[En images] La marche blanche du 10 novembre se teinte de colère noire

Actualité
Lisa Castelly
10 Nov 2018 7

Cinq jours après l'effondrement des immeubles de la rue d'Aubagne, qui ont fait huit morts, plusieurs milliers de Marseillais ont participé ce samedi à une marche blanche allant du cours Julien à l'hôtel de Ville, en traversant Noailles.

Un manifestant hurle "Gaudin démission" sous les fenêtres de l'hôtel de Ville. (Image LC)

Un manifestant hurle "Gaudin démission" sous les fenêtres de l'hôtel de Ville. (Image LC)

Noailles se préparait depuis la veille à honorer ses victimes. Quelques minutes avant le départ de la marche blanche on peaufinait les dernières banderoles autour d’un café, dans le local devenu point de rencontre, rue de l’Arc. Au même moment, à l’extrémité de la rue d’Aubagne, beaucoup déposaient fleurs et bougies sur les barrières empêchant l’accès au périmètre.

Derniers préparatifs rue de l’Arc. (Image LC)
Des fleurs et des bougies en hommage aux victimes, en haut de la rue d’Aubagne. (Image LC)
Fleurs déposées à proximité des immeubles effondrés. (Image LC)

Peu après 15 h, la foule silencieuse s’est élancée d’un cours Julien noir de monde. Un flot difficile à mesurer, empruntant les routes et les trottoirs, avec très peu de pancartes, et ci et là des fleurs blanches. Apolitique selon le souhait des habitants, on croise quelques élus de la gauche locale, les députés et quelques cadres de La République en marche, à l’écart du cortège de tête, sans drapeau ni slogan. Selon le collectif Noailles en colère, qui a organisé l’événement lancé par un particulier, 10 000 personnes y ont pris part. Singulier parcours qui a vu des milliers de personnes traverser Noailles, au plus près du lieu du drame enserré dans son périmètre de sécurité où les recherches sont désormais clôturées.

Le cours Julien, point de départ de la manifestation à 15h. (Image LC)
Deux petites filles participent à la marche en famille. (Image LC)
Un manifestant porte sur lui la photo d’une des victimes de l’effondrement. (Image LC)
Rue d’Aubagne, la foule applaudit en rythme en hommage aux victimes. (Image LC)

Alors que le cœur du cortège s’engouffre dans Noailles en traversant le cours Lieutaud, devenu piéton pour les besoins des opérations, un « boum » suivi de hurlements stridents happe l’attention des manifestants. C’est un balcon qui a cédé sous le poids d’une mère et son fils qui regardaient la marche. Un attroupement se crée, et les secours arrivent rapidement depuis le poste de commandement voisin. Trois personnes ont été légèrement blessées. Hallucinant rappel de l’état des immeubles du quartier, s’il en était besoin.

Un balcon a cédé sous le poids d’habitants qui regardaient le cortège, cours Lieutaud. (Image LC)

Noailles traversé, la foule emprunte la Canebière et rejoint le Vieux-port, direction : l’hôtel de ville.

Deux manifestantes rue d’Aubagne. (Image LC)
Une manifestante tient un rameau d’olivier. (Image LC)
Trois manifestantes. L’une d’elles porte une étiquette « Colère noire ». (Image LC)
Aux alentours de 16 h, la marche s’étend de Noailles jusqu’au Vieux-Port. (Image LC)

Arrivés devant l’hôtel de Ville, où les drapeaux ont été mis en berne le temps du rassemblement, les participants à la marche renoncent au silence pour passer aux huées ainsi qu’aux « Gaudin démission« , »Gaudin en prison » et autres « Gaudin assassin« . Rassemblés derrière une banderole et protégés par un service d’ordre bénévole, plusieurs proches des victimes prennent la parole, évoquant le frère, ou l’ami perdu, parfois sans pouvoir vraiment parler, frappés par l’émotion. « On ne pensait pas qu’il y aurait autant de monde« , reconnaît l’une d’entre eux, après avoir remercié les secours et les enquêteurs à l’œuvre depuis lundi.

Kevin Vacher, l’un des initiateurs du collectif « Noailles en colère » prend ensuite le micro pour lire un discours écrit par le groupe, porteur de nombreuses revendications faites à la municipalité pour une meilleure prise en charge des évacués et des habitants du quartier, et pour une lutte accrue contre l’habitat indigne (à lire en intégralité ici). « Nous n’oublierons jamais », conclut ce proche de la France insoumise sous les clameurs des manifestants, avant d’appeler à un nouveau défilé ce mercredi à 18 h : ce sera une « marche de la colère ».

Proches et habitants du quartier ont pris la parole devant l’hôtel de Ville. (Image LC)
Kevin Vacher, un des initiateurs du collectif Noailles en colère, a lu un texte écrit en groupe. (Image LC)
Une manifestante prend la pose devant l’hôtel de Ville. (Image LC)
Banderole devant l’hôtel de Ville en fin de marche. (Image LC)

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire