Évacuations : 31 familles définitivement relogées, 1 131 personnes toujours à l’hôtel

Actualité
Clara Martot
18 Jan 2019 6

Plus de deux mois après le drame de la rue d'Aubagne, une très grande majorité de délogés dort toujours à l'hôtel. Très peu d'habitants ont pu signer un bail, même provisoire, et les propositions de relogement définitif restent rares.

Le haut de la rue d'Aubagne, toujours en chantier. (Image CM)

Le haut de la rue d'Aubagne, toujours en chantier. (Image CM)

“Ils ne veulent voir qu’une ou deux personnes alors on n’y va pas. On attend ensemble dans le hall et on pose nos questions au nom de tous”, ordonne presque Anissa Harbaoui, délogée depuis 2 mois de son appartement à Baille et membre du Collectif du 5 novembre. Ce mercredi, elle a investi l’espace d’accueil […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Profitez de notre offre découverte 1 euro le 1er mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous


A la une

Le projet de brasserie de la chambre de commerce fait bondir les cafetiers du Vieux-Port
Au Palais fin ? Le palais gourmand ? Le bistrot du palais ? Le concours est ouvert pour trouver un nom à la future...
Rue des Feuillants l’indignité côtoie toujours les immeubles évacués
Ça s'active rue des Feuillants. Les locataires du 22 font des aller-retour les mains chargées de cabas - ils ont une heure pour prendre...
Saint-Louis scelle la fin du sucre marseillais
Les 11 hectares adossés à la rue de Lyon où se trouve l’usine Saint-Louis sucre avaient déjà perdu de leur éclat depuis quelques temps,...
Mille logements et plusieurs tours pourraient pousser autour du Corbusier
Le bruit de la circulation du boulevard Michelet résonne jusqu'au pied de la Cité radieuse. L'unité d'habitation Le Corbusier classé au patrimoine de l'Unesco...
Sexisme en politique : dix élues marseillaises témoignent
Le 4 février dernier, le sénateur Rassemblement national Stéphane Ravier se lançait dans une attaque sexiste contre la conseillère municipale Europe écologie les verts...
Confortés par la justice, les opposants au PPP veulent un audit de toutes les écoles
Le 12 février sera marqué d'une croix rouge dans le calendrier des "anti-PPP". Architectes, instituteurs, parents d'élèves, professionnels du bâtiment, militants "attachés au service...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire