Festival

À Marseille, Bigard invité vedette pour la journée des droits des femmes

À la une
le 12 Fév 2016
10

Après une polémique en 2015 sur un cabaret offert par la Ville aux femmes, Festi'femmes propose avec le soutien municipal un spectacle avec l'humoriste pour le 8 mars, journée des droits des femmes. L'association Osez le féminisme se dit "consternée".

Capture d'écran de l'affiche du festival
Capture d'écran de l'affiche du festival

Capture d'écran de l'affiche du festival

Après le slip kangourou, Jean-Marie Bigard s’est doté d’une belle paire de seins pour son nouveau spectacle, “Nous les femmes”. Sur l’affiche de la 21e édition du festival international d’art et d’humour au féminin Festi’femmes, l’humoriste est entouré de femmes. C’est lui qui animera la soirée du 8 mars au Silo, journée des droits des femmes.

“Cette année, j’ai choisi comme parrain Jean-Marie Bigard, annonce sur le site de l’événement l’organisatrice, Eliane Zayan, ancienne adjointe au maire et chargée de mission. Il orchestrera le plateau découvertes 2016 et nous dévoilera une partie de son nouveau spectacle”.

La présidente du collectif Osez le féminisme 13, Audrey Gatian, se dit “consternée” par ce choix. À ses yeux, celui-ci incarne “un des humoristes les plus machistes et les plus sexistes du paysage français”. 

Le souvenir du “lâcher de salope”

Machiste, Jean-Marie Bigard ? A plusieurs reprises, l’humoriste a été épinglé pour ses propos sexistes et ses sketchs dégradants pour les femmes. En 2010, le CSA avait tiqué sur son “lâcher de salopes”, un sketch qui a contribué à sa notoriété, interrogeant à l’époque la “connotation sexuelle, sexiste” des blagues de l’humoriste. “Un sketch outrancier et magnifique ! Toutes les femmes ont compris que c’est contre les hommes, en montrant la “pitoyabilité” du chasseur quand on remplace le gibier par le beau sexe”, s’était-il défendu en 2014 dans un entretien à l’AFP.

“Il revient avec un nouveau spectacle où il se moque des hommes et de lui-même. Ce spectacle défend le droit des femmes, réplique Eliane Zayan. Je ne vois pas pourquoi je ne le ferais pas jouer parce qu’il a fait quelques sketches qui ont pu heurté la sensibilité de certains”. Interrogé sur ce nouveau spectacle, l’intéressé expliquait il y a quelques jours sortir du machisme qui a aussi fait sa célébrité : “Parce que cette fois, je vais passer de l’autre côté du miroir pour prendre la défense des femmes. Moi, aujourd’hui, je me sens à la fois papa et maman. Le nouveau Bigard, c’est pas un nouvel homme, c’est une nouvelle femme !”.

Dans la bande annonce de son nouveau spectacle, grimé en femme, Bigard débite de grands poncifs sur les femmes et la salle de bain, les femmes au supermarché et les femmes et la sodomie…. “De l’autodérision”, le défend Eliane Zayan et puis, “il faut toujours une locomotive”, assure-t-elle, évoquant “le talent de ces jeunes humoristes” sur scène autour de Bigard.

Loading

“Nous avons un gros problème de communication autour de cette journée du 8 mars qui est la journée des droits des femmes et non la journée de la femme. C’est souvent l’occasion d’un grand n’importe quoi, surtout dans notre région”, déplore Audrey Gatian, la présidente du collectif Osez le féminisme 13.

L’année dernière à la même période, c’est une invitation de la Ville à un cabaret qui avait fait débat. 750 femmes étaient invitées à un spectacle alliant plumes, string et soutien-gorges à paillettes à l’occasion du 8 mars. Cette fois-ci l’événement n’est pas organisé directement par la Ville mais parmi les partenaires du festival se trouvent bien la mairie de Marseille et sa délégation des droits des femmes.

“Nous donnons des places aux associations dans le cadre de la délégation mais ce n’est pas l’action de la Ville puisque nous organisons un colloque sur le cancer et les femmes au musée d’histoire”, tempère l’adjointe au maire Nora Preziosi. Cette dernière soutient l’organisation : “Faire un truc avec Bigard, je trouve ça bien. Puisque les femmes veulent être l’égale des hommes et les critiquent, qu’on accepte la critique à notre tour !”

Clémentine Vaysse et Jean-Marie Leforestier

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Helene Goldet Helene Goldet

    On ira pas, évidemment. Et on espère qu’une initiative bienvenue troublera cette fête méchante et vulgaire.
    La mairie se (nous) ridiculise, une fois de plus.
    Faut-il y voir un geste politique et religieux ?
    Les sarkosystes de la mairie sont à la peine depuis quelques temps et le catholicisme réactionnaire a du plomb dans l’aile au Vatican.
    Mais à Marseille on y croit encore….place Bargemond

    Signaler
  2. julijo julijo

    Ce n’est pas Bigard qui est gênant. On peut l’entendre au 2ème degré, voire au 12e degré…. et plus que les hommes, les femmes ont de l’humour….
    Le problème c’est la façon de traiter ce sujet : quel est l’esprit malade qui a pu croire que pour “honorer” les femmes en cette journée des femmes il fallait inviter Bigard ?
    Il y a tant d’autres spectacles, tant d’autres humoristes, tant d’autres manières….mais “place Bargemon” les édiles décident, comme au moyen âge, sur la foi de quelques élues définitivement soumises….

    Signaler
  3. LnP LnP

    Que ferions nous sans des hommes pour nous défendre? Des hommes sexistes et transphobes. N’y a-t-il pas assez de femmes humoristes pour “orchestrer” ce Festi’femmes? Apparemment non, c’est complètement inimaginable d’avoir une femme en tête d’affiche de la soirée pour les droits des femmes. Le sexisme ordinaire et le sexisme intégrée a de bons jours devant lui. Merci la Ville

    Signaler
  4. catherine catherine

    Reflet de l’abyssale médiocrité des élus de cette ville. Ici, ailleurs et dans tous les domaines : environnement, urbanisme, vie scolaire, choix économiques… Reflet du mépris et de la bêtise. Reflet de ce qu’ils et elles veulent voir. Reflet de modes de pensées tellement surannées, parfaitement dépassées dont le “penseur” en chef est un vieillard cacochyme mais encore terriblement puissant et toxique…

    Signaler
  5. leravidemilo leravidemilo

    —Bon, j’espère tout de même que Bigeard, zut Bigard (!), a signé la pétition sur le droit à l’oubli sur internet, sinon ça risque, dans quelques temps, de lui jouer des mauvais tours (les petits deviennent grands/ il n’y a plus d’enfants). Présentant son nouveau pestacle, il nous explique qu’il vient d’avoir des jumaux, et qu’ entre les biberons et” les couches qui ne sentent pas la rose,…la paternité, c’est très drôle pour un vieux sanglier” comme lui… et qu’il se retrouve ma foi “en permanence, les mains dans le camboui…”. Pas terrible pour la suite, en matière de quête d’identité, d’ exemple parental, de modèle…Sans se prendre pour M Rufo, on peut d’ores et déjà poser un pré-diagnostic de complications à venir vers la première classe de maternelle, puis vers la pré adolescence… Si j’étais un des deux julaux concernés, je me dirait in peto que j’ai tiré le mauvais ticket, sans avoir rien demandé relativement au droit à l’existence, domaine en lequel n’existe hélas aucun droit à l’oubli. J’me dirai également, au nom du droit à l’humour bien sur, que les nés sous X, ne connaissent pas leur bonheur ! — Tout aussi pathétique, sa problématique recherche du titre de ce prochain et lumineux spectacle, qui semble aboutir à ce “Bigard, tout en finesse”! Ça fleure bon la tromperie sur la marchandise et même carrément la publicité mensongère. Un peu de modestie conviendrait mieux, du genre “À l’impossible, nul n’est tenu”! — Bon, pour relativiser les choses (et les aggraver) il faut quand même relever que notre déliquescent pays a l’humour qu’il mérite, et que la “parenthèse (si ça en est bien une) s’annonce longue, au terme de laquelle nous pouvons espérer retrouver les successeurs de Desproges et autres Devos… — Bon, les femmes maintenant; parce que pour une fois qu’elle oublie ses “racines chrétiennes”, (ne nous égarons pas sur l’amour sincère de jésus pour les pieds de Marie Madeleine!) il serait injuste d’ostraciser Mm Nora Preziosi, ci devante adjoint au maire, et de ne point s’essayer à ses considérations éthiques sur “l’équilibre” des critiques : Cette Mm Audrey Gatian présidente d’ osez le féminisme, s’apercevant, bien heureusement, du glissement idéologique “remplaçant” la journée des droits des femmes par la journée de la femme, nous attribue cela à un “problème de communication”. Quelle audace que voila ! Ne pourrait elle aller jusqu’à imaginer qu’il s’agit bien plutôt d’un problème de conception, d’approche idéologique, de récupération politique du choix de cette journée, de sa date…. Je dois bien l’avouer, sans vouloir jouer au désabusé de service, le féminisme d’aujourd’hui me fait fréquemment douter, et plus souvent qu’à mon tour, que” la femme soit l’avenir de l’homme” (même si le poète ne précisait pas s’il s’agissait d’un avenir de pétales de roses, en son temps d’espoir et de messianisme coollectiviste, c’est pourtant ainsi qu’on le comprenait.). Qu’elles me paraissent loin les jeunes compagnes de mes jeunes années, (et mes jeunes années avec…) déposant leur gerbe à l’arc de triomphe pour la compagne du soldat inconnu ! Ça s’appelait pas osez le… mais elles osaient sans cesse… Tiens, voila que je me prends un coup de vieux maintenant . Bon, comme disait (presque) Boris Vian, merdre “Nous n’avons pas le féminisme pour lequel nous payons, et je ne suis pas content du tout!”.

    Signaler
  6. Hde mars Hde mars

    Vous oubliez de dire que Eliane Zayan l’organisatrice est aussi charge de mission àla ville de Marseille dans la delegation de Nora Preziosi

    Signaler
    • Anne Marie Anne Marie

      cumul? et sur la vulgarité également, elle cumule!

      Signaler
  7. mireille reymond mireille reymond

    ils n’ont rien trouvé de plus vulgaire , grossier et insupportable ? j’espère que mes concitoyennes vont boycotter !!!!

    Signaler
  8. barbapapa barbapapa

    Quand une ville de 800000 habitants se paie le luxe d’avoir des élus d’un niveau moyen bac moins 2, à l’arrivée on a Bigard en vedette, qui plus est pour la journée des droits des femmes ! Quelle honte…

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire