190 millions pour sortir la ligne Aix-Marseille du train-train

Actualité
Clémentine Vaysse
6 Juin 2016 8

Après des débats à l'automne sur le financement des études, État, SNCF et collectivités ont arrêté un plan de financement pour les travaux sur la ligne de train Aix-Marseille. Une enveloppe de 190 millions d'euros, rabotée au possible, pour doubler la capacité en nombre de passagers de la ligne à partir de 2022.

Photo : Jean-Louis Zimmermann / Creative Commons.

Photo : Jean-Louis Zimmermann / Creative Commons.

Décembre 2021. Mais sans trop s’avancer, on peut dire 2022. Telle est la date arrêtée pour la livraison de la « nouvelle » ligne ferroviaire entre Aix-en-Provence et Marseille. L’enjeu est surtout celui du doublement des voies afin de permettre à plus de trains de circuler. Ces travaux « feront d’Aix-Marseille une vraie ligne et non un train touristique comme j’ai pu le penser en le prenant pour la première fois », aime à plaisanter le préfet de région Stéphane Bouillon.

Le représentant de l’État avait réuni vendredi les partenaires financiers du projet pour un quatrième comité de pilotage. L’ambiance y était bien différente du dernier en octobre, où le projet a bien failli rester à quai. Guy Teissier, alors président de la communauté urbaine de Marseille avait refusé de payer sa part des études. Il estimait qu’il valait mieux privilégier la liaison en car plutôt qu’en train. Le conseil départemental avait allongé in extremis le million d’euros nécessaire. Cette fois-ci, Guy Teissier n’était pas là et c’est tout sourire que les partenaires ont annoncé avoir enfin bouclé le financement des travaux.

30 millions de la métropole

Petite nouveauté et non des moindres de ce comité de pilotage : la métropole, représentée par son vice-président aux transports Jean-Pierre Serrus. La nouvelle institution a apporté 30 millions d’euros sur les 190 prévus. Si on connaissait le montant global depuis le dernier comité de pilotage, on en a désormais la clé de répartition à savoir 51,9 millions d’euros pris en charge par l’État et 49,7 pour la région (dans le cadre du contrat de plan État-région), 29,4 pour la métropole, autant pour le conseil départemental et 15,5 pour la SNCF.

Le périmètre des travaux est également confirmé. Comme annoncé à l’automne, exit la halte de Luynes, prévue initialement et le doublement des voies sur deux des trois tronçons problématiques. Les travaux incluront un doublement de la voie uniquement sur une portion de 3,5 kilomètres entre Gardanne et Luynes, des aménagements en gare d’Aix, des quais rallongés dans deux gares (Saint-Antoine et Simiane) et l’aménagement d’une halte ferroviaire à Plan-de-Campagne avec deux parkings d’une capacité de 350 places. « 1000 montées / descentes » sont attendues selon la SNCF pour ce nouvel arrêt desservant la zone commerciale saturée par les voitures. Ces aménagements doivent permettre d’augmenter la fréquence des trains – quatre directs par heure – ainsi que leur longueur. Soit au total une capacité augmentée des 3800 places actuelles par jour à 16 000 après les travaux.

Interruption de trafic l’été

« L’inquiétude de ne pas boucler le tour de table est levée », se félicite le directeur territorial PACA de la SCNF Jacques Frossard. Les facteurs de dénouement ? « La métropole et le département se sont avancés », explique-t-il. Le délai est serré : enquête publique d’ici la fin de l’année, travaux préparatoires à partir de juin 2017, livraison espérée pour décembre 2021. « Nous sommes très attachés à ce que les délais et les budgets soient tenus », insiste le représentant de la métropole. Il faut dire que le site dédié au projet garde trace de la date de 2020…

Les premiers aménagements seront faits à la gare d’Aix, notamment sur la signalisation. Pour accélérer le chantier, le trafic sera interrompu sur la ligne « pendant trois ans l’été, ainsi que certains week-ends », explique le responsable de la SNCF.

Financement boucle pour des travaux a minima sur la ligne de train Aix-Marseille 1

Quant à la « troisième phase » d’aménagement de l’axe ferroviaire qui permettra d’atteindre six trains par heure, soit la fréquence des RER parisiens, il faudra attendre les travaux de la gare Saint-Charles. Actuellement, faute de quais disponibles, le nombre de trains sur la ligne ne peut pas excéder quatre par heure et par sens. La fameuse « gare souterraine » devrait répondre à cet impératif. Mais même si la présidente du conseil départemental Martine Vassal l’espère pour 2020, il est plus raisonnable de parier sur 2030. Aix-Marseille à la fréquence d’un RER, il faudra encore attendre un bon moment. Sauf à prendre la navette en car, en dehors des heures de pointe et des bouchons.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Les dossiers chauds du conseil municipal du 16 septembre 2019
D'abord la foire de Marseille, fin septembre, puis la rentrée politique. Depuis vingt ans, le rituel est quasi immuable avec seulement deux conseils municipaux...
Soutenue par Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal espère éviter la « guerre des droites »
Le secret de polichinelle n'en est plus un. Après plusieurs mois de faux suspens, Martine Vassal a annoncé sa candidature aux élections municipales, vendredi...
L’étrange évacuation des habitants du 36 rue Curiol
"La Fondation Abbé-Pierre aimerait avoir des explications de Marseille Habitat sur le cadre légal de l'expulsion du 36 rue Curiol." En quelques mots mesurés,...
Plombé par un chantier coûteux, Artplexe délaisse l’art et l’essai pour le cinéma commercial
Il est le cinéma censé amorcer le renouveau de la Canebière. Artplexe, dont les travaux font face au kiosque des Mobiles, s'écarte soudainement de...
Putsch et contre-putsch à l’UDE : lutte fratricide dans le parti de Madrolle et Bennahmias
Tempête dans un micro-parti. Alors que la semaine dernière, Christophe Madrolle annonçait son intention de se présenter aux municipales à Marseille, les tensions qui...
À Saint-Menet, le terrain de motocross sort discrètement de la piste
Le terrain de motocross de Saint-Menet continue de rater des rapports. Après les protestations des habitants de la Penne-sur-Huveaune, inquiets du bruit que l'activité...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire