Entre la direction et les supporters de l’OM, une mauvaise passe décisive

Actualité
le 17 Fév 2021
7

En menaçant les groupes de supporters historiques de les écarter des travées du Vélodrome, les dirigeants de l'Olympique de Marseille s'attaquent à l'un des symboles du club. Un point de rupture semble avoir été atteint, aboutissement de plusieurs années d'échanges tendus.

Tifo lors du match OM - Lyon, le 10 novembre 2019 au stade Vélodrome. Image : Rémi Baldy

Tifo lors du match OM - Lyon, le 10 novembre 2019 au stade Vélodrome. Image : Rémi Baldy

L'enjeu

Le directeur général a informé les groupes de supporters qu'il envisageait de rompre la convention qui les lie et organise notamment leur accès au stade.

Le contexte

Le 30 janvier, des dizaines de supporters ont pénétré dans le centre d'entraînement, occasionnant des centaines de milliers d'euros de dégâts selon le club.

En période de crise sportive pour un club de foot, la phrase revient régulièrement dans la bouche des supporters. “Les joueurs, les entraîneurs et dirigeants passent, mais les fans restent”. Pour l’Olympique de Marseille, les crises se suivent. Parfois se ressemblent. Mais cette fois, les conséquences pourraient sortir de l’ordinaire. Principalement pour les groupes historiques […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Lucien LAURENT Lucien LAURENT

    Un prétexte pour des histoires de gros sous

    Signaler
  2. Latécoère Latécoère

    Une précision utile: Ce “supporter” salarié par l’OM, c’est justement Rachid Zeroual, le leader des Winners dont on parle plus loin.
    Le magazine “Pieces à conviction” l’avait rencontré il y a quelques années. https://fb.watch/3Iy-PC5_LS/

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Vidéo à na pas montrer aux investisseurs potentiels…

      Signaler
  3. Opiniatre Opiniatre

    Tout cela pour 11 garçons qui courrent après un ballon…

    Signaler
  4. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    La fermeture temporaire du stade permet à l’Om d’échafauder ce genre de plan sans avoir à redouter des mouvements de foule dans les virages. On n’ose imaginer la reaction des supporters s’ils pouvaient assister aux matchs dans la situation actuelle. Il est évident que les évènements récents servent de prétexte pour (tenter de) mettre fin à un dispositif coûteux pour le club, en ce sens qu’il ne peut fixer librement le prix de la billetterie dans les virages, ou un siège rapporte deux à trois fois moins que dans les tribunes Jean Bouin ou Ganay. Pas sûr que ce soit un bon calcul. Si l’Om alignait ses prix sur Paris, par exemple, le prix de l’abonnement doublerait. Les supporters suivraient ils alors que l’équipe propose un spectacle assez médiocre ? L’Om se distingue jusqu’ici par une fréquentation du stade beaucoup plus élevée que la moyenne et risquerait aussi de se banaliser avec des affluences à moins de 40 000 spectateurs. Ce qui repose par ailleurs la question du coût d’un stade de 67 000 places finalement surdimensionné… L’équipe dirigeante lance donc la mère des batailles, sabre au clair. Ça passe ou ça casse. Les supporters seront matés, ou l’actuelle direction sombrera.

    Signaler
    • Latécoère Latécoère

      Je ne pense pas que l’enjeu soit le prix des places en virage. Le stade est bien assez grand (trop peut-être) pour gagner de l’argent avec les tribunes. Avec le COVID tous les clubs de foot sont dans l’incertitude. Les études montrent que les jeunes se désintéressent du football et on ne sait pas si le public reviendra dans les stades. Le rôle singulier des clubs de supporters à Marseille est à double tranchant, la ferveur et la passion incite à venir au stade mais la violence peut être un frein. Quand il ne reste plus que des insultes et la violence cela devient un problème pour le club. Et il ne peut pas continuer à le laisser pourrir.

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      On ne deplore pas de sérieux problèmes de violence au Vélodrome, même s’il y a eu quelques bagarres à sa périphérie, tout cela est sous contrôle. La violence y est surtout verbale. Mais en cherchant à circonvenir les clubs de supporters, ou à les disperser dans l’ensemble des tribunes, on prend aussi le risque de rompre un équilibre précaire. Quant à la préoccupation mercantile, ne doutez pas un instant qu’elle est bien présente dans l’esprit de l’équipe dirigeante. L’abonnement en virage rapporte 170 euros, tandis que les abonnements les moins chers, à proximité immédiate des virages, se négocient autour de 400 euros, soit un anque à gagner (au moins théorique) de l’ordre de 4 à 5 millions par an. De quoi payer un vrai loyer à la Ville…

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire