La chasse aux fontaines, exercice d’open data appliqué

À la une
le 5 Août 2013
18
La chasse aux fontaines, exercice d’open data appliqué
La chasse aux fontaines, exercice d’open data appliqué

La chasse aux fontaines, exercice d’open data appliqué

Après être allé au Mucem, en rejoignant le Vieux-Port à pied, la soif se fait sentir. Alors que les premiers bancs apparaissent sur le quai, les habitués des terrasses sirotent leur boisson. Mais si l’on ne souhaite pas mettre la main à la poche pour s’hydrater, ce n’est pas ici qu’on trouvera une fontaine d’eau potable, ni même un petit robinet pour se rafraîchir. Il faut le savoir mais la fontaine la plus proche se trouve en haut de la Canebière, près du kiosque.

Si la Société des Eaux de Marseille (SEM) revendiquait l’année dernière “cent bornes-fontaines” à l’occasion du Forum mondial de l’eau, la Ville a revu sa liste à la baisse en répertoriant 29 “fontaines à boire” sur son site internet. L’absence de six arrondissements et la mention d’une seule fontaine dans de nombreux arrondissements amène à douter sérieusement de l’affirmation de la Sem selon laquelle on ne peut “jamais être à plus de 450 mètres d’un point d’eau”.

Oasis caché​e

A partir de la liste fournie par la mairie, nous avons décidé – comme l’année dernière – de partir à la recherche de certaines des 29 fontaines. Direction tout d’abord le 3e arrondissement avec une source indiquée au 2 boulevard Gustave Desplaces. Après avoir parcouru l’intégralité de la rue, c’est une vieille dame qui finit par indiquer l’emplacement du sacré graal : il est en fait situé sur le parvis nord de la gare Saint-Charles, non loin de l’université Aix-Marseille. Effectivement, au milieu de la place trône une petite borne disposant d’un robinet. Le moins que l’on puisse dire est qu’elle se fond dans le paysage. Sur place, aucune signalisation. Sans aller jusqu’à faire des kiosques d’eau gazeuse comme à Paris, Marseille a un sacré retard à rattraper en termes d’accès à l’eau potable.

Au final, pas évident de savoir combien de robinets publics compte la ville. D’autant plus qu’à ces 29 fontaines à boire – dont la qualité de l’eau doit être conforme à des normes strictes – s’ajoutent 69 points d’eau pour lesquels la réglementation est moins exigeante. Si les fontaines d’eau potable appartiennent à la Ville, leur entretien et réparation étaient historiquement assurés par la Sem. Comme tout cela était un brin compliqué juridiquement – la Sem étant en fait liée par contrat à la communauté urbaine et non à la ville – un appel d’offre est actuellement en cours pour reprendre le flambeau. Montant du marché : entre 350 000 et 700 000 euros par an. Mais on reste sur l’aspect uniquement technique.

A l’arrondissement près

Comme souvent, le dossier fourni aux entreprises candidates permet toutefois de récolter de précieuses informations, sous forme de tableur recensant fontaines et points d’eau. Une fois de plus, tous les arrondissements ne sont pas également équipés. Il n’y a aucune fontaine à boire entre le haut de la Canebière et le parc Borély, qui concentre 6 points d’eau. Passé le Prado, la pénurie recommence jusqu’à la Grotte Rolland où se trouve une fontaine isolée.

Loading

Cliquez pour voir en plein écran. Les pictogrammes blancs représentent les fontaines, les noirs les points d’eau. Les fontaines positionnées quasiment au mètre près sont en bleu, en orange pour celles qui sont au bon endroit (exemple un parc), rouge pour celles où nous avons des doutes.

Reste une localisation parfois hasardeuse, d’où des couleurs différentes et une carte encore perfectible, avec votre aide (notamment en vérifiant l’existence et le fonctionnement de celles de l’ancienne liste de la ville, on accepte aussi les coordonnées GPS voire les indications précises)[1]. Du point de vue pratique, cela ne devrait toutefois pas vous poser trop de problème, sinon en l’absence de panneaux faites comme nous : demandez votre chemin.

Bref, pour en revenir à la mairie, si l’information est là, la mise en forme non. La Provence s’y est aussi heurtée : “De longues recherches sont nécessaires pour avoir un document qui semble basique”. Pour notre part, il a fallu aller fouiller la plate-forme des marchés publics pour avoir mieux que pauvre document texte du site internet municipal. Pas génial pour communiquer en cette période de forte chaleurs :

 

 

D’autres grandes agglomérations ont elles déjà mis en place des systèmes de géolocalisation. Le site d’Open Data du Grand Lyon répertorie précisemment pas moins de 120 fontaines. L’identification précise des points d’accès à l’eau potable gratuite : c’est d’ailleurs la tâche à laquelle s’est attelée l’association Eaupen. Il est ainsi possible de trouver les points à Paris, Rennes, Lyon, Grenoble et Nice sur leur site mais aussi sur le terrain via une application pour smartphones. “En général, les municipalités nous envoient les adresses ou les coordonnées GPS des points d’eau quand on les leur demande, explique Samuel Degrémont, bénévole d’Eaupen, poursuivant :

Pour Marseille, j’ai essayé d’avoir des données avant l’année capitale européenne de la culture. J’ai contacté la mairie, qui m’a renvoyé vers la communauté urbaine qui m’a dit de m’adresser à la Société des Eaux de Marseille.

De guerre lasse, Eaupen n’a jamais reçu ne serait-ce qu’une liste de points d’eau potable. La seule fontaine qu’elle répertorie à Marseille se trouve dans le 13e et a été indiquée par un internaute. “L’accès aux informations est très aléatoire. Beaucoup de municipalités sont en cours de recueil des fontaines à boire, explique Samuel Degrémont. Cela ne relève pas d’un blocage politique mais plutôt d’un manque d’organisation dans les informations”.

“Une vraie logique de service” à Paris

Il pointe cependant des efforts faits dans certaines villes comme à Paris où une véritable politique de publicité a été mise en place : “Eau de Paris édite chaque année une carte pocket distribuée sur de nombreuses manifestations telles que Paris Plages par exemple” détaille Farid Belabed, agent au sein du service “maintenance des fontaines”. Une campagne de pose de plaques signalétique “Eau Potable” sur les points d’eau a également été effectuée l’année dernière. On est donc bien loin du simple document texte de Marseille, alors même que “le droit d’accéder à l’eau potable dans des conditions économiquement acceptables par tous” est inscrit dans la loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006.

Pour Eaupen, il n’y a pas cinquante manières d’expliquer le grand écart entre les fontaines à eau pétillante de Paris et la fontaine (en panne) de la Plaine. “A Paris, et dans les villes où l’eau est en régie municipale, il y a une véritable promotion de l’eau du robinet et une vraie logique de service qui a été mise en place. Ce n’est pas encore le cas dans toutes les municipalités où cette préoccupation n’est pas toujours présente”. À la source, derrière la question du public/privé, le facteur déclencheur semble être la volonté politique et une conception différente de l’espace public.

 

[1] Nous tenons bien entendu nos données, publiées sous licence ouverte et déjà téléchargeables en GeoJSON  sur umap, à disposition de qui en ferait la demande.

Cet article vous est offert par Marsactu

À vous de nous aider !

Vous seul garantissez notre indépendance

JE FAIS UN DON

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Céhère Céhère

    Dans le 8ème il y en a une en bas du boulevard des Baigneurs, qui surplombe l’anse des Phocéens (plage de “l’Abri cotier”), idem en bas du boulevard Colombet quelques centaines de mètres plus loin, au-dessus de l’anse des Sablettes.
    A noter que chaque douche du “parc balnéaire du Prado” possède un robinet bas que l’on peut considérer comme une fontaine.

    Signaler
  2. Anonyme Anonyme

    bonjour en effet ce probleme reste contraignants pour nous les marseille et de surcroit ceux qui ce deplacent en velo ! Merci de l’avoir remis d’actualitée. il faut savoir que des patrons de bar pas trés commode on volontairements couper certaine fontaine potable a fin d’obliger les habitants et les touristes a consomer. C’est une honte du coup obligé d’avoir toujours 5 euros en poche dés que l’on sort dans son quartier. Il ya a une fontaine a notre dame du mont cours julien en face des toilettes publiques ( generalement hors service ) il serait bien de la remetre en service car 2 parcs pour enfants environnent ne sont mm pas pourvu de ce service pourtant regalien méme si ce n’est pour rincer les main de sont enfant avant le gouté !

    Signaler
  3. Citoyen de l'Estaque Citoyen de l'Estaque

    La ville ou le CUMMP devrait rapidement corriger l’anomalie criante de répartition des points d’eau potable notamment pour la desserte des quartiers les plus fréquentés situés autour du vieux port. Au constat de la géolocalisation sur la carte, il n’est offert aucune possibilité d’accès à une fontaine publique ou à un point d’eau potable de la ville. Pour «s’abreuver », les autochtones et les familles en visite et aux moyens limités, n’ont que par défaut le choix les bistrots…….s’ils ne veulent pas souffrir de pépie…. Que font nos élus….avant d’embarquer pour le Château d’If.

    Signaler
  4. Esgalduin Esgalduin

    Si Si , il y a pleins de fontaines à Maseille, le matin, côté caniveau.

    Signaler
  5. Anonyme Anonyme

    Pour ma part, je souhaite la supression de ces fontaines… Celle du haut de la caenbière, place Gambetta, attire des hordes de SDF et autres vagabonds… ils dorment un peu partout autours… les ordures s’accumulent sir les pelouses… la place à l’air totalement abandonnée des pouvoirs publics…
    Et je ne parle pas du parking gambetta dont je suis abonné… De l’aveu même de Q PARK, les SDF fracturent systématiquement les portes d’accès pour y faire leurs besoins… L’odeur d’urine y est insoutenable… Q PARK a un peu jeté l’éponge après que le sabotage des portails neufs posés il y a quelques semaines.

    Signaler
  6. Anonyme Anonyme

    Tant que ça ? Mais il est vrai que vous êtes dans le 8e arrondissement… CQFD

    Signaler
  7. Anonyme Anonyme

    La ville de Marseille est schizophrène, par peur des pauvres, des jeunes ou des clochards, un million d’habitants sont privés de bancs publics, de métro le soir (sauf cette année), d’eau potable… Il est vrai qu’au plus on réduit le nombre de bancs publics, au plus les sans abris on tendance à les utiliser. Un ville comme Barcelone a des bancs publics dans tous les quartiers, dans toutes les rues sur toutes les places, et la vie y est plus conviviale. Idem pour l’eau, les sans abris ne peuvent pas vivre sans, et il est naturel qu’ils s’agglutinent autour des rares points de réhydratation… plutôt que de couper l’eau aux existants, il serait préférable d’abreuver la population en multipliant les points d’eau.

    Signaler
  8. Céhère Céhère

    Le dernier message vient donner le pourquoi du comment de la disparition progressive des points d’eau, car les élus savent parfois écouter leurs administrés… surtout dans un sens.
    Je suis étonné que cela ne soit pas abordé dans les articles. La disparition des fontaines ne relève pas de la magie, c’est une volonté.
    Certes d’autres villes ont des politiques tout à fait différente, mais si Marseille était à la pointe de l’innovation urbaine, ça se saurait.
    Il paraît qu’à Paris ils ont mis en place un site et une application où on peut signaler un nid de poule, un poteau cassé, ou tout autre problème de voirie… peut-être qu’on en bénéficiera dans 30 ans, en attendant MPM ne possède même pas d’adresse mail.
    J’imagine déjà la sueur froide perler sur le front de Dèdou et Doumé, la fine équipe de MPM, devant la masse de travail en perspective.

    Signaler
  9. Hervé Hervé

    A la longue liste des points d’eau potable disparus, j’ajoute la fontaine Wallace du Palais Longchamp qui ne coule plus.

    Signaler
  10. Citoyen de l'Estaque Citoyen de l'Estaque

    La ville, ma ville, devient pingre et inhospitalière. Quelle tristesse M.GAUDIN ! C’est la faute des autres ! Sous Gaston DEFERRE nous n’avons jamais connu un tel désarroi…

    Signaler
  11. Lydia Lydia

    Il manque aussi des toilettes publiques et des espaces toilettes pour animaux(voir la ville du mans à tous les coins de rues) , dans nos parking hors de prix on a aussi droit à des odeurs dégueulasse exemple avenue Léon Gambetta c’est immonde et on paye pour être asphyxiés . Tant qu’on y est autant ne pas avoir de fontaines ça évitera les pipis intempestifs??? D’ailleurs on a souvent ce genre de réponses lorsqu’on pose ces problèmes naturels et fondamentaux. Avez vous remarque lorsque vous posez les problèmes c’est jamais eux c’est toujours les autres.

    Signaler
  12. Anonyme Anonyme

    Et tout le monde marronne. Vous voulez des fontaines et ci et ça et vous votez pour des mastres qui n’ont qu’une idée en tête le démantelement du service public et le libéralisme outrancier.
    A Paris on est passé à la régie pour l’eau. Ici on a la SEM, notre chère SEM avec l’eau la meilleur de France et l’eau la plus chère aussi mais ça il vous le disent pas les autres. Alors pas de fontaines les gars, ça coute en entretien. Et puis acheter votre bouteille d’au parait que c’est la crise et le commerce en a bien besoin!

    Signaler
  13. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Pas de bancs, pas de points d’eau potable, pas de toilettes publiques (http://www.marsactu.fr/archi-et-urbanisme/penurie-de-wc-publics-a-marseille-la-mairie-fait-un-geste-28467.html) : à qui nos excellents élus destinent-ils notre ville ?

    Aux rats et aux chiens, peut-être ? Ordures et crottes abondent sur les trottoirs… Allez, les élections municipales approchent, voici une idée importée d’Espagne pour favoriser la propreté de nos rues : http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/08/07/doggy-bag-un-maire-espagnol-renvoie-les-crottes-de-chien-aux-proprietaires/#xtor=RSS-32280322

    Signaler
  14. Marseillais indigné Marseillais indigné

    Oh que faites vous de la”concurrence libre et non faussée” si chére à la majorité louis-philipparde qui est à la téte de la Ville ? Ces fontaines “publiques” font une concurrence déloyale à cette institution marseillaise qu’est le BAR Si vous ne voulez pas, pour autant, vous faire raquetter ,faites comme moi embarquez dans votre sac à dos une bouteille d’eau du robinet !

    Signaler
  15. José 2013 José 2013

    Cet excellent article (comme toujours…) de Marsactu fait lointainement penser à la discussion publique co-organisée le 27 juin dernier par MP 2013 et la Friche BDM sur le thème des “espaces publics”. De mémoire, cette question de l’absence de fontaines et de bancs avait notamment été évoquée… Voir : http://www.cesar.fr/forum-culture-1-2013

    Signaler
  16. Céhère Céhère

    Dans le parc de la Colline St-Joseph, les coordonnées exactes des 4 fontaines, dont 3 en service, sont (du nord-ouest vers le sud-est):
    COLLINE ST JOSEPH (BD DU REDON / JEUX D ENFANTS) 43.251227,5.418855
    COLLINE ST JOSEPH (BD DU REDON / Esplanade jeu de boules) 43.250898,5.420041
    COLLINE ST JOSEPH (BD DU REDON / EN MONTANT VERS L EGLISE) 43.250043,5.419976 -hors service depuis des années-
    COLLINE ST JOSEPH (BD DU REDON / Jeux d’enfants) 43.250073,5.421202

    Dans le parc de la Mathilde, coordonnées exactes de la fontaine :
    PARC DE LA MATHILDE (BD DE LA GAYE / PARC A CHIENS) 43.259353,5.4152

    Signaler
  17. chris4 chris4

    Le problème est surtout qu’au moins la moitié des fontaines de Marseille n’ont pas d’eau ! Et encore heureux lorsqu’elles ne sont pas emplies de bordilles.

    Signaler
  18. Céhère Céhère

    Voici les coordonnées du point d’eau JARDIN MALMOUSQUE (PLATEAU MALMOUSQUE / SUR LE CHEMINEMENT DU BORD DE MER SOUS LA LEGION) : 43,280659;5,347534

    Le descriptif est bon. J’ai essayé de vous l’envoyer sur l’adresse de contact il y a quelques jours, ça s’est peut-être perdu.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire