La CAF prolonge les financements jeunesse pour les centres sociaux de Marseille

Actualité
Lisa Castelly
18 juillet 2017 0

La réponse a mis du temps à arriver, mais elle devrait rassurer les centres sociaux situés en zone prioritaire à Marseille. Ces derniers dénonçaient depuis juin l’arrêt brutal des financements pour la jeunesse liés au pacte de sécurité et de cohésion sociale pour Marseille, prévus pour durer trois ans. Ils ont finalement obtenu de la caisse d’allocation familiale (CAF), qui gérait ces financements, que le dispositif soit prolongée jusqu’à la fin 2017, soit six mois et 700 000 euros de rallonge. L’aide, répartie entre 46 centres sociaux, a pour but de les soutenir dans la structuration de leurs secteurs jeunesse, à travers des postes d’animateurs dédiés. Dans un communiqué, la CAF souligne la réussite des projets portés par ces animateurs, un constat déjà mis en avant par les centres sociaux eux-mêmes.

« C’est une bonne nouvelle. On est contents, a minima, d’être fixés pour les six prochains mois, commente Joseph Richard-Cochet, délégué départemental de l’Union des centres sociaux. On avait une urgence et ils y ont répondu, même s’il y a eu un délai. Mais le combat continue, je me demande si dans six mois, on ne devra pas refaire la même mobilisation. » Jusqu’en décembre, la quarantaine de personnes dont l’emploi était menacé devraient tous pouvoir être conservés dans les différents centres sociaux. « L’activité continue, le plus important c’est de conserver la relation avec les usagers et qu’il n’y ait pas de cassure », relativise-t-il.

Mais pour l’heure l’échéance n’est que retardée. La CAF des Bouches-du-Rhône indique qu’elle « souhaite explorer, avec les autres financeurs des centres sociaux, les modalités d’un partenariat financier durable pour pérenniser les actions impulsées par le Pacte. » C’est à dire trouver une nouvelle façon de faire perdurer ces dispositifs jusqu’ici exclusivement financés par l’État via la caisse nationale d’allocations familiales.

Les partenaires à solliciter pourraient être les signataires de la convention-cadre des centres sociaux, renouvelée tous les trois ans : la Ville, le conseil départemental, le conseil régional et l’État. « Est-ce que ces partenaires là vont suivre ou pas, je ne sais pas », s’interroge Joseph Richard-Cochet, en attendant le début des discussions entre partenaires publics.

0
commentaires

A la une

9 heures. Le Freedom of the seas vient tout juste de s'amarrer au quai du terminal de croisières, tout au nord du port de Marseille....

Marsactu vous propose de profiter de l'été avec quatre séries. Pour "questions de confiance", nous avons interrogé quatre députés des Bouches-du-Rhône, toutes tendances confondues, sur la transparence et la probité. Nos "petites histoires de résidences fermées" sondent cet urbanisme qui interroge notre manière de voisiner. "Diogène", c'est parfois votre grand-père, votre voisine ou un oncle lointain qui entasse et ne jette rien au point de risquer d’être enseveli sous les déchets. Enfin, "dans le sillage des croisiéristes", vous découvrirez ceux qui tentent de profiter du boom de ce secteur touristique à Marseille.

Interne au sein du service de géronto-psychiatrie de l'hôpital Valvert, Alexia Frison-Ramard a choisi le syndrome de Diogène comme sujet de thèse de doctorat. Pendant un...

Diogène est parfois votre grand-père, votre voisine ou un oncle lointain qui entasse et ne jette rien au point de risquer d'être enseveli sous les déchets. Marsactu vous offre une plongée en trois épisodes à la découverte de ce syndrome qui hante nos rues. L'histoire commence dans un banal immeuble du 5e arrondissement. Une fuite d'eau amène les habitants sur la piste de la manie d'entassement de leur voisine et sur l'impasse institutionnelle et juridique pour tenter d'y mettre fin. Elle se poursuit avec le quotidien de Christophe Di Pietro dont l'entreprise est spécialisée dans le débarras de l'extrême : appartements encombrés de déchets ou de collections d'objets qui virent à la submersion. Enfin la psychiatre Alexia Frison-Ramard a choisi ce syndrome comme sujet de sa thèse de doctorat. Elle détaille le mode de prise en charge des patients âgés qui développent ces symptômes.

La série d’articles consacrée aux résidences fermées a été réalisée en partenariat avec une équipe de chercheurs du Laboratoire population environnement développement (LPED) de...

Personne n'est venu ce vendredi au tribunal administratif pour représenter les sociétés du groupe SMA, pas plus Alexandre Guérini, son fondateur, que son principal...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire ou voir un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire