La droite perd « la maison de Jean-Claude Gaudin » mais sauve les meubles

Actualité
le 29 Juin 2020
6

Le symbole est puissant. Au-delà de ne pas avoir pu conserver la mairie centrale, la perte du secteur ancestral gagné d’ordinaire haut la main par l’ancien maire est vécue comme un drame par la droite locale, qui a pourtant sauvé les meubles en conservant deux secteurs.

Martine vassal lors de son vote, le dimanche 28 juin. Photo : Emilio Guzman

Martine vassal lors de son vote, le dimanche 28 juin. Photo : Emilio Guzman

Son mascara a coulé sous ses yeux noirs. En partie parce qu’il fait très chaud. En partie parce qu’elle ne retient pas son émotion. Colistière de Ludovic Perney avant de rallier la liste Les Républicains emmenée Martine Vassal dans le quatrième secteur, Catherine Michel ne cache pas son désarroi. La ville n’est pas gagnée, certes. […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    La droite ne s’est pas aperçue que la sociologie de son bastion avait changé – en dépit de l’éviction de Tian en 2017. Les projets faramineux de bétonnage dans le 8ème, l’état des transports, guère plus reluisants ici qu’ailleurs en périphérie, la mauvaise gestion généralisée, qu’il est difficile d’expliquer toujours par « la faute à pas de chance » : tout cela a conduit à détourner de la « maison Gaudin » une partie de l’électorat du secteur.

    Le contenu de la lettre adressée nominativement par Martine Vassal à des électeurs de ce secteur était d’ailleurs un signe de la déconnexion de celle-ci par rapport à la réalité de l’électorat : il était visiblement plus destiné aux personnes âgées qu’aux jeunes ou aux familles avec enfants, qui existent cependant aussi dans ces quartiers !

    Signaler
    • pierre pierre

      fine analyse avec laquelle je suis d’accord!

      Signaler
  2. pierre pierre

    excellent, Coralie et Nina, vous nous permettez de bien saisir l’état de désarroi dans lequel les résultats de cette nuit ont plongé la Bourgeoisie marseillaise! Instructif!

    Signaler
  3. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    La saleté des rues est » exemplaire » l La piste cyclable éphemére sur le Prado fut une « gaudinerie »Je me souviens que la mairie avait fait intervenir un commando d’employés municipaux armés d’arroseuses pour nettoyer l’itinéraire de Fillion quand celui-ci était venu se sustenter à la cantine de les Républicains à la Villa .C’était avant un meeting à CHANOT Voir partout en bleu et blanc la binette de Vassal conduisait inéluctablement à se poser la question :d’où vient l’argent ?Surtout alors qu’on en trouve pour financer les établissements d’enseignements publics et privés du quartier PPP (Prado, Paradis Perrier) aux dépens de ceux des quartiers populaires laissés à l’abandon

    Signaler
  4. patrick patrick

    vassal a quand même dit : « je n’ai pas perdu ».

    Signaler
  5. Assedix Assedix

    Disons que la perte du centre ville chic jette une lumière crue sur le projet de société porté par la droite marseillaise, avec son mode de vie ringard où l’on se regroupe entre soi dans des résidences fermées avec deux places de parking par appartement, le plus loin possible des lieux de culture ou de vie sociale, que l’on fréquente le moins possible (sauf peut-être une salle de sport climatisée en rentrant du boulot), et où l’on ronge son frein la moitié de sa vie professionnelle en attendant de pouvoir se payer une petite maison encore plus loin.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire