondage sur ce sujet ?

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      J’ai déjà eu plusieurs fois l’occasion de faire remarquer qu’ici, le réseau de bus RTM n’a pas bougé depuis des décennies, pendant que la ville et les besoins de déplacement, eux, ont changé. Il s’agit d’un réseau de transport scolaire qui s’adresse marginalement aux salariés qui n’ont pas de voiture, il n’est absolument pas conçu pour être une alternative efficace à la bagnole. Quand on compare les horaires actuels du bus B1 (faussement BHNS) et les horaires du bus 21 en 1995, ce sont : les mêmes, exactement les mêmes !

      A Lyon il y a dix ans, et à Lille et Paris plus récemment, les réseaux de bus ont été refondus pour les adapter aux besoins d’aujourd’hui : modification du tracé des lignes, des fréquences, de l’amplitude du service, nouvelles dessertes, etc. (https://www.cairn.info/revue-transports-urbains-2013-1-page-18.htm). Ici, rien.

      C’est beaucoup moins cher que de créer un tramway, mais comme c’est beaucoup moins “vendeur” électoralement, tout le monde s’en fout.

      Signaler
    • Assedix Assedix

      @Danielle Fourmaud: vous avez tellement raison… On est tellement habitués à se passer de ce service qu’on en oublie la base
      Et pour rejoindre Électeur du 8e, il va peut-être falloir arrêter avec ces horaires “vacances scolaires”

      Signaler
  4. Brallaisse Brallaisse

    Agnes Revertegat , cette ville n’est pas à vendre ,car il n’y a rien à vendre. Si des dettes, une inégalité sociale, de la violence , du chômage et un retard de 25 années.
    Donc face à ces zélus , il est souhaitable que l’Etat prenne une plus grande emprise sur la gestion de la ville et de la métropole.Et si le Président doit en mettre une deuxième couche pour que ma Vassal entende , il n’hésitera pas face à cette entité négligeable

    Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    La Vassal et pas ma Vassal , vous l’avez bien compris

    Signaler
  6. Manipulite Manipulite

    L’argent de l’Etat est un moyen de plus pour mener la même politique pour Vassal.
    La vigilance extrême s’impose pour ceux qui souhaitent un développement équilibré.

    Signaler
  7. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Le plan Macron a le mérite d’exister, mais contre toute attente il va servir à financer des opérations prévues et programmées depuis longtemps, et que je croyais déjà financées (à commencer par le remplacement des rames du métro). Il n’ajoutera ou n’accélérera absolument aucune opération nouvelle.

    Mais heureusement, la bonne entente entre l’équipe municipale marseillaise et les battus du suffrage universel qui dirigent la métropole va permettre de trouver un point d’équilibre entre les souhaits des uns et des autres. Pas plus tard que ce matin, la présidente de la RTM, réputée pour sa profonde compétence en matière de transport collectif, a tranquillement affirmé sur une chaîne de télé que les desiderata de la ville de Marseille, elle n’en avait absolument rien à faire. Une intervention d’une rare intelligence, qui montre qu’on peut tout oser, même investir dans les transports collectifs sur le territoire d’une collectivité en refusant d’écouter celle-ci.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Vous parlez sans doute de Pila , échantillon typique de la gaudinie, qui en tiens une couche . D’ailleurs Arletty en la croisant aurait pu reprendre son excellent mot à son sujet : “« Certains ne sont jamais seuls, ils sont toujours accompagnés de leur connerie. »

      Signaler
    • gastor13 gastor13

      C’est sûr qu’Audrey Gatian a nettement plus de compétences au vu de son parcours antérieur…

      Signaler
  8. kukulkan kukulkan

    une honte ces annonces Macron, milliard en fumée !
    Et cette Vassal métropolitaine et les LR qui se foutent royalement des quartiers Nord, une honte aussi !

    Signaler
  9. Brallaisse Brallaisse

    Gaston 13, je ne sais si Gatian a plus de compétences ou non que Pila, mais pour le moment c’est la tata en chef du Roucas qui est à la RTM et l’on voit ce que cela donne .

    Signaler
    • gastor13 gastor13

      Oui mais c’est Audrey qui veut donner des leçons pour l’instant. Le problème avec le PM c’est qu’ils veulent tout diriger mais uniquement avec l’argent des autres, et c’est là où cela ne peut que coincer. Quand on voit qu’ils ne sont même pas foutus d’assurer un service public correct avec des bureaux de proximité qui ferment, des délais ahurissants pour de l’état civil, je doute que s’ils devaient vraiment gérer les transports ça serait mieux.

      Signaler
  10. Brallaisse Brallaisse

    Vous êtes sympa Gastor 13, mais PM a été élu pour diriger contrairement aux gaudinettes qui se sont fait jeter de Marseille et qui veulent continuer à le faire. Une question, Muselier, Vassal et votre Pila jouent-ils avec leurs sous ou bien les nôtres.
    Rassurez vous la mairie n’est pas la seule à être longue, CARSAT, Préfecture, sont dans le même cas.FO , le poil dans la main ou le climat.,je ne sais.
    Ce qui fait le charme marseillais,paraît il.

    Signaler
  11. Malaguena/Jeannine Malaguena/Jeannine

    quand je lis Le projet d’un tramway pour 2028/2030 !! et bien le désenclavement ne désenclavera pas vite . Enfin vassal fait sa propre politique en matière de transport pour les quartiers nord

    Signaler
  12. Frederic Frederic

    Aucune vision cohérente dans ces projets de déplacement. Presque une aberration de mettre un tramway dans une ville avec autant de dénivelés et avec une population importante. Comme d’autres avant moi l’ont dit, il faudrait déjà plus de bus et plus tard pour avoir déjà un réseau correct. Les trams ici ne sont que des arguments “commerciaux”.
    Et les quartiers Nord méritent surtout un métro ! Car faire passer un tramway dans des noyaux villageois ou rues étroites comme la rue de Lyon, c’est contre-productif !

    Signaler
    • patrick R patrick R

      pour construire cette éventuelle ligne Il faut plus de 10 ans entre la conception et la réalisation. Sans compter le cout d’exploitation.

      Signaler
    • Thauvinus Thauvinus

      Entièrement d’accord avec vous, le tramway est efficace pour l’hypercentre et les dessertes mais la desserte structure d’une ville de 850 000 habitants avec une superficie habitable déjà supérieure à Paris ne peut être que le métro…
      Quelque part, si 40 milliards d’€ ont été sécurisés par l’Etat pour le Grand Paris Express qui, malgré son utilité certaine, n’est pas un réseau de toute première nécessité, en rapportant à la population desservie, on peut penser que mettre 10 milliards d’€ pour les TC de la Métropole dont les 2 tiers pour Marseille dont la première nécessité est avérée ne semble pas si aberrant

      Signaler
    • Thauvinus Thauvinus

      *et les dessertes de moins de 10 kms avec une vitesse commerciale de 19km/h, mais la colonne vertébrale des TC d’une ville de 850 000 habitants avec une superficie habitable déjà supérieure à Paris ne peut être que le métro…

      Signaler
  13. marianne13 marianne13

    Désenclaver les quartiers nord dans un premier temps, c’est améliorer l’amplitude des horaires (pas seulement le soir pour aller au théâtre, au ciné…) mais également permettre aux travailleurs, manuels pour la plupart, d’accéder aux TC dès 4H30. Cette mesure améliorerait aussi les conditions de vie des travailleurs pauvres des quartiers sud en terme de pouvoir d’achat et de qualité de vie.
    Je m’étonne que le PM ne s’empare pas de revendications typiquement de gauche …

    Signaler
    • Patafanari Patafanari

      Le PM est typiquement de gauche.
      Il ne conçoit pas que l’on puisse être réveillé avant 9h30 ( du matin).

      Signaler
  14. marianne13 marianne13

    Pour l’heure, le PM semble consolider l’opposition nord/sud en s’opposant aux projets de tramway déjà en cours .. de quoi satisfaire ceux qui voient d’un mauvais oeil un accroissement d’afflux vers “leurs” plages des Catalans et de Malmousque par exemple.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire