"Ils ont eu l'idée du GR2013, nous l'avons réalisée"

À la une
le 6 Déc 2013
2

Ils n'avaient pas besoin d'un parc national ou d'une année capitale européenne de la culture pour parcourir à pied le territoire métropolitain. Les excursionnistes marseillais sont issus d'une très longue tradition. Le club des "excurs" a été fondé en 1897 par un libraire marseillais, Paul Ruat. Avant cela, celui-ci s'était lancé dès 1892 dans la rédaction et la publication de petits livrets à destination des randonneurs. "Il avait pris l'habitude de prendre des petites notes lors de ses randonnées du dimanche dans les massifs de la région. Il a eu l'idée de les mettre en vente dans sa librairie", explique Bernard Lebrun, vice-président des excursionnistes.

Son premier ouvrage, Excursions en Provence (consultable en ligne), donnera son nom au club qui naîtra peu après. "On considère aujourd'hui qu'avec un allemand qui a eu simultanément la même démarche, Paul Ruat est l'inventeur des topo-guides", raconte Bernard Lebrun. Fort de son succès, Paul Ruat a commencé à organiser des sorties. "Le groupe s'est constitué en société pour obtenir des réductions dans les trains de la ligne Paris-Lyon-Marseille".

"Plus grosse association de randonnée de France", selon son vice-président, la société continue à avoir un rôle central aujourd'hui puisqu'elle réalise l'entretien des sentiers, le balisage et le débroussaillage. Surtout, "les excurs" ont fortement inspiré le GR2013 imaginé par Nicolas Mémain et Baptiste Lanaspèze pour l'année capitale. "Au début on était un peu sceptiques, admet Bernard Lebrun, car ce ne sont pas nos habitudes de randonnée" au sujet de cette balade urbaine de 365 kilomètres. "Du périurbain on n'en fait pas normalement". Pourtant, les excurs et les lanceurs du GR2013 ont, au fil des discussions, fini par se découvrir et s'apprécier. "On a impulsé la mise en place du balisage et des topo-guides, explique-t-il, Ils ont eu l'idée du GR2013, nous l'avons réalisé". Tous les clubs du département ont été associés à la démarche du GR2013. Avec 18 000 topo-guides vendus, "beaucoup plus que celui du GR20 en Corse qui est celui qui marche le mieux en France depuis longtemps, et il s'en vend 6 000 par an".

"Dans les années à venir, on pense que ce GR continuera à être fréquenté", espère-t-il. Si le conseil général a exprimé son souhait de poursuivre l'expérience du GR2013, on ne sait pas encore grand chose du reste. "Les parties urbaines dépendent des municipalités mais encore faut-il encore qu'elles aient les moyens de défrayer les bénévoles", lance Bernand Lebrun. L'avenir du GR2013 dépendra directement de la participation des communes et de leur capacité à travailler ensemble. En attendant de connaître ce qui suivra la capitale européenne de la culture, le GR2013 restera le premier lien concret au sein du territoire métropolitain.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Anonyme Anonyme

    un peu d’air frais dans le département !

    Signaler
  2. Hervé Auguste Hervé Auguste

    Le GR2013 est une très belle réalisation, et j’aime y emmener mes amis, mais tous sont unanimes, le départ à la gare TGV, lieu idéal, est loin d’être à la hauteur au niveau propreté et aménagement ( il manque par exemple de petite barrière pour passer les bordures métalliques de la route )

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire