Isabelle Pasquet : "Pas de blocage sur la métropole au Sénat"

À la une
le 4 Juin 2013
2

Les incertitudes du calendrier parlementaire font que l'on ne sait pas encore quand la métropole de Marseille sera au menu du Sénat : à l'heure du dîner de mardi ou mercredi pour le déjeuner ? Le jour où la sénatrice communiste des Bouches-du-Rhône Isabelle Pasquet est venue défendre la position de son groupe dans nos studios, le moment précis n'était encore connu "Il y a des articles qui passionnent plus que d'autres, alors il est toujours difficile de prévoir quand un article va être discuter, explique-t-elle. C'est toujours irrégulier…" L'examen du cas marseillais a finalement débuté cet après-midi pour être immédiatement renvoyé après les métropoles "classiques".

La position du parti communiste sur cette question est elle bien plus arrêtée que la durée des débats parlementaires. "D'une manière générale, nous sommes opposés au processus de métropolisation. Le projet de loi voulu par le gouvernement consiste à mettre en compétition les villes françaises avec les métropoles européennes. Dans ce cadre-là, les populations sont un peu oubliées", dit-elle. Si les communistes se disent "farouchement contre la métropole", ils souhaitent faire évoluer le texte vers plus de "démocratie locale. Or, sur ce plan, la métropole ne nous satisfait pas".

Si le groupe communiste peut jouer un rôle crucial au Sénat, compte tenu de la faible majorité de gauche, ils ne peuvent pas être dans une opposition pure et dure, au risque que ce soit le texte initial sans les amendements qui arrive devant l'Assemblée nationale et, en deuxième lecture, de nouveau devant le Sénat. "Or, notre volonté est de faire évoluer le texte au fil de ces lectures. Nous ne ferons pas de blocage sur la métropole. Il serait dommage que nous ayons tout à recommencer à l'Assemblée nationale puis au Sénat, en deuxième lecture". 

Nous verrons donc si les débats qui se sont ouverts aujourd'hui et se poursuivront cette nuit feront évoluer le texte vers "plus de démocratie locale" comme l'exigent les opposants de droite comme de gauche.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. PC PC

    Mais combien il y a de sénateurs et sénatrices dans les BdR.

    Signaler
  2. PERSONNE PERSONNE

    A quand un débat démocratique et demandant au principal syndicat des personnels la C.G.T et opposant de la première heure d’y pariticiper. Ce texte est un coup d’Etat. Je suis pret à venir conte n’importe qui..des grands intellectuels ou politiques d’ici.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire