IHU de Marseille : les ravages d’une expérimentation sauvage contre la tuberculose

Enquête
le 22 Oct 2021
16

Depuis 2017, l’IHU de Marseille mène une expérimentation sauvage contre la tuberculose, provoquant chez plusieurs patients, dont un mineur, de graves complications. En 2019 et 2020, l’ANSM n’a pas autorisé cet essai mené en toute irrégularité. Une enquête de notre partenaire Mediapart.

Didier Raoult lors d'une conférence de presse en septembre 2020. (Photo : Emilio Guzmán).

Didier Raoult lors d'une conférence de presse en septembre 2020. (Photo : Emilio Guzmán).

La crise du Covid a révélé comment le professeur Didier Raoult pouvait s’affranchir des règles de méthodologie scientifique et d’éthique, en prescrivant comme traitement l’hydroxychloroquine, dont l’inefficacité a depuis été prouvée. Pour justifier de telles pratiques, Didier Raoult brandissait alors l’urgence de la pandémie et la méconnaissance scientifique du virus. Mais ces méthodes ne sont […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    On est là dans le domaine de la folie pure. Contrairement au covid, maladie nouvelle contre laquelle, légitimement, on pouvait tenter de trouver un traitement en exploitant des intuitions, la tuberculose se soigne bien avec les médicaments disponibles.

    Quand les autorités médicales siffleront-elles la fin de la récréation dans cet IHU, où les malades sont au service de quelques ego surdimensionnés, et non l’inverse ?

    Signaler
  2. Brallaisse Brallaisse

    Cet institut, avec son patron me fait penser de plus en plus au Dr Strangerlove.Dr Folamour in french.
    Finalement ,les scénaristes,entre les politiques locaux ,les furieux avec leurs “ego”,les assassinats et la drogue n’ont pas trop à se casser la nénette.
    Voyez Macron avec son idée de Bollywood marseillais n’est pas forcément à côté de de ses pompes

    Signaler
  3. jemamo13 jemamo13

    On attend avec impatience la réaction de Vassal, Muselier et Rubirolla !

    Signaler
  4. pascalbazile pascalbazile

    Je ne me prononcerai pas sur le sujet de la tuberculose, que je ne connais pas. Votre enquête semble fouillée et accablante.
    En revanche, votre premier paragraphe “La crise du Covid a révélé comment le professeur Didier Raoult pouvait s’affranchir des règles de méthodologie scientifique et d’éthique, en prescrivant comme traitement l’hydroxychloroquine, dont l’inefficacité a depuis été prouvée” est très tendancieux : je connais beaucoup de malade du COVID qui ont été soignés par le cocktail hydroxychloroquine + azitromycine. J’imagine qu’ils ont arrêté là la lecture de votre article… et ça fait beaucoup de monde ! Si Marsactu est si sûr de la démonstration de l’inefficacité de ce cocktail (et éventuellement des autres traitement testés à l’IHU), vous devriez faire un article dessus… mais je vous suggère de commencer par un sondage à Marseille, vous risqueriez de perdre pas mal de lecteurs…
    Une chose que j’ai cru comprendre de la crise du COVID, c’est que notre système de santé et bien corrompu par l’industrie du médicament et que l’ANSM est un des acteurs de ce système. Du coup c’est la guerre entre l’IHU et l’ANSM et, dans cette guerre, le dossier de la tuberculose ressort. On en aurait jamais parlé sinon…
    Mais encore une fois, je ne connais rien à ce second dossier, et je peux tout à fait imaginer que l’IHU ait déconné.
    Clairement Didier Raoult est un désobéissant. J’avoue trouver ça sympathique et même trouver rassurant que notre système de santé ne soit pas fait que de robots obéissants… mais effectivement si l’IHU s’est trompé pour la tuberculose et a persisté dans l’erreur, c’est bien malheureux pour les victimes et l’IHU doit le reconnaître. Mais à cause de votre 1er paragraphe, je ne suis pas totalement convaincu par votre enquête…

    Signaler
    • Danièle Jeammet Danièle Jeammet

      il n’ose pas dire que Raoult est un génie mais il le dit tout de même …Comment il se tortille pour le défendre …!!!

      Signaler
    • barbapapa barbapapa

      Il me semble bien avoir lu à différentes reprises que plusieurs études scientifiques, françaises et mondiales, CNRS compris, ont toutes conclu à l’inefficacité de l’hydromachinquine dans tous les cas de covid. Après, on peut aussi penser que a fait partie du complot mondial contre les marseillais et contre Raoult.

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Par chance, le consensus scientifique ne se construit pas par sondage dans les rues de Marseille. Mais quand bien même ce serait le cas, je doute fort que, contrairement à ce que certaines personnalités politiques locales pensaient non sans arrière-pensées électoralistes, Raoult soit considéré comme un sauveur par la majorité des habitants de la ville.

      Son “protocole” (dont on ne sait plus s’il contient de l’hydroxymachin ou de l’ivermectine, puisque l’IHU prescrit les deux au petit bonheur la chance) a surtout “guéri” des gens jeunes et en bonne santé. Et aurait tué quelques personnes âgées au Brésil, où il est examiné par la Justice.

      Raoult est d’abord un mandarin à l’ancienne, avec un melon qui ne passe plus les portes. Contrairement à l’image qu’il se donne, c’est tout sauf un contestataire, sinon il ne serait pas arrivé là où il est : il est surtout d’accord avec lui-même et ne supporte pas la contradiction, même quand il se trompe et s’enferre dans l’erreur.

      Signaler
    • RML RML

      Je n arrive pas à croire ce que vous écrivez 1 an après l affaire.

      Signaler
    • l'hirondelle attend toujours le Printemps l'hirondelle attend toujours le Printemps

      je connais plein de gens qui ont été guéris de la covid par le grog voire par rien du tout, je n’en fais pas une généralité.
      Et la validité d’un traitement ne se vérifie pas par un sondage auprès des lecteurs marseillais… Toutes les études concernant l’hydroxychloroquine ont confirmé son inefficacité .

      Signaler
    • Fabien Huet Fabien Huet

      Il y a un consensus scientifique très solide pour affirmer que le protocole Raoult est plus dangereux que bénéfique. C’est pas les sondages qui comptent Pascal. Cette histoire d’essais sauvages sur des personnes fragiles attentes de la tuberculose est un scandale de plus.

      Signaler
    • Andre Andre

      J’irai dans votre sens. Cet article sur les essais non autorisés d’un traitement de la tuberculose semble bien étayé. Par contre il ne faut pas tout mélanger et l’affirmation introductive du journal sur l’inefficacité de la chloroquine me semble très hasardeuse si ce n’est victime du concert ambiant.
      Ce n’est pas faire de complotisme que de se souvenir qu’en mai 2020, les essais cliniques de la chloroquine ont été arrêtés par le ministre sur la foi d’un article du journal The Lancet. Or cet article était au départ biaisé car reposant sur des statistiques hospitalières portant forcement sur des malades hospitalisés et gravement atteints alors que Raoult avait toujours préconisé la chloroquine en phase précoce de la maladie (en phase aggravée, la charge virale a diminué et c’est un processus pulmonaire inflammatoire qui prend le relais et tue le malade). Qui plus est, on s’est aperçu que les statistiques sur lesquelles étaient basées l’article étaient complètement bidonnées à tel point que The Lancet a retiré cet article. J’avais alors trouvé très bizarre que le gouvernement maintienne une décision prise sur des bases aussi falsifiées.
      On peut aussi se souvenir du Remdesivir de Gilead commandé à grand frais par l’UE, au moment où Raoult préconisait la chloroquine, et dont les effets avaient été désastreux. Bizarrement aussi, plus personne n’en parle.
      Ce dossier de la chloroquine n’est définitivement pas clair et Marsactu devrait faire preuve d’un peu plus de circonspection dans ses affirmations péremptoires.

      Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    Pascalbazile, Raoult et vous l’oubliez gentiment fait totalement partie du système et en a bien profité au passage.L’avis des Marseillais,quand on glorifie un repris de justice tout cela pour un match de foot ,laissez moi esquisser un sourire en coin.Un médecin qui n’est pas un toutou, le mythe du pseudo révolté, sauf qu’il joue pour de vrai avec la vie des gens et considère donc ses patients comme des cobayes ,en dehors de toutes règles, éthique et déontologie.
    Après ,succombez si cela vous chante au complot mondial anti Raoult,cela vous occupe.
    Il a été, il n’est plus et ne sera sûrement plus.
    Voilà ce qui arrive à ceux qui oublient de se mesurer la circonférence des chevilles le matin en se levant.

    Signaler
    • Andre Andre

      Je n’aime pas tout mélanger. Le dossier de la tuberculose est une chose, celui sur la chloroquine est différent et appelle la plus grande circonspection (mon commentaire ci-dessus).
      Il faut aussi noter que Raoult a depuis longtemps été reconnu par ses pairs et investi par les autorités des plus hautes responsabilités, ce que vous rappelez à juste titre. Si le système accordait de telles charges à un charlantan, cela signifierait qu’il est lui même gangrené par la corruption ou l’incompétence (ou les deux) et de fait, toutes ses décisions seraient donc suspectes, y compris celles évoquées par l’article.
      Je ne le pense pas mais il faudrait peut être dépassionner le dossier Raoult et, après l’avoir porté au pinacle, ne pas l’accuser de toutes les turpitudes.

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Dans la démarche scientifique, les arguments d’autorité ne valent rien : ce n’est pas parce qu’on est reconnu et investi de hautes responsabilités qu’on est infaillible. Le cas Montagnier, qui a complètement fondu les plombs, est là pour nous le rappeler : on peut être prix Nobel et sénile.

      Le consensus scientifique sur l’hydroxymachin ne repose pas sur l’article du Lancet, qui a été retiré (démarche elle aussi normale dans la recherche, quand on constate des failles dans une étude), mais sur le fait qu’on n’a jamais pu prouver de façon robuste un bénéfice supérieur aux risques.

      Sur ce sujet, le seul tort de Raoult est d’avoir cru qu’il était infaillible, et que son intuition valait certitude, sans jamais admettre qu’il s’était trompé. Si l’hydroxytruc est un remède miracle, pourquoi n’est-il pas venu à bout de la maladie dans le monde, où globalement tout le monde se moque des bisbilles franco-françaises ?

      Signaler
    • Andre Andre

      Le bénéfice ne peut-être supérieur au risque si l’évolution de la maladie ne justifie plus l’administration d’un traitement qui aurait été efficace en début de pathologie. Ce n’est pas compliqué à comprendre et c’est ce que nous pratiquons tous pour des affections moins graves. Ce biais avait pourtant été adopté par un journal aussi réputé semble-t-il que The Lancet., ce qui est en soi curieux. Cerise sur le gâteau, toutes les statistiques sur lesquelles cet article se basait étaient fausses, ce qui est incompréhensible de la part d’un journal sérieux et hautement spécialisé.
      Quant à l’efficacité de ce médicament sur la pandémie, peut-être avez-vous eu connaissance de statistiques provenant de pays l’ayant utilisé ? Personnellement je n’en sais rien mais permettez moi simplement de rappeler des faits troublants qui soulèvent des interrogations, à plus forte raison dans le contexte d’une pandémie ayant déclenché de mirifiques effets d’aubaine pour des acteurs économiques
      financiarisés qui placent le profit au dessus de tout.
      En ce sens, ne trouvez vous pas curieux qu’on ait tout basé sur la vaccination (Je vous rassure, je ne suis pas antivax et le vaccin a sauvé mon père) quant bien même son utilité ne doive pas être remise en cause? Depuis bientôt deux ans, aucun traitement de la pathologie n’a été proposé. On vous renvoie chez vous en vous conseillant de prendre du Doliprane et on ne vous administre des antibios qu’après évolution la maladie, contre les surinfections. Les labos ont ils tout simplement jugé bon de prioriser la recherche vaccinale a priori plus rentable, au détriment de toute autre recherche?
      En vérité, tout ce dossier sur la pandémie reste opaque et la chloroquine n’en est qu’un épisode.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire