"Il y a aujourd'hui une population d'environ 70 mérous à Riou"

À la une
le 4 Oct 2013
4

66 mérous, 10 corbs et 50 nacres. C'est le bilan de 2 jours de comptage lors de plongées réalisées à la mi-septembre et organisées notamment par la FFESSM, dont Jean Cabaret est un des représentants, et le Parc national des calanques. C'est beaucoup plus que l'an dernier, où seulement une vingtaine de mérous avaient été aperçus. Effet parc ? Difficile à dire. Les conditions météo n'étaient d'abord pas les mêmes, les eaux étant l'an dernier beaucoup plus froides. Ensuite, les zones d'exploration étaient cette année plus étendues, sur 3 sites :  La Ciotat, Cassis et Riou, et le nombres de plongeurs – 120, beaucoup plus grand. Néanmoins, la population de mérous qui fréquente les eaux marseillaises semble être en nette augmentation, selon Jean Cabaret :

On voit aujourd'hui des mérous de plus en plus gros à Riou, avec des spécimens de plus d'un mètre, alors qu'auparavant il était rare d'observer  des poissons de plus de 70 cm   

Si on est encore très loin des chiffres de Port-Cros, où plus de 700 mérous habitent les eaux de l'autre parc national de Méditerranée, les spécialistes ont bon espoir que les mérous mais aussi les corbs soient de plus en plus nombreux dans les calanques. Protégé depuis plusieurs années par un moratoire qui interdit sa chasse sous-marine et sa pêche à la ligne, le mérou devrait donc se faire de plus en plus commun dans les eaux marseillaises, avec une protection renforcée grâce au parc des calanques. Sous réserve que des moyens financiers, notamment pour la surveillance où le gardiennage soient trouvés. Pour ceux qui veulent en savoir plus, conférence ce soir à la Maison de la Région, de 19 heures à 20 h 30 à la Maison de la Région, au 61 de la Canebière. 

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Anonyme Anonyme

    Les anciens qui connaissent vraiment la mer, vous diront que ça reste dérisoire par rapport au passé.

    Mais la nouvelle zone de non pêche va accélérer la renaissance des ressources marines.

    Signaler
  2. Anonyme Anonyme

    c ‘est bien mais plus un poulpe il faut reguler et non tout interdire il n’y a aussi presque plus de castagnoles noires et de langoustes C ‘est le probleme de port cros d ‘apres les responsables l ‘homme a crée un desequilibre aie

    Signaler
  3. Marius Marius

    C’est l’absence complète de réserve de pêche dans la rade et les calanques, qui a causé des ravages et des déséquilibres.

    Les réserves créées grâce au Parc National feront leur plein effet dans environ cinq ans, délai constaté dans les réserves existant déjà ailleurs.

    Toute réserve de pêche suscite des contraintes et des frustrations, mais dans la vie il faut savoir ce que l’on veut !

    Signaler
  4. Anonyme Anonyme

    je suis chasseur et pêcheur et grand supporter de toute forme de réserve ! vu les pression de prélèvements hors de ces zones c ‘est indispensable ! tous ceux qui s ‘opposent aux réserves et parcs se tirent un coup de fusil dans le pied. et la réglementation qui encadre ces activités devrait être encore plus « sérieuse » …

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire