Hugues Parant écarté, Michel Cadot s'installe à la préfecture de région

À la une
le 12 Juin 2013
6

Nommé sous la présidence Sarkozy, Hugues Parant n'aura tenu guère plus d'un an sous celle de François Hollande. Pourtant il n'aura pas rechigné à la tâche républicaine de défense de la politique du gouvernement. Il y a peu, il était monté au créneau médiatique pour défendre les emplois d'avenir et exhorter les collectivités de droite comme de gauche à faire un effort d'embauche. Difficile alors de le prendre en défaut d'exercer le métier de préfet sur un fond idéologique, à l'inverse de son prédécesseur, Michel Sappin, que la distribution de petites phrases assassines a conduit devant les tribunaux.

Ce n'est pas le style d'Hugues Parant. Fils d'un ancien patron de la Direction de la sécurité du territoire, l'homme a toujours su allier le sens de la continuité républicaine à une certaine franchise à l'américaine. Il y a passé quelques belles années de la fin des années 1980 à 1993, date à laquelle il entre au cabinet du ministre du tourisme, Bernard Bosson, avant d'en devenir le directeur. Il fait ses premiers pas à Marseille, en 1998, en tant que préfet délégué à la sécurité. L'année de la coupe du monde de football, celle des batailles avec les supporteurs anglais, une année chaude pour un préfet de police. Sa carrière repassera régulièrement par la case sud-est puisqu'il est nommé successivement préfet du Vaucluse en 2004 et préfet du Var en 2009. C'est aussi à Marseille qu'il est marié par Renaud Muselier et Jean-Noël Guérini, sous les ors de la salle des mariages.

S'il n'a pas connu de couacs majeurs sous sa casquette à feuilles de chêne, Marsactu avait relaté ses difficultés d'interprétation juridique sur la question de la limite d'âge de la présidente du parc des Calanques. La houle ne l'avait pas forcé à quitter la barre de la préfecture. En revanche, la préfecture a vu arriver de nombreux hommes ses derniers mois, notamment après le conseil interministériel consacré à Marseille, en septembre dernier. Il s'était notamment vu flanqué d'un préfet de police en titre, Jean-Paul Bonnetain, d'une nouvelle préfète déléguée pour l'égalité des chances, Marie Lajus d'un commissaire au redressement productif et d'un préfet délégué à la métropole, Laurent Théry. Plusieurs fois, il avait annoncé ne pas être directement en responsabilité concernant la métropole : l'avènement de l'acte III de la décentralisation s'est révélée sensible à l'intérieur de la préfecture de région quant à la répartition des responsabilités entre préfets.

Un nouveau préfet marqué à droite

Son bail à la préfecture aura aussi été marqué par des relations compliquées avec les élus face auxquels il a parfois eu du mal à s'imposer. Certes, il a su se montrer ferme quand la capitale européenne de la culture menaçait de tourner au fiasco et au pugilat territorial. Mais jamais il n'aura réussi à imposer au conseil général la mise en place d'un schéma départemental d'élimination des déchets tout comme son schéma départemental de coopération intercommunale a largement été contesté pour finalement ne jamais être réellement mis en place. Plus récemment, plusieurs voix s'étaient élevées pour réclamer un contrôle de légalité plus ferme notamment vis-à-vis du conseil général.

Ce point sensible sera au programme du nouveau préfet nommé ce matin en conseil des ministres, Michel Cadot, qui arrive avec une réputation d'homme assez consensuel peu adepte des coups de poing sur la table. En Bretagne depuis quatre ans,  il aura notamment eu à faire face aux difficultés industrielles symbolisées par les plans sociaux des groupes PSA et Doux mais aussi environnementales avec le dossier toujours sensible des algues vertes. De mémoire de journaliste breton, il s'est aussi distingué en 2012 par son habile gestion du dossier potentiellement explosif du squat de Pacé, alors occupé par 250 demandeurs d'asile qu'il avait tous relogés.

Michel Cadot n'en reste pas moins marqué à droite après son passage dans divers cabinets ministériels ces dix dernières années auprès des chiraquiens Dominique de Villepin, Michèle Alliot-Marie et Dominique Bussereau. Mais, depuis l'alternance, Michel Cadot bénéficie aussi d'une autre carte : il est diplômé de la promotion Voltaire de l'École nationale d'administration, comme François Hollande. Cette année-là à l'ENA, il côtoyait aussi Villepin et celui qui lui offrirait son premier poste dans un cabinet ministériel en 1995, le Corrézien Raymond-Max Aubert, secrétaire d'État au Développement rural du gouvernement Juppé. La date de la prise de fonction de Michel Cadot n'est pas encore connue tout comme le futur poste d'Hugues Parant.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. julijo julijo

    En ce qui concerne la promotion Voltaire…il en reste qui n’ont pas de boulot dans les ministères ????

    Signaler
  2. Ricou 24. Ricou 24.

    Hollande ,il ne fait pas de clientélisme comme Guerini,Hollande il nomme des inconnus autour de lui.
    Pauvre democratie,pauvre République,pauvre justice.

    Ricou 24.

    Signaler
  3. Marseille, la ville que j'aime Marseille, la ville que j'aime

    En espérant que les dispositions du nouveau Préfet sur la politique d’intégration des immigrés légaux ne soient pas aussi dure que celle de son prédécesseur… La Préfecture des Bouches-du-Rhône faisant office de la pire de France quant au respect de la personne humaine (Accueil de la Rue St Sébastien, 13006), de la gestion et du traitement des dossiers de demande de permis de séjour. Une telle horreur fait honte à la nation et à la République !

    Signaler
  4. Marseille, la ville que j'aime Marseille, la ville que j'aime

    En espérant que les dispositions du nouveau Préfet sur la politique d’intégration des immigrés légaux ne soient pas aussi dure que celle de son prédécesseur… La Préfecture des Bouches-du-Rhône faisant office de la pire de France quant au respect de la personne humaine (Accueil de la Rue St Sébastien, 13006), de la gestion et du traitement des dossiers de demande de permis de séjour. Une telle horreur fait honte à la nation et à la République !

    Signaler
  5. Pierre Jean Néri Pierre Jean Néri

    Michel Cadot nouveau préfet à Marseille #PromotionVoltaire En fait de Voltaire ils ont surtout retenu la notion de siège…

    Signaler
  6. Trésorier Trésorier

    Moi Président Moi Président Moi Président Moi Président
    Flamby a transformé la présidence en bureaucratie socialiste : une présidence collective.
    Nous La Promotion Voltaire Nous La Promotion Voltaire
    Nous La Promotion Voltaire Nous La Promotion Voltaire
    Vu le “succès” actuel, on peut s’attendre au pire…

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire