Jean-Pierre Mignard, Marseille à tâtons

À la une
le 1 Fév 2012
6

Il s’est installé au Baron perché comme dans un salon littéraire. Près d’un poêle « pas très efficace », pour dédicacer  son Manifeste pour la Justice. Jean-Pierre Mignard offre aux journalistes (on a eu le nôtre) et militants un exemplaire de l’ouvrage coécrit avec l’ancien ministre de l’Intérieur de Mitterrand Pierre Joxe, le juriste Thomas Clay et l’ancienne députée Christine Lazerges. Il n’a pas encore tout à fait endossé les habits du candidat parachuté dans la deuxième circonscription des Bouches-du-Rhône (qui regroupe les arrondissements 7 et 8).

Il n’opérera la transformation définitive qu’à l’arrivée d’Eugène Caselli et Patrick Mennucci, accompagnés de quelques autres élus. Le maire du 1/7 siffle la fin des discussions informelles et ouvre ce qu’il avait présenté sur son site comme « une conférence de presse en présence de Jean-Pierre Mignard ». Classe et on ne peut plus discret comme arrivée pour l’ancien responsable de la Haute autorité des primaires socialistes.

« Ma candidature peut paraître insolite »

Patrick Mennucci, au centre de la tribune, tient à légitimer la présence de ce soutien de Ségolène Royal. « On lui proposait des circonscriptions gagnées d’avance, notamment la 10e de Gironde, souligne celui qui est lui aussi candidat aux législatives (4e). Mais il a voulu venir ici. Cela fait deux ans que nous discutons de comment Jean-Pierre peut s’investir à Marseille. » Eugène Caselli renchérit :  » Il est là pour rester, c’est déjà une qualité. »

« Ma candidature peut paraître insolite, je ne le nie pas. » Jean-Pierre Mignard avance sur la pointe des pieds avant de peindre Marseille et « son modèle d’intégration ». La ville, il ne la connaît que par bribes au gré de ses présences à l’antenne phocéenne de son cabinet d’avocats. Aux Marseillais, Jean-Pierre Mignard veut parler problèmes sociaux et sécurité.

Pour ancrer localement sa campagne, il s’est entouré de deux de ses anciens rivaux pour la candidature Nathalie Pigamo (suppléante) et Pierre Autran (directeur de campagne). Exit par contre l’anesthésiste Bertrand Mas. Ce qui est resté en travers de la gorge de certains socialistes locaux qui verraient bien émerger ce quadra, anesthésiste, déjà membre de la commission santé du parti. La conseillère communautaire Madeleine Panchetti, responsable de la 7e section du PS est de ceux-là. Elle déplore un discours qui offre « une vision folklorique de Marseille ». Un accueil pas très chaleureux qui rappelle que le premier fédéral Jean-David Ciot n’a pas jugé bon de se déplacer en « ce lieu très sympatique des nuits marseillaises » vanté par Mennucci.

Eviter le sujet Guérini

Jean-Pierre Mignard n’entend pas tendre encore plus les relations. Même l’affaire Guérini ne semble plus trop intéresser ce Monsieur éthique pour qui, sur ce sujet, le PS a déjà tranché. Voire. Pour sa campagne, il s’appuiera, outre les militants, sur les sympathisants ayant laissé leur adresse lors de la primaire. Désirs d’avenir à la sauce provençale, comme dirait Olivier Bertrand, le correspondant local de Libé.

Pour le reste, l’avocat s’en tient à la ligne affichée depuis plusieurs semaines. D’abord, faire gagner Hollande, ensuite, les législatives. Ce combat s’annonce plutôt difficile. Dominique Tian, maire du huitième arrondissement, député sortant, part favori dans une circo qui a bougé depuis 2007. Il a d’ailleurs déjà envoyé les premiers scuds dès le nom de son principal concurrent connu. Mignard connaît peu son adversaire mais ses propositions, qui vont « toujours dans le même sens », ont déjà permis à JPM de se faire les dents, bien encouragé par Patrick Mennucci, aussi remonté que la montre qu’il n’a eu de cesse de triturer pendant toute la conférence. Venu signifier le soutien d’Europe Ecologie, Pierre Semeriva glisse que « ce serait déjà bien d’être au deuxième tour dans un territoire où le FN est fort ». Le candidat mise lui sur une triangulaire pour créer la surprise et sur « la morale » des riches qui les feraient accepter de payer plus d’impôts. Magnéto Esther.

Un lien Petite histoire d’un parachutage, sur Marsactu

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Éric scotto Éric scotto

    Jean Pierre Mignard cumule un ensemble de compétences et de qualités humaines qui manque souvent à Marseille . Son implication et son ancrage dans le débat local donnent à ce dernier un éclairage favorable, ce qui n’est pas souvent le cas ces derniers temps s’agissant de notre ville et de notre département . Voilà quelques raisons qui font que j’ai accepté de présider son comité de soutien de la façon la plus active possible et j’invite donc celles et ceux qui m’accordent quelque sympathie à me rejoindre.

    Signaler
  2. Stantor Stantor

    Eric Scotto a raison : le candidat est bourré de qualité. Mais mettre ses pas dans ceux de ses chaperons encombrants va vite l’amener à se retrouver au centre des enjeux qui ne sont pas les siens. Le choix auquel il va être confronté est celui d’ouvrir les yeux ou de la fermer pour rejoindre la longue cohorte des petits arrangements à la petite semaine.
    Avec un chaperon qui concourt aux grandes gueules le mercredi et au lâcher des œufs guérinistes sur son blazer le samedi, une suppléante installée dans le vide sidéral, on peut déjà penser que Jean-Pierre Mignard est mal parti.

    Signaler
  3. Remi Martin Remi Martin

    Jean Pierre Mignard , dans son discours prouve qu’il est quelqu’un d’impliqué et d’ éminemment intelligent . La présence de personnalités comme cet avocat de renom est un atout de poids pour Marseille. Il dispose d’une vision réaliste de la société , et de son futur. Son implication dans ces élections législatives prouve bien qu’il souhaite insuffler un nouvel élan aux quartiers sud marseillais , changer la mentalité et permettre une ouverture et une intégration sociale nécessaire à un développement cohérent de la cité phocéenne. Il fait partie d’une nouvelle génération de socialistes marseillais souhaitant un changement , son expérience et sa carrière de juriste en font une personne responsable qui a compris comment s’entourer . Il dispose de soutiens de poids , Eugène Caselli et Patrick Mennucci , sont à ce jour les plus a même de lui dresser un bilan des travaux à effectuer dans le 7ème et le 8ème arrondissement de Marseille. En définitive Jean Pierre Mignard est une nouvelle pierre à l’édifice du nouveau PS 13 .

    Signaler
  4. TELEM TELEM

    Voilà sans nul doute un homme de valeur mais il ne nettoiera pas la cuvette en tenant la balayette par le mauvais coté.

    Signaler
  5. druide67 druide67

    Il se trompe s’il pense qu’il pourra occulter l’affaire guérini pendant la campagne, chaque candidat devra se positionner clairement et devra s’exprimer devant les électeurs, il faudra a ce moment assumer franchement ses choix et ses responsabilités.
    Les questions seront posées et il faudra bien y répondre sous peine de sanction électorale.

    Signaler
  6. si...mais!! si...mais!!

    Maitre Mignard en impose non pas par sa stature ou son verbe haut mais au contraire par sa voix posée, son honneteté, son réalisme, sa bonne volonté. L’homme parle lentement et doucement et on l’écoute. Il est le ciment du renouveau du PS 13. Il incarne le changement et le changement c’est maintenant.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire