Fin de chantier à la Plaine : la polémique jusqu’au bout

Actualité
le 7 Mai 2021
32

Après plus de deux ans de travaux, la place Jean-Jaurès a rouvert au public. De quoi relancer les critiques qui accompagnent ce projet de rénovation depuis ses débuts.

Le président de la Soleam Lionel Royer-Perreaut lors d'une conférence de presse pour la livraison des travaux de la Plaine perturbée par des riverains mécontents. (Photo : VA)

Le président de la Soleam Lionel Royer-Perreaut lors d'une conférence de presse pour la livraison des travaux de la Plaine perturbée par des riverains mécontents. (Photo : VA)

Ce jeudi, c’est jour de réouverture à la Plaine. Tandis que des enfants parcourent la place à vélo, des ados font du skate. On y promène son chien ou se désaltère sur un banc, entre amis. Le temps est bon et le lieu semble reprendre vie. Sous un arbre, dans un coin de la place, Lionel-Royer Perreaut, président LR de la Soleam tente d’annoncer la livraison des travaux en toute discrétion. “Nous livrons aujourd’hui un merveilleux espace public requalifié, avec des arbres, des espaces doux, des jeux d’enfants, où la voiture laisse place à la vie”, déroule-t-il tout en emphase, devant une poignée de journalistes prévenus à la dernière minute. Mais la discrétion n’aura servi à rien. Lionel Royer-Perreaut a tout juste le temps de rappeler le coût des travaux – “18 millions d’euros dont trois liés à des aléas de chantiers” – que des riverains mécontents viennent jouer les trouble-fête.

“Rends nous l’argent ! Cette place est moche !”, lance une jeune femme échaudée. “Où sont les toilettes ?”, intervient encore un père de famille. “Et le marché ?”, “Et la fontaine ?”… Ces apostrophes, Lionel Royer-Perreaut tâche de les ignorer. Mais voyant que la conférence de presse lui échappe, il finit par plier bagages : “La Soleam concentre animosité et haine. Mais mon rôle est d’être responsable. Quand on fait des aménagements, il y a ceux qui sont pour, et ceux qui sont contre”, conclut-il. À la Plaine, ceux qui sont contre auront eu la voix qui porte jusqu’au bout.

Tandis que les riverains réinvestissent la place, l’air de jeux reste inaccessible. Photo : VA

“C’est grossier”

“Il se fait mousser alors que ça fait deux ans et demi qu’on attend la réouverture de la place et que c’est toujours pas fini ! Il y a des trous, pas de fontaine, les jeux ne sont pas accessibles, les arbres minuscules”, s’agace une jeune femme, serveuse au 31, l’un des nombreux bars de la Plaine. Satisfaite de voir le président de la Soleam déguerpir, elle ajoute : “La seule chose dont je suis contente, c’est qu’il n’y ait plus de voitures.”

À ses côtés, une amie à vélo abonde : “La piste cyclable est dangereuse, le sol hyper blanc. Il va finir par être pourri et avec le soleil c’est insupportable. Sans compter les caméras qui nous observent… Bref, c’est grossier et surtout ça a été fait sans concertation.” Ces critiques, la Soleam les entend depuis le début de ce projet de rénovation et y répond en rappelant les réunions organisées avec les habitants. “Moi, j’appelle ça une place Autocad, du nom de ce logiciel d’archi qui fait tout automatiquement. Cette place pourrait être n’importe où. Je suis allée à une réunion, on nous a entendu, mais pas écouté. La preuve !”, finit par lancer la cycliste qui estime que cette rénovation favorise la gentrification.

La Ville écrit à la métropole

Ces critiques maintes fois répétées, on les retrouve également dans la bouche des élus de la majorité. Dans un courrier envoyé à la métropole ce mercredi, l’élue à l’urbanisme Mathilde Chaboche et les maires de secteurs concernés – La Plaine est au carrefour des 1er, 4e et 6e arrondissements – écrivent : “Apprendre la réouverture de cette place emblématique du centre-ville de Marseille par les réseaux sociaux est à l’image de l’absence de concertation qui a marqué l’ensemble de l’opération.”

Toujours sur le ton de la vexation, ils poursuivent : “La Ville a fait plusieurs demandes et propositions à la métropole, sur divers aménagements, sur la sécurisation des jeux d’enfants, sur le manque de fontaines, sur l’accessibilité de tous les publics ou encore sur la nécessité d’un plan de gestion des déchets spécifique à la place.” Des demandes qui précisément, estime Lionel Royer-Perreaut, ont retardées la livraison et, avec les dégradations commises sur la place, ont augmenté le prix de la facture. “Nous avons fait neuf réunions techniques avec les services de la Ville et envoyé huit courriers à différents maires de secteurs restés sans réponse”, se défend encore le président de la Soleam.

Jeux pour enfants et “querelles de bac à sable”

Aujourd’hui, ce sont les jeux pour enfants qui constituent le principal point de crispation entre la Soleam et la Ville de Marseille. “Nous sommes en discussion avec la métropole sur les questions de sécurisation, et demandons notamment la pose d’une barrière autour”, précise auprès de Marsactu Mathilde Chaboche, l’adjointe à l’urbanisme. Une fois ce dernier point de blocage résolu, la mairie devrait récupérer la gestion. “Sinon, la métropole s’en chargera. Ce sont des querelles de bac à sable. La Ville sera invitée lorsque nous feront la livraison des jeux pour enfants”, abrège Lionel Royer-Perreaut. Ce dernier aurait déjà accepté de réduire la hauteur des aménagements et de modifier la matière du sol. Initialement, le projet prévoyait des copeaux de bois sous les jeux d’enfants, une matière jugée peu appropriée par la Ville alors que la place est aussi connue pour sa vie nocturne.

La Plaine rénovée. Photo : VA

Pas de quoi détendre la mairie qui ne se prive pas de souligner des manquements de cette rénovation par la voix de son adjointe à l’urbanisme. “Ce n’est pas le moment de réécrire l’histoire de cette aberration, poursuit Mathilde Chaboche. Mais de l’argent public a été investi déraisonnablement. Tout cela forme un enchevêtrement absurde. Il s’agit d’un geste architectural qui ne se préoccupe pas de l’endroit. Pour moi c’est un OVNI.”

Dans un communiqué diffusé ce jeudi le maire de secteur des 4e et 5e arrondissements Didier Jau insiste lui sur les questions d’accessibilité. “Je ne suis pas certain que l’ensemble de l’espace public soit accessible aux personnes à mobilité réduite, ce qui ne serait pas acceptable”, écrit l’élu (Printemps marseillais-EELV), qui invite la presse sur place ce vendredi pour constater le problème. Sous les pavés blancs, le terreau de contestation de la Plaine reste fertile.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Magnaval Magnaval

    Les malpropres avinés de la Plaine continuent leur combat minable, leurs mensonges et leur manipulation. La ville ferait mieux de réfléchir à comment éviter les dégradations que ne manqueront pas de pratiquer ses « amis ».

    Signaler
    • Laurentbouisset8 Laurentbouisset8

      Donc vous qui n’êtes pas un “malpropre aviné”, vous jubilez qu’on ait construit des jeux trop hauts sécurisés par des copeaux de bois ?

      Signaler
    • hugo panabieres hugo panabieres

      Comment peut-on être si amer et mauvais dès 7h37??
      Tu dois te faire des aigreurs d’estomac en lisant l’article l’ami, ça se sent à ta plume.

      Signaler
    • Magnaval Magnaval

      Tiens, les bobos se lèvent plus tôt que d’habitude. Où ils ont mal dormi, mâchonnant leur échec a empêcher la rénovation de leur parking-barbecue.

      Signaler
  2. gastor13 gastor13

    Maintenant que La Plaine est finie les crasseux pourront lancer une nouvelle ZAD à la villa Valmer, d’ailleurs il semble que ce soit envisagé si on suit un peu les “rézosocios”

    Signaler
    • hugo panabieres hugo panabieres

      Va vomir, pardon commenter, sur le site de Valeurs Actuelles non? Franchement tu trouvera des copains de ton niveau là bas pour vous monter le cerveau les uns les autres. Fatigué que t’es!

      Signaler
  3. Pierre12 Pierre12

    C’est sur que si Chaboche and co soufflent sur les braises, les tensions ne vont pas s’atténuer.

    Pour m’y être rendu avant hier, Marseille n’a jamais disposé d’une place aussi belle, jeux pour enfants, vrais bancs, différents dallages, espaces ombragés, pergolas, mais non ils ne sont toujours pas contents ; quoi que fasse la soleam, ils ne l’auraient pas été de toute façon.

    On a l’impression de revenir trois ans en arrière avec une opposition qui critique par principe, c’est consternant.

    Mathilde, vous vous grandiriez à ne pas vous exprimer sur ce sujet, ou du moins à être modérée, concentrez vous sur les travaux à venir, pas ceux du passé.

    Signaler
    • Magnaval Magnaval

      Maintenant que la place est propre, neuve et en parfait état, il sera facile de constater les dégâts commis par les bouseux avinés et leurs amis zadistes, ainsi que l’incompétence des services municipaux dans l’entretien de cet espace, enfin rendu à tous et non plus otage d’une minorité malfaisante.

      Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Quand nous voyons le nombre de projets menés par vos amis de la soleam depuis sa création nous avons le temps. Mais il est vrai que la CRC fait partie du complot sans doute et que les observations faites au sujet de cette dernière ne sont sans doute que fantaisistes.
      Concernant la Plaine, espérant qu’il s ont une bonne garantie décennale car vu la qualité de son travail nous avons lieu d’être inquiets

      Signaler
  4. Marieke Marieke

    Petit rectificatif : la Plaine est au carrefour des 1 ,5 (et non 4) et 6° arr;

    Signaler
  5. Andre Andre

    Ce projet avait un objectif qui était de virer un maximum de forains, la municipalité précédente se sentant incapable de remettre de l’ordre dans un marché qui avait derivé sans le faire payer aux Marseillais par un projet onéreux.
    L’objectif était déjà biaisé et il ne faut donc pas s’étonner de la manière dont la concertation s’est déroulée et du programme qui a été adopté.
    Après, un projet urbain, c’est compliqué. Cela demande de croiser les attentes de la population (laquelle? Les usagers sont si divers), les contraintes techniques et fonctionnelles qui sont multiples, et d’inévitables enjeux d’ordre esthétique.
    Qui plus est, on ne s’est pas donné les bons moyens pour résoudre cette équation. Pourquoi la Métropole et la Ville s’en sont-elles déchargées sur la Soleam dont ce n’est ni la vocation ni la compétence ? Où est le loup? Qu’y a-t-il derrière cette délégation? Je voudrais bien le savoir. L’incompétence des services? Il est vrai que pas plus la Communaute urbaine que la Metropole ne se sont dotées d’un service dédié avec des gens pouvant développer une réflexion sur la conception de ces espaces. Il est vrai aussi que la tendance dominante a été jusqu’à présent de tout confier au privé (voir ce qui se passe pour les écoles) pour des raisons idéologiques et pour d’autres sans doute qui le sont moins…
    Alors, Mme Chaboche est dans le vrai.
    Cependant, c’est fait! Voyons maintenant comment ça évolue. Le parti d’aménagement va-t-il fonctionner, notamment vis à vis du marché et de la desserte automobile, inévitable, des immeubles? Comment vont vivre les revêtements, sont ils adaptés aux usages? Les arbres (plantés forcément jeunes) vont ils bien pousser? Quand aux jeux, s’ils sont dangereux (les normes de sécurité sont assez bizarres pour ces installations), ils peuvent être modifiés. A priori de compétence Ville, celle-ci ne devra pas se contenter de s’en plaindre car elle aura la possibilité d’apporter les rectifications nécessaires.

    Signaler
    • Magnaval Magnaval

      “Soleam dont ce n’est ni la vocation ni la compétence”
      SOLEAM = société locale d’équipement et d’AMENAGEMENT de l’aire métropolitaine.

      Signaler
    • Andre Andre

      Certes, Magnaval, je sais lire comme vous. Mais la Soleam, anciennement Marseille Amenagement, a une compétence de généraliste, sur des aménagements à grande échelle, notamment en matière de création de ZAC. Elle n’a par contre aucune compétence spécifique en matière d’aménagement d’espace public qui est une spécialité en soi. Ce n’est tout simplement pas sa vocation. Elle peut sous-traiter à des maîtres d’oeuvre allez vous me dire. Mais pour exercer une bonne maîtrise d’ouvrage, encore faut il avoir développé une réflexion suffisante dans le domaine concerné. Dans le cas contraire, on obtient ce qu’on a obtenu à La Plaine, un beau projet sur papier glacé.
      On peut d’ailleurs s’interroger sur les raisons qui ont amené la Ville et la Métropole à confier ce projet d’espace public complexe à un aménageur qui n’est pas préparé à ce genre d’intervention, pointue et sensible…

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      C’est bien de se raccrocher aux branches andre…

      Pourquoi la soleam, car la métropole a choisi de lui confier cette mission, comme elle gère le ravalement des façades en centre ville, pas mal d’aménagements dans Marseille et ses alentours….et comme des quantités de sociétés d’aménagement gèrent des quantités de projets partout en France.

      A vous lire, on a l’impression que ça vous fait mal au coeur que la place soit réussie, donc vous allez chercher le pourquoi du comment c’est la soleam et pas la metropole qui gère les travaux, qu’est ce qu’on s’en fou.

      On reconnaît bien là les arguments de l’ancienne opposition qui trouvait toujours quelque chose à redire.
      Il ne manque plus que dans votre commentaire le soupçon de favoritisme ou de corruption, que vous avez en commun avec Braillase, du genre Martine a donné le marché à Lionel, car Lionel avait un copain et son beau frère maçon. 🙄🙄

      Sortez prendre l’air avec Mathilde, l’été arrive 😉.

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      C’est bien de se raccrocher aux branches andre…

      Pourquoi la soleam, car la métropole a choisi de lui confier cette mission, comme elle gère le ravalement des façades en centre ville, pas mal d’aménagements dans Marseille et ses alentours….et comme des quantités de sociétés d’aménagement gèrent des quantités de projets partout en France.

      A vous lire, on a l’impression que ça vous fait mal au coeur que la place soit réussie, donc vous allez chercher le pourquoi du comment c’est la soleam et pas la metropole qui gère les travaux, qu’est ce qu’on s’en fou.

      On reconnaît bien là les arguments de l’ancienne opposition qui trouvait toujours quelque chose à redire.
      Il ne manque plus que dans votre commentaire le soupçon de favoritisme ou de corruption, que vous avez en commun avec Braillase, du genre Martine a donné le marché à Lionel, car Lionel avait un copain et son beau frère maçon. 🙄🙄

      Sortez prendre l’air avec Mathilde, l’été arrive 😉.

      Signaler
  6. jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

    Les pseudonymes entrainent des excès d’écriture, des termes outranciers et des formulations osées. Comment peut-on avoir ce genre de commentaires pour une réalisation qui a couté tant à la collectivité?
    Comprenne qui pourra mais cette réalisation aurait du faire-presque-l’unanimité compte tenu du cout alors que…
    Si je vais seul, je vais vite. Si je vais avec d’autres, je vais loin…Pour un tel investissement, concertations et conséquences à long terme eut été utiles, non?

    Signaler
  7. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    “Je ne suis pas certain que l’ensemble de l’espace public soit accessible aux personnes à mobilité réduite, ce qui ne serait pas acceptable” !
    ça c’est un élu de terrain qui connait bien ses dossiers et qui a une parole forte et ferme :-D))

    Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      Il n’est pas « certain » mais invite quand même la presse…histoire de dénoncer la pente de la rampe qui doit dépasser d’un demi pour-cent la règlementation, méchante soleam qui refuse de mettre une barrière.

      S’il s’ennuie, qu’il le dise, je peux lui trouver plein de choses à faire dans le 4/5.

      Signaler
  8. Dark Vador Dark Vador

    J’habite à deux pas, je n’ai pas été “bouleversé” par la nouvelle place, plutôt agréablement surpris. Nous en sommes d’accord, la priorité était de se “débarrasser” des forains. Etant entendu que le terme “forain” est utilisé mal à propos. Ils n’avaient de forain que l’appellation, un amoncellement de marchands, dont beaucoup sans droit ni titre, souvent “à la sauvette”. Le corollaire? Saleté, immondices diverses et variées, ordures laissées en vrac, rendant le nettoyage très fastidieux et parfois aléatoire…
    Cela posé, il n’en demeure pas moins que les “études préparatoires” et autres “concertations” ne se sont pas déroulées dans la clarté et le transparence. Ces deux qualités n’étant pas à l’ordre du jour de l’ancienne municipalité.
    Aujourd’hui la place est là.
    Il faudra faire avec, si des modifications (mineures) et autres ajustements sont à prévoir, faisons les. La nouvelle équipe aura à coeur (je l’espère) d’écouter, enfin, tous ceux qui ont quelque chose à dire et à proposer.

    Signaler
  9. Make OM Great Again Make OM Great Again

    La ville devait recruter quelqu’un.e chargé.e du dialogue avec les usagers de la place : qui sait ou ça en est ? Quel est le profil ? Etc.

    Signaler
  10. Magnaval Magnaval

    “ça fait deux ans et demi qu’on attend la réouverture de la place et que c’est toujours pas fini” La faute à qui ?

    Signaler
  11. Thomas Chaussade Thomas Chaussade

    Aucun aménagement cyclable digne de ce nom, bon courage à vélo pour prendre la seule rue avec des bagnolards qui collent au cul…

    Signaler
  12. nathdemars nathdemars

    “Morne Plaine” donc!

    Signaler
  13. Brallaisse Brallaisse

    Cette ville est en plein délire, hier Lionel Royer Perreault et autres lieux à marée basse ,nous explique que les tags sur la voie publique sont à la charge de la métropole et ceux qui seront sur les jeux d’enfants à la charge de la ville.
    Ce système métropolitain est une pure folie

    Signaler
  14. kukulkan kukulkan

    aucun boulodrome et aucun espace skate sur cette place énorme, quel dommage, ils auraient pu le prévoir franchement ! mieux qu’avant mais largement perfectible

    Signaler
  15. Castellan Castellan

    C’est moche… surtout toutes les plaques rouillées très tendances et très branchouilles à l’image de l’évolution du quartier et de la ville.
    C’est pas parce que c’était “crade” et inadapté avec ce parking avant qu’il faudrait trouver cette réalisation high-tech forcément reussie.

    Signaler
    • emmanuel emmanuel

      Tous les goûts sont dans la nature… J’y habite depuis 1997 .. Je trouve ça plutôt réussi .. Comme quoi…

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      Une horreur en effet ces plaques rouillées… la soleam aurait dû lancer une consultation avant de les poser.

      Moi c’est la couleur des arbres que je trouve trop verts foncés, ils auraient dû les choisir dans un ton un peu plus clair.
      Quel manque de goût de la soleam.

      Signaler
  16. Philippe Blache Philippe Blache

    Hier, ouverture de la Plaine, les gens commencent à arriver le matin, par petits groupes. Un peu étonnés, regardant de partout, explorant les lieux. Les habitants de la place, de tout âge sortent peu à peu, on se parle, se retrouve, on découvre même pour certains que cela fait 20 ans qu’on est est un peu voisins. Et les enfants déboulent, avec leurs cris, leurs ballons, leurs skates. Et les sourires s’installent sur les lèvres, s’y accrochent et ne partent plus. Tout le monde se parle. Et ça continue d’arriver, la place est noire de monde. Un monde où tout le monde a sa place. Les râleurs qui continuent de râler. Les habitants, qui n’en pouvaient plus du parking immonde et des travaux, qui retrouvent leur place. Mais non, ce n’est pas la Plaine d’avant. C’est devenu ce qu’on attendait tous, ce dont nous avons tous besoin : une agora, une vraie où tout le monde se parle, se regarde, échange. Où les enfants courent, les gens rient, les musiciens jouent. Hier, sur la Plaine, c’était un moment de bonheur incroyable. Et même les râleurs avaient du mal à cacher leur sourire. Alors oui, c’est vrai, il n’y pas eu de concertation, oui, il y a plein de trucs qu’on aurait dû faire autrement, plein d’idées qu’on aurait dû donner. Mais depuis hier, nous avons cet espace incroyable, ouvert à tous et que nous, les habitants et les usagers de la Plaine allons maintenant faire vivre.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Dommage que votre commentaire ne soit pas accompagné de la musique du film ” la mélodie du bonheur”, cela aurait été top.

      Signaler
    • Philippe Blache Philippe Blache

      @Brallaisse : votre contribution est profonde, ça nourrit le débat, merci. De mon côté, j’ai toujours milité pour ce qui pouvait rapprocher les gens, créer un peu de solidarité entre nous. J’ai toujours vu la Plaine (j’y suis né, voici bien des décennies, j’y vis, à la différence de la plupart de ceux qui hurlent puis s’en retournent à Allauch, Forcalquier ou ailleurs) comme un lieu de rencontre. Ça ne l’était plus du tout pendant longtemps, à cause du parking sauvage et de la saleté. La Plaine est à nouveau rendue à ses habitants et ses usagers. Et oui, cela ne vous plaît peut-être pas, mais moi, je suis heureux de voir les gens heureux de se retrouver. Y compris les râleurs.

      Signaler
  17. Brallaisse Brallaisse

    Philippe, ce qui me désole dans cette histoire en tant que très vieil habitant de Marseille c’est que les non décisions politiques ou le sabotage délibéré de la gaudinie ai détruit ce qu’était la Plaine et le cours Julien,entre autres.
    Pour la première par une extension de facto des puces de la Madrague Ville pour l’autre une place immonde . Une urbanité certaine y régnaient.
    Alors aujourd’hui applaudir des gens qui passent leurs temps à diviser les gens par la politique, en les sanctionnant par l’abandon volontaire je dis non. Leur passif est trop lourd. Les casseroles de ces gens pourraient garnir les rayons du bazar de l’hôtel de ville.
    Je suis passé à la Platine pour voir. Inodore,incolore et sans saveur. Aucun intérêt . Comme l’a écrit quelq’un morne plaine.
    Je profite de la présente pour adresser une remarque à Pierre 12, votre Martine est la suite logique de ce qui se fait depuis des décennies dans cette région et à Marseille en particulier, la combine et la magouille, et elle ne s’en prive pas notamment dans le copinage.
    Vous m’avez bien fait rire dans votre dernière phrase ( au moins cela), comment doit on prendre le mot maçon ?
    De façon franche,ou bien professionnellement ?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire