Faute de pouvoir encadrer les sportifs, la Ville démonte des équipements du stade Vallier

Info Marsactu
Axel Lambert
10 Juil 2019 6

Alors que Marseille manque d'infrastructures sportives, la Ville a démonté une partie du mobilier sportif du stade Vallier (4e) pour une durée de deux mois, officiellement pour rénovation. Jusqu'à la rentrée, le basket et le handball ne sont plus praticables. Une manière de restreindre l'usage du site, à défaut de pouvoir engager des médiateurs pendant l'été pour accompagner la pratique sportive.

La ville de Marseille a une politique sportive paradoxale. D’un côté, elle organise « le tremplin sport«  qui donne la possibilité à des enfants d’expérimenter une multitude de sport jusqu’au 20 juillet et de l’autre, elle « dévitalise » le seul complexe sportif en accès libre du centre-ville. Au Stade Vallier (4e), le handball et le basket n’ont plus le droit de cité jusqu’à fin août.

Depuis le début des vacances scolaires, les deux terrains de handball et de basket sont inutilisables. Les cages et arceaux situés au centre du second terrain ont été démontés par les services municipaux et rangés dans une des remises du stade. Ne reste que les panneaux de basket, inutilisables en l’état. Sur le terrain voisin, les cages de foots sont tout de même préservées. Ce démontage estival n’est pas une première. Il recommence pour la quatrième année consécutive. De quoi ravir les enfants du quartier du centre-ville insuffisamment doté en infrastructures sportives (lire notre article).

L’ancienne cage de hand-ball a disparu depuis plusieurs jours. Photo : Axel Lambert.

« J’ai vu deux gamins qui viennent régulièrement jouer au basket. Ils étaient là, à l’entrée, ils ne savaient pas quoi faire », témoigne Steeve, un usager du stade. « À partir du moment où on enlève des équipements et qu’il n’y a pas de propositions derrière, je ne peux qu’être critique », énonce-t-il, amer.

La rénovation du mobilier sportif prétextée

« Chaque année, on les renouvelle parce qu’ils sont particulièrement utilisés », assure Richard Miron, l’adjoint aux sports de la ville de Marseille, en charge de la gestion du stade Vallier. Cette rénovation annuelle du mobilier sportif est cependant mise en doute par certains riverains. « À ma connaissance, depuis que le stade a été refait [en 2013, ndlr], les équipements de sport sont les mêmes, exceptés pour les paniers de basket rénovés il y a plusieurs mois », constate Pierre, un riverain dont la terrasse donne sur le stade.

D’autant que les équipes municipales avancent une autre explication que le renouvellement des infrastructures. Un des responsables en charge du lieu évoque un simple « contrôle de sécurité » annuel du mobilier sportif. Une opération qui, en pratique, doit durer deux semaines, mais qui curieusement à Vallier, peut s’étendre sur les deux mois des vacances scolaires.

« Aujourd’hui on préfère que cela soit inutilisable »

Mais, dans les couloirs de la mairie, on avance rapidement une autre explication, sous couvert d’anonymat, bien entendu : « Ça nous permet d’éviter que le plateau sportif soit trop utilisé en plein été. On n’a pas les moyens de faire tourner le site avec le nombre d’agents présents. Il y a déjà pas mal de plaintes de riverains pendant l’année, alors imaginez en été… L’autre solution serait de confier le site à une association, de mettre des médiateurs, des agents de sécurité mais cela a un coût. Aujourd’hui on préfère que cela soit inutilisable« .

Du côté de la mairie de secteur, cette fermeture de deux mois est accueillie comme une bonne nouvelle. « C’est un équipement de qualité qu’il faut préserver », commente-t-on dans l’entourage de Marine Pustorino, la maire du 4/5, qui s’était opposée à la fermeture du stade au public programmée par la mairie centrale pour septembre prochain. Pour les utilisateurs du stade en revanche, peu d’options sont à leurs dispositions. Mais l’adjoint aux sports de la Ville a une solution à ce problème : « Ils iront à côté, ce n’est pas grave ». Oui mais où ?

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Soutenue par Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal espère éviter la « guerre des droites »
Le secret de polichinelle n'en est plus un. Après plusieurs mois de faux suspens, Martine Vassal a annoncé sa candidature aux élections municipales, vendredi...
L’étrange évacuation des habitants du 36 rue Curiol
"La Fondation Abbé-Pierre aimerait avoir des explications de Marseille Habitat sur le cadre légal de l'expulsion du 36 rue Curiol." En quelques mots mesurés,...
Plombé par un chantier coûteux, Artplexe délaisse l’art et l’essai pour le cinéma commercial
Il est le cinéma censé amorcer le renouveau de la Canebière. Artplexe, dont les travaux font face au kiosque des Mobiles, s'écarte soudainement de...
Putsch et contre-putsch à l’UDE : lutte fratricide dans le parti de Madrolle et Bennahmias
Tempête dans un micro-parti. Alors que la semaine dernière, Christophe Madrolle annonçait son intention de se présenter aux municipales à Marseille, les tensions qui...
À Saint-Menet, le terrain de motocross sort discrètement de la piste
Le terrain de motocross de Saint-Menet continue de rater des rapports. Après les protestations des habitants de la Penne-sur-Huveaune, inquiets du bruit que l'activité...
Soutien officiel d’Yvon Berland, un journaliste couvre sa campagne sous pseudo
L'alphabet peut parfois être malheureux. En classant les soutiens à sa candidature aux municipales par ordre alphabétique, Yvon Berland a forcément mis en bonne...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire