[Pris en flag] Fonds européens pour la région : Estrosi invente des millions supplémentaires

À la une
le 15 Fév 2016
14

Au retour de son voyage à Bruxelles, Christian Estrosi a annoncé être "parvenu à décrocher plus de 250 millions d'euros de fonds européens". Problème : les fonds étaient déjà budgétés. La commission européenne certifie que le président de région a quitté la Belgique sans un euro supplémentaire.

« Le seul président de région à être reçu par le dirigeant de la plus grande puissance du monde ». À l’heure de relater le voyage de son président à Bruxelles, le service de presse de la région PACA n’a pas lésiné sur les superlatifs.

La semaine dernière, Christian Estrosi a rendu visite à la commission européenne avec son premier vice-président délégué aux fonds européens (par ailleurs député européen, les choses sont bien faites) Renaud Muselier. Et outre une belle photo avec Jean-Claude Juncker, ils en sont revenus avec une annonce sur le papier fracassante : « Au terme de longues négociations avec les commissaires européens, le président de région est parvenu à décrocher plus de 250 millions d’euros de fonds européens. »

Estrosi démenti par la commission européenne

La Provence et Nice-matin présents sur place ont fait le même récit d’un Christian Estrosi qui « en un seul rendez-vous » aurait substantiellement amélioré le train de vie de la région. Cela a particulièrement mis en colère l’ancien premier vice-président de la région, le socialiste niçois Patrick Allemand. « Les programmes opérationnels pour la période actuelle ont été signés, négociés et délibérés sous Michel Vauzelle. L’argent que monsieur Estrosi s’apprête à dépenser aujourd’hui, et j’en suis heureux pour la région PACA, c’est moi qui suis allé le chercher à l’Europe avec les directeurs avec qui j’ai eu le plaisir de travailler ! », s’agace-t-il dans un communiqué.

Plus gênant, la commission européenne interrogée par Marsactu répond « non » quand nous lui demandons si ce rendez-vous a débouché sur des fonds supplémentaires. À ses yeux, la visite a servi à « dresser un état des lieux de la mise en œuvre du programme régional PACA 2014-20 qui représente une enveloppe financière de 411 millions d’euros (284 millions de fonds européens pour le développement européen et 133 millions du fonds social européen) venant de l’Europe ». Une manière polie de dire qu’il s’agissait là d’un point d’étape.

Des fonds pour l’économie

La Commission européenne signifie même « sa satisfaction vis-à-vis du progrès actuel, à savoir un niveau de programmation de 16%, qui est en ligne avec la moyenne des régions françaises ». Le satisfecit vaut donc essentiellement pour l’équipe précédente qui a signé la nouvelle campagne de financements européens pour cinq ans dans le cadre du plan Europe 2020.

Les régions pilotent en effet ce plan qui a permis à PACA d’obtenir un milliard d’euros pour soutenir « l’activité économique innovante et durable » mais aussi la formation professionnelle. Christian Estrosi a promis d’accélérer le déblocage des crédits alloués aux petites et moyennes entreprises. Il prévoit en effet de lancer son fonds d’investissement pour les entreprises en région (FIER) – une promesse de campagne – en septembre avec notamment 60 millions d’euros de fonds européens. « Cela a été noté avec satisfaction par les représentants de la Commission », commente-t-on à Bruxelles. À défaut d’un gros chèque, Christian Estrosi est au moins reparti avec un bon point.

Ajout à midi le 15 février : retrouvez la réaction de la région ici.

Loading

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. LaPlaine _ LaPlaine _

    Une manière de se faire mousser quand on a rien à vendre de nouveau. Un peu un technique de camelot.

    Signaler
  2. Manipulite Manipulite

    On attendra longtemps le rectificatif de La Provence et Nice Matin sur les vrais-faux millions d’Estrosi/Muselier. Ces deux journaux ont fait leur « une » sur cette info pour gogos.
    Merci Marsactu d’exister !

    Signaler
  3. JL41 JL41

    On entend périodiquement dire que nous ne consommons pas tous les crédits européens auxquels nous pourrions prétendre. Comment fonctionne cette mécanique, comment s’articule-t-elle aux contrats de plan, à l’élaboration desquels l’opposition devrait en principe avoir participé ? En tout cas leurs territoires en bénéficient. Il y a peut-être dans l’exécution une marge de manœuvre qui nous permettrait d’aller plus loin pour l’emploi, plus loin dans une politique pour l’environnement ?
    Personnellement, j’en attends davantage de Marsactu que de tirer sur les nouveaux exécutifs. Il faut éclairer le contexte d’analyse, nous dire quelle part de ces crédits n’a éventuellement pas été utilisée précédemment, comparer avec d‘autres régions, faire ressortir les blocages, ce qui peut être amélioré et comment. Et ensuite, juger de la politique des nouveaux exécutifs, que nous avons à aiguillonner.

    Signaler
    • Jean-Marie Leforestier Jean-Marie Leforestier

      Bonjour JL 41, le bilan des fonds européens pour la campagne 2007-2013 est prévu pour juin 2016. Ce sera alors une bonne occasion de mettre sur la table les fonds et leur utilisation… sachant que les modalités de gestion ont changé en cours de route !

      Signaler
    • JL41 JL41

      Merci JML d’avoir donné suite à ma question et de l’avoir fait en annonçant un approfondissement sur le sujet en juin prochain. Mais qui aura fait ce bilan de la campagne 2007-2013, l’ancien exécutif de la région, un service universitaire ami ? L’honnêteté voudrait que ce type de bilan soit réalisé indépendamment de ceux qui ont mis ces actions en œuvre. Peut-être la presse a-t-elle déjà livré quelques commentaires ? Le CESR a certainement aussi exprimé des avis ? Peut-être pouvez-vous dès à présent nous donner quelques liens ?
      Sauf erreur, pour que les fonds disponibles soient débloqués, il faut que des dossiers crédibles s’inscrivant dans les lignes de crédits prévues, soient soumis. Je trouve que c’est une bonne façon de procéder.

      Au fait, répondrez-vous aussi aux questions que je posais là (avec une certaine amertume au sujet de la disparition de ce témoin de votre collecte de fonds chez Ulule) : https://marsactu.fr/agora/blog-equipe-marsactu/marsactu-est-desormais-sur-abonnement/#comment-48067

      Signaler
  4. leravidemilo leravidemilo

    Il faut à peut près ne rien connaitre (même de loin) aux modes de fonctionnement de l’U.E et à ses procédures pour croire qu’on se rend ainsi à Bruxelles et qu’on revient avec quelques 250 millions d’euros qui trainaient en quelques fonds de tiroirs comme par inadvertance, ceci, même au bout de « longues négociations » qui ont semble t il duré au mieux 2 ou 3 heures…( ce n’est pas parce que ça peut marcher avec le gouvernement français et ses services qu’il faut le croire). La présentation faite par l’équipe d’Estrosi, était forcément abusive et augure fort mal de l’avenir. De toute façon, le mensonge le plus grossier de cet emballage n’est pas là : Un communiqué qui commence par « Le seul président de région à être reçu par le dirigeant de LA PLUS GRANDE PUISSANCE DU MONDE », ceci à propos de ‘lU.E, est forcement grotesque, et même farcesque, concernant une «  » »union » » » en pleine déliquescence, éclatant de ses contradictions, et s’engageant dans un proche avenir plein de promesses de ce point de vue! La réalité suppléera aisément à l’absence de démenti de La Provence et de Nice Matin! Ce service de com est en plein délire, et une première et salutaire décision s’impose, qui consisterai en un « plan de sauvegarde de l’emploi « massif les concernant.

    Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Oui il semble que l’on soit déjà dans le pitoyable et le sauve-qui-peut. Après les portiques de la gare Saint-Charles (un grand moment de récupération), les portes du paradis de Bruxelles… Quand Estrosi arrive dans les bureaux de l’U.E. on sent bien que tout le monde est au garde-à-vous et que l’on envoie le comptable chercher le chéquier fissa. Avec le circus Gaudin (et ses acrobates), le barnum de Joissains, voilà le » plus grand chapiteau du monde » avec la région, les tréteaux ne son pas près d’être démontés…et la foule d’applaudir.

      Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      Très belle chute @ Laplaine, avec ces circus, barnum et plus grand chapiteau du monde… Il faut reconnaitre qu’en matière de spectacle, on est gâtés ! (qui a dit qu’abondance de biens ne nuit pas ?). Restera plus qu’à trouver un nom ad hoc au plan comm de M Vassal, et notamment à ses petits pains; En attendant la métropole, pour laquelle on peut craindre un « Holiday on ice « (sur une mauvaise glace) …et de belles gamelles!

      Signaler
  5. Honnetete Honnetete

    Je ne suis pas totalement d’accord avec vous JL41. Certes une explication pédagogique de la mécanique des fonds européens serait bienvenue mais les journalistes sont pleinement dans leur rôle en analysant les déclarations des nouveaux élus régionaux et cet article porte prioritairement là-dessus.

    Il y a eu l’histoire des portiques TGV à la gare Saint Charles où Christian Estrosi a voulu s’approprier une expérimentation nationale sur la fraude, décidée bien avant son élection. Cf. http://www.liberation.fr/desintox/2016/01/18/la-grosse-arnaque-d-estrosi-pour-faire-croire-a-une-promesse-tenue_1425726

    Puis il y a eu l’histoire de la désignation de la réactionnaire Catherine Giner comme conseillère régionale déléguée à la famille, avec un rétro-pédalage en règle expliquant qu’il s’agissait d’une erreur du service de presse (malgré une vidéo qui dit tout le contraire : cf. http://blog.francetvinfo.fr/oeil-20h/2016/01/20/une-anti-ivg-nommee-deleguee-a-la-famille-en-paca.html).

    Et la semaine dernière après un déplacement bruxellois narré telle une épopée (cf. https://twitter.com/cestrosi?lang=fr à partir du 10 février), Christian Estrosi nous explique noir sur blanc qu’il a obtenu 250 M€ supplémentaires de fonds européens, en quelques heures (cf. http://www.regionpaca.fr/actualites/detail-actualite/article/250-mEUR-de-fonds-europeens-pour-la-region.html).

    Mais MarsActu fait un bon boulot journalistique (contrairement à Nice Matin ou La Provence) qui met à bas la version officielle et là, rétro-pédalage le 15 février de l’entourage d’Estrosi pour expliquer que non il ne s’agit pas de crédits supplémentaires mais que c’est tout comme alors oui on peut le dire.

    Bref, aucun crédit européen supplémentaire n’a été obtenu, les zélés communicants du Député – Maire – Président de Métropole – Président de Région ont réécrit l’histoire en affichant annuellement les sommes obtenues par la précédente majorité sur la période 2014-2020 et en évoquant de futurs appels à projets qui n’ont rien à voir avec les fonds structurels confiés au Conseil régional, appels à projets dont les résultats ne sont pas connus pour la bonne et simple raison que bon nombre d’entre eux ne sont pas lancés.

    On ne va pas demander à des hommes ou femmes politiques de communiquer en pointant le verre à moitié vide plutôt qu’à moitié plein mais de là à raconter n’importe quoi en prenant les gens pour des cons il y a de la marge. Deux mois après les élections régionales cette marge est d’ores et déjà pulvérisée en PACA.

    Signaler
    • JL41 JL41

      Bien sûr, Honnêteté, que ces manipulations dans la communication d’Estrosi sont critiquables, haïssables pour ce qui me concerne. Tout comme je trouvais haïssable la communication/propagande de Vauzelle, une industrie dont j’espère vous ne faisiez pas partie. Parce qu’après cette alternance à la région, il y en a du monde aux aguets des conneries que les successeurs vont faire !
      Si l’on veut avancer sur les questions économiques et l’emploi, il ne faut pas rester dans l’écume des choses, mais se donner des moyens d’analyse et accepter le débat. La disponibilité en juin prochain d’un bilan de l’utilisation des fonds européens de la campagne 2007-2013, annoncée par JML, en sera peut-être l’occasion. Mais qui aura fait ce bilan, l’ancien exécutif de la région, un service universitaire ami ? L’honnêteté voudrait que ce type de bilan soit réalisé indépendamment de ceux qui ont mis ces actions en œuvre.
      Bizarre : là durant une ou deux heures, j’avais beau cliquer sur votre pseudo, votre commentaire n’apparaissait pas ?

      Signaler
  6. Honnetete Honnetete

    Il devait y avoir un peu de friture sur le serveur 😉

    Je n’ai pas d’atomes crochus avec Vauzelle and co, je fais simplement partie des plus de 600 000 électeurs qui ont fait le boulot au deuxième tour en décembre dernier et qui souhaitent ne pas être pris pour des buses par Estrosi et consorts. D’où la vigilance.

    Quant aux fonds européens, de ce que j’en sais c’est une matière complexe avec des règles technocratiques qui rendent le copinage impossible (une bonne chose) mais limitent aussi énormément la souplesse qui est bienvenue dans la vie d’un projet (la rigueur n’est pas la raideur). Lorsque vous êtes porteur de projet, une erreur même bénigne ne pardonne pas. Espérons que le Conseil régional qui gère aujourd’hui ces fonds fera mieux que l’Etat entre 2007 et 2013 et que les évaluations permettront de progresser (mais elles arriveront assez tard si c’est en juin prochain)…

    Signaler
    • JL41 JL41

      J’ai fait le boulot au 2è tour aussi et je partage votre souci de vigilance.
      A une époque, ce sont les anciennes DRE qui instruisaient les dossiers je crois ? Je croyais que c’était la région pour la période 2007-2013, ce n’était donc pas le cas ? Les préfectures alors ?

      Signaler
    • Honnetete Honnetete

      Entre 2007 et 2013 l’Etat sur le Feder gardait globalement les manettes (avec des moyens humains insuffisants et donc souvent du retard) mais l’ADEME gérait une enveloppe environnement, la DREAL une enveloppe transports, le conseil régional une enveloppe innovation, etc.

      Désormais la Région assure le pilotage global dans un système qui reste toujours aussi complexe, Bruxellose oblige… Il y a des infos ici : http://europe.regionpaca.fr/leurope-sengage-en-provence-alpes-cote-dazur-accueil/

      Signaler
    • JL41 JL41

      C’est très cadré et plutôt bien vu, je viens de jeter un œil sur les aides aux projets d’approvisionnement urbain de circuit court pour les produits agricoles. A ma connaissance, on n’a pas monté de dossiers facilitant le maintien de la ceinture maraîchère autour de Marseille. Pour que ça marche l’appareil réglementaire de l’urbanisme ne suffit pas, il faut que les producteurs y trouvent un intérêt économique suffisant. Selon certaines estimations, les origines périurbaines des fruits et légumes consommés à Marseille, représentent moins de 5 %. Ponctuellement, la qualité de ces origines est franchement supérieure à ce qui s’écoule en grandes surfaces. On trouve cela chez les primeuristes, plus cher évidemment, mais le budget de l’alimentation des ménages n’a cessé de baisser… grâce à la grande distribution. Il faudrait faire de la qualité sur des quantités plus importantes, pas seulement financer le circuit court. Le fameux panier paysan n’est pas toujours de grande qualité, ni très diversifié. Il y a de la vente directe en grande quantité dans les villes, c’est mieux et il y a plus de choix. Mais la grande distribution incline les consommateurs à ne plus cuisiner…

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire