Hadrien Bels, le venant marseillais de la rentrée littéraire

Portrait
le 12 Sep 2020
9

Cinq dans tes yeux est une des découvertes littéraires de la rentrée. Pour son premier roman, Hadrien Bels raconte Marseille, sa ville, aux prises avec "les venants", ces habitants venus d'ailleurs qui participent à la transformation des lieux où il a grandi. Il fait surtout le portrait désenchanté d'une bande d'amis dans une ville aujourd'hui disparue.

Hadrien Bells, dans une rue du Panier. Photo : Emilio Guzman

Hadrien Bells, dans une rue du Panier. Photo : Emilio Guzman

L’histoire commence dans une rue du Panier, entre un magasin de savons, une ruine municipale encadrée de barrières et des touristes qui montent le nez en l’air et l’écran en main, le guide vert de notre temps. Hadrien Bels prend la pose, un éclat de fausse-monnaie au coin du regard. L’enfant du quartier est en […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. FM84 FM84

    Très bonne initiative d’évoquer des romans qui parlent de Marseille.

    Signaler
  2. Fraelnij Fraelnij

    Venante a marseille en 2008, ca donne envie de le lire , merci

    Signaler
  3. Zumbi Zumbi

    Le prochain racontera-t-il les revenants ?

    Signaler
    • patrick patrick

      vous avez des infos secrètes sur jc gaudin ?

      Signaler
  4. jasmin jasmin

    Benoît Gilles!! Wow!! Pour un journaliste plutôt politique, c’est sympa de montrer vos talents cachés de « commentateur » littéraire! Bravo!

    Signaler
  5. hervechik hervechik

    ça m’a carrément donné envie de le lire, merci !

    Signaler
  6. mehdi mehdi

    Très bel article! C’est fin bien écrit, fluide et ça donne très envie! Bravo Benoit Gilles

    Signaler
  7. Pirate Pirate

    Pour moi, le venant est celui qui s’approprie la ville comme on porte un sac « solidarité Noailles » pour aller à la plage. Ils sont comme les touristes, place San Marco à Venise, qui ne voient pas qu’eux-mêmes sont le problème qu’ils dénoncent. »… C’est quoi le problème ? venir vivre à Marseille ?

    Signaler
  8. Manipulite Manipulite

    Bel article !

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire