Enquête ouverte pour escroquerie sur le parachute doré d’un ex patron de Logirem

Enquête
le 6 Avr 2021
3

Le parquet de Marseille a ouvert une enquête préliminaire visant le bailleur social après le départ rocambolesque d'un ancien directeur général. Selon des éléments recueillis par l'Agence nationale du contrôle du logement social, l'opération a coûté près de 500 000 euros.

Le bailleur social a laissé repartir un de ses dirigeants avec un chèque de plusieurs centaines de milliers d'euros. (Photo JML)

Le bailleur social a laissé repartir un de ses dirigeants avec un chèque de plusieurs centaines de milliers d'euros. (Photo JML)

Logirem va devoir rendre des comptes. Selon nos informations confirmées de source judiciaire, le parquet de Marseille a décidé d’ouvrir une enquête préliminaire pour escroquerie concernant le bailleur social. Celle-ci est relative à l’attribution d’un parachute doré à l’un des anciens directeurs de Logirem, pour plusieurs centaines de milliers d’euros. Cette décision intervient après une […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Richard Mouren Richard Mouren

    Composition (actuelle) du Conseil d’Administration de Logirem: 1 président, 1 vice-présidente, 4 administrateurs à titre personnel, 3 représentants des locataires, la Caisse d’Epargne CEPAC, la Caisse d’Epargne Côte d’Azur, la Métropole Nice Côte d’Azur, la Communauté d’Agglomérations Sophia Antipolis, la Métropole Marseille Provence. Qui, dans ce conseil, s’est opposé à l’attribution du parachute doré? Leur avis a-t’il même été demandé ?

    Signaler
    • Zumbi Zumbi

      Il y a là, en lieu et place de lutte contre l’habitat indigne, des spécialistes indignes de l’habitat.

      Signaler
  2. Jacques89 Jacques89

    Quand on voit l’organisation de ces sociétés principalement financées par des banques très éloignées des besoins réels des bénéficiaires des actions à mener, on se dit qu’on n’est pas à l’abri d’une crise des subprimes… et d’un sauvetage des actionnaires avec nos impôts. Autant employer des fonctionnaires dans un cadre règlementaire strict. On y voit plus clair!

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire