Euromediterranée passe la seconde vers le nord

À la une
Julien Vinzent_
4 Oct 2012 2

Toute ressemblance avec une précédente réunion publique ne se serait pas que fortuite. Mercredi, comme en mars à propos de l’avenir du marché aux puces, c’est le duo formé par le président d’Euroméditerranée Guy Teissier et la sénatrice-maire du 15/16 Samia Ghali (PS) qui a tenté de déminer le terrain de la concertation sur l’extension de l’opération de rénovation urbaine (en attendant un Euromed 3 annoncé par le premier ministre début septembre). Mêmes personnages principaux (avec des interventions des socialistes Henri Jibrayel et Jean-François Noyes, de l’ex Lisette Narducci et de l’UMP Laure-Agnès Caradec) et discours très proches.

Mais cette fois-ci sur un périmètre beaucoup plus large que le grand centre commercial du cap Pinède (pour lequel Guy Teissier a demandé “un joker” preuve que le sujet est encore épineux) : les 170 hectares d’Euromed 2, et plus particulièrement les 44 hectares de la future zone d’aménagement concertée (ZAC) Littorale, première phase de ce chantier qui courra sur plus de 10 ans, le parc Bougainville et le noyau villageois des Crottes.

“Le passif d’Euromed”

Résumé côté Samia Ghali : c’est “une chance pour nos quartiers”, “ce n’est qu’une réunion de présentation”, “il faut que les erreurs commises sur Euromed 1 ne le soient pas sur le 2”, “je fais confiance à Guy Teissier qui est comme moi maire de secteur (du 9/10, ndlr) et sait combien la concertation est importante”. Ce dernier enfonce le clou – “ce projet on le fait avec vous” – après avoir recraché le slogan “une ville plus dense, très mixée, agréable à vivre, belle et confortable”.

Autant de points qu’il faudra vérifier dans la durée et qui font écho aux critiques qui s’élèvent depuis plus d’un an notamment du côté du collectifs On se laisse pas faire et Quartiers Nord. Dans leur argumentaire détaillant les raisons de son opposition, ils insistent notamment sur “le passif d’Euromed”, avec en première ligne l’exemple repoussoir de la rue de la République et le profil des néo-Euroméditerranéens (“de jeunes couples d’actifs plutôt aisés et qualifiés”, dixit une étude de l’Agam).

La revendication : “non aux expulsions locatives, maintien de la population, non à la spéculation, maintien des activités”. Avec derrière une critique de fond : “Euromed poursuit un modèle de développement économique (délocalisation des activités industrielles, tertiarisation, spéculation immobilière) qui est responsable de la crise actuelle”.

Logements sociaux mais aussi tours “avec vue sur la mer”

“Je sais qu’il y a beaucoup d’inquiétudes”, avait prévenu d’emblée Samia Ghali, qui a toutefois appelé à “ne pas tomber dans l’intox”, notamment de cartes qui circulent faisant état de larges démolitions. Et c’est bien la question du logement qui a été, avec celle de l’emploi local des jeunes, au coeur des discussions. “On est dans un secteur tendu, avec une population précaire. Qui dit aménagement du cadre urbain – et je le souhaite – dit augmentation des loyers, on l’a vu ailleurs”, craignait un acteur associatif.

Même si on peut s’étonner qu’elle comprenne déjà des prévisions à l’unité près (5136), le détail présenté par la plaquette (1 750 sociaux, 875 à coûts maîtrisés, 250 logements pour les étudiants, 350 pour les personnes âgées) est plutôt de nature à rassurer. Concernant les 1500 logements qui doivent être réhabilités aux Crottes, le directeur général d’Euroméditerranée François Jalinot a également assuré qu’elles se feraient “en maintenant la population en place”. Guy Teissier précisant “qu’on va commencer au niveau de la ZAC, là où il y a des friches, des terrains nus. En y construisant avant, on pourra reloger les gens là où il y aura des démolitions”.

Les orientations d’aménagement pour Euromed 2 du futur plan local d’urbanisme (PLU) – qui là encore semblent singulièrement avancées pour un projet tout juste soumis à concertation – laissent toutefois entendre que la suite sera peut-être moins du goût des détracteurs de la spéculation : on y évoque, sur le futur boulevard de la Corniche “des constructions de logements de grande hauteur avec vue sur la mer”. Plutôt H99 que parc Bellevue on s’en doute…

  3 décembre 2012.
Elle s’organise autour de l’exposition au Centre d’Information d’Euroméditerranée, au rez-de-chaussée des Docks où se trouve le cahier de remarques ainsi que dans le parc François Billoux (13015).
La concertation est ouverte jusqu’au 3 décembre 2012. Expo et registres au centre d’Information d’Euroméditerranée, aux Docks de la Joliette. Registre également en mairie du 15/16. Le projet de ZAC Littorale sera présenté au conseil d’administration d’Euroméditerranée en mars 2013. Vous pouvez trouver des infos sur le site de la concertation, mais on vous conseille également les documents beaucoup plus bruts du PLU :

Disclaimer : comme vous l’avez peut-être déjà constaté, Euroméditerranée fait partie des annonceurs actuels de Marsactu.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire