Expo Camus : Stora accuse Jean-François Chougnet

À la une
le 19 Sep 2012
5
Expo Camus : Stora accuse Jean-François Chougnet
Expo Camus : Stora accuse Jean-François Chougnet

Expo Camus : Stora accuse Jean-François Chougnet

Pas d'ambiguïté possible pour l'historien spécialiste de la guerre d'Algérie, Benjamin Stora. C'est Jean-François Chougnet, directeur de Marseille-Provence 2013, qui a enterré l'exposition Camus… dès avril 2012. Il l'a dit dans nos commentaires en réaction au départ de Michel Onfray, puis nous l'a expliqué plus longuement au téléphone. "J'ai reçu un courrier daté du 12 mai 2012, signé de M. Chougnet, m'annonçant mon éviction, sans explication. Jamais je n'ai reçu un mail, un coup de téléphone, pour m'en signifier les raisons." L'historien avait officiellement été désigné en 2009 par l'association MP2013 commissaire de l'exposition prévue en novembre 2013. Il ajoute : "Je travaillais pour Marseille, pour l'association MP2013 avec laquelle j'avais signé un contrat, en aucun cas pour la mairie d'Aix dont je n'ai même jamais rencontré la maire !"

Son éviction paraît d'autant plus inexplicable que le 30 mars 2012, l'historien rencontre pour la dernière fois le patron de MP2013 lors du forum "Algérie, cinquante ans après" organisé par Marianne au théâtre de la Criée. Ce jour-là, un débat a lieu entre eux sur le choix d'un scénographe pour l'exposition. Le projet semble avancer.

"Je ne l'ai pas fait pour le censurer"

Le 1er août, près de trois mois après son remerciement, Benjamin Stora apprend par une dépêche de l'AFP reprenant un communiqué de la mairie d'Aix que "l'exposition est ressuscitée" avec le philosophe Michel Onfray, nouveau commissaire désigné, "sous la conduite de Maryse Joissains". Le 4 août, la ministre de la culture Aurélie Filippetti annonce qu'elle n'a jamais été associée à cette décision de remplacement. Quelques jours plus tard, le 15 août, elle retire son soutien à l'exposition Camus, en guise de désapprobation à l'éviction inexpliquée de Benjamin Stora.

L'historien, qui ne se dit nullement fâché, rejette fermement la (fausse) thèse d'une "guerre des égos. Je suis historien, ce sont les faits qui m'importent". Les mêmes faits auxquels Jean-François Chougnet se réfère, rappelant la justesse de la chronologie du fiasco publiée dans Le Monde daté du 17 septembre. "Bien sûr que c'est moi, le producteur de l'exposition, qui lui ai envoyé ce courrier. Mais j'ai fait suite au refus de Catherine Camus (la fille et ayant droit de l'écrivain – ndlr) d'accepter la liste de documents que Benjamin Stora avait choisie. Je ne l'ai pas fait pour le censurer. Le fait administratif, c'est moi, le fait générateur, ce n'est pas moi". En attendant, générateur ou non, le rejet de Catherine Camus en avril dernier a tout d'un brutal revirement. En 2011, celle-ci avait donné son aval au scénario de l'exposition proposé par Benjamin Stora.

>> Actualisation le 20 septembre: Pour Benjamin Stora, les derniers propos rapportés de Jean-François Chougnet invalident la théorie selon laquelle il aurait été évincé pour ne pas avoir remis à temps sa liste de documents à MP2013. "La question à laquelle Jean-François Chougnet devra désormais répondre est la suivante : pourquoi trois mois après l'envoi du courrier me remerciant, M.Chougnet s'est-il plié à la volonté de la maire Maryse Joissains ? A-t-il à ce point perdu le contrôle de MP2013 pour s'y plier et ne pas attendre la réunion du 15 octobre pour décider des suites de l'affaire ? Maryse Joissains n'est pas sensée avoir le pouvoir de désigner untel ou untel."

Cet article vous est offert par Marsactu
Marsactu est un journal local d'investigation indépendant. Nous n'avons pas de propriétaire milliardaire, pas de publicité ni subvention des collectivités locales. Ce sont nos abonné.e.s qui nous financent.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. karaboudjan karaboudjan

    Il est triste , en effet , qu’un grand historien comme Benjamin Stora et un ecrivain et philosophe aussi incontestable que Michel Onfray aient pu etre instrumentalisés par d’obscurs ideologues et politiques réactionnaires decidés quoi qu’il arrive à saboter l’exposition Camus : opération réussie semble t-il , car il est impossible de demêler la véritable cause de ce fiasco : la haine de la vérité historique et du progrès !

    Signaler
  2. ALAIN PERSIA ALAIN PERSIA

    Décidément comme je l’avais suggéré en juin JF.CHOUGNET n’est pas du tout à la hauteur du poste qu’il occupe.
    Il est affligeant de constater que des écrivains et des historiens subissent une instrumentalisation et que nous qui payons M.CHOUQUET et ses collaborateurs , soyons mis devant le fait accompli.
    Décidémént je crains le pire pour janvier 2012.

    Signaler
  3. Karaboudjan Karaboudjan

    J’ajoute à la lumière des premières explications fournies que ceux qui ont obtenus ce très regrettable fiasco sont manifestement des gens qui n’aiment ni Camus , ni Stora , ni Onfray , et qui détestent encore plus tous ceux qui condamnent le colonialisme ou s’opposent à tout rapprochement avec l”Algerie d’aujourd’hui et de demain .

    Signaler
  4. Meursault Meursault

    Les commentaires des fanatiques de l’OAS, racistes et xénophobes, polluent les forums. Le modérateur devrait intervenir plus souvent. Le dénommé Henri est à censurer.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire