Fermetures durables à la CAF

À la une
par Hugo Lara
le 5 Mar 2012
0

Rideaux tirés, horaires d'ouvertures serrées, depuis deux ans à Marseille, la majorité des quatorze points d'accueil de la Caisse d'allocations familiales ferment au public deux fois par semaine et le temps des petites vacances scolaires. Des journées portes closes censées être ponctuelles, qui risquent de s'institutionnaliser, alerte la CGT. 

Dans un document interne édité en décembre 2011, la direction envisage de "pérenniser la fermeture des maisons sociales pendant les petites vacances et un mois durant la période estivale". Et à en croire le syndicat, "aucune négociation n'est possible" autour de ces intentions même si des discussions sont en cours.

La politique de non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux a décimé les effectifs. Aujourd'hui selon la CGT, les montagnes de dossiers croissent de jour en jour pour atteindre les 60 000 demandes en souffrance. Faux, répond la CAF, pour qui les fermetures permettent plutôt de gérer les départs en vacances. Une déclaration qui diffère pourtant de ce qui est affiché à l'entrée des agences.

L'institution assure également que les départs non remplacés ne toucheront ni les techniciens conseils, qui assurent à la fois l'accueil et le traitement des dossiers, ni les travailleurs sociaux. "C'est un choix de la direction départementale des Bouches-du-Rhône", affirme la directrice de la communication. Mais la CAF 13 devra tout de même rendre une copie propre et donc compenser cette mesure en rabotant les effectifs d'autres services.

Derrière les désaccords et les batailles de chiffres entre syndicat et direction, ce sont les allocataires qui trinquent, rappelle la présidente de la Confédération nationale du logement des Bouches-du-Rhône Christiane Manzo.

Les files d'attente deviennent interminables. Dans l'agence du 14e arrondissement par exemple, la queue s'étend jusqu'à l'extérieur du bâtiment et les demandeurs repartent pour la plupart sans réponse.

Pour la caisse, ces longues attentes seraient marginales, et "85% des demandeurs" attendraient "moins de 20 minutes" avant de passer au guichet.

Preuve malgré tout que le service rendu n'est pas optimum, l'agence située rue d'Oran à Marseille pourrait fermer définitivement ses portes dans le courant de l'année dans l'optique d'améliorer l'accueil sur d'autres sites. Ce que la CAF confirme précisant que "ce réaménagement de l'offre de service est actuellement dans une période de travail et de réflexion".

Fermetures d'agences, compression du personnel d'accueil, l'objectif est également d'encourager les dépôts de dossiers sur internet. Mais le web a ses limites, plaide la présidente du CNL 13 : "Dans des situations litigieuses, la relation humaine ne peut pas se substituer au numérique et certaines familles n'ont toujours pas Internet".

Cet article vous est offert par Marsactu

Cet article vous a plu ?

Vous seul garantissez notre indépendance

JE M’ABONNE À PARTIR DE 1€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire