En attendant Quartiers libres, les écoles de la Belle-de-Mai sont déjà dans le rouge

Actualité
le 19 Juin 2019
5

Pour la première fois, la Ville de Marseille est confrontée à une étude prospective sur la fréquentation des écoles du 3e arrondissement. Réalisée dans le cadre du projet de transformation urbaine "Quartiers libres", elle prévoit une réelle surchauffe dès la rentrée, avec trop d'élèves et pas assez de classes. En attendant de nouvelles écoles d'ici trois ans.

En 2016, une manifestation des parents d'élèves pour demander l'ouverture de classes à la Busserade (3e). Photo : Esther Griffe

En 2016, une manifestation des parents d'élèves pour demander l'ouverture de classes à la Busserade (3e). Photo : Esther Griffe

« Plus de place. Tous les élèves recensés, seront désormais sur liste d’attente. Merci pour votre compréhension. » Ce n’est ni une établissement cossu, ni une super colonie de vacances qui affiche complet ce 14 juin… mais une école publique, située boulevard National (3e). Les annonces comme celle placardée ce vendredi sur la porte de la maternelle Pommier sont malheureusement familières aux parents marseillais. Ça l’est encore plus dans le 3e, où les écoles sont saturées depuis plusieurs années.

Dans le secteur, le projet urbain « Quartiers libres », qui couvre 140 hectares de Saint-Charles à la Belle-de-Mai, fait face à de fortes attentes de la part des habitants, inquiets de la construction de 6000 logements sur les pentes qui montent à la gare. Les prospectives scolaires réalisées par les acteurs du projet ont ajouté quelques degrés au niveau d’inquiétude. Au vu de la progression démographique dans le 3e arrondissement, la Ville est dans l’obligation d’ouvrir au moins trois nouvelles classes par an jusqu’en 2022, et même une école pour 2027.

« Tension »

Ces analyses ont été dévoilées par l’équipe de « Quartiers libres », en février 2019 lors d’une réunion d’information sur le projet, au cours de laquelle les écoles se sont imposées comme la préoccupation centrale des collectifs du quartier. Le graphique a ensuite été exposé à la maison pour tous de la Belle-de-Mai. Il dévoile une courbe croisant le nombre d’élèves à inscrire et les effectifs scolaires disponibles par année. La courbe se découpe en trois phases bien distinctes. La première phase, « en tension », court jusqu’à 2022, année où un nouvel établissement de vingt classes, l’école Marceau, doit être livré.

Photo du panneau de l’exposition présentée à la maison pour tous Belle de mai.

Cette livraison sera la première d’une série d’ouvertures permettant de franchement désengorger les écoles du quartier. Mais, en attendant, les rentrées risquent d’être tendues. « Nous avons d’ores et déjà les moyens d’ouvrir une classe supplémentaire à l’école Busserade dès septembre, explique Danièle Casanova, adjointe (LR) chargée des écoles. Ce site nous permet d’envisager l’ouverture de plusieurs classes en fonction des besoins car il comprend une ancienne caserne que nous n’avons pas encore exploitée. »

Quartiers libres : la carte des écoles

Loading

Les ouvertures en 2023 des écoles Jolie-Manon, des Docks Libres et de la Friche permettront même au quartier d’être en « surcapacité » d’accueil, estiment les experts. Dans le vert, l’arrondissement pourra alors enfin se permettre de fermer deux écoles en préfabriqué qui se voulaient provisoires. Busserade-Masséna, ouverte en 2010 et très vite victime de surcharge (lire notre article de 2014) et Bugeaud, ouverte près de la caserne en 2015 et soumise aux inondations et à l’insécurité.

Mais, à lire le graphique, le soulagement ne serait que de courte durée. Dès 2027, les nouvelles écoles ne permettraient plus d’absorber la démographie de l’arrondissement. C’est la troisième phase mise en lumière par « Quartiers libres ». Elle mènera à un « retour des tensions sur les établissements en l’absence d’ouverture supplémentaire », préviennent les prospectives.

La Ville n’a jamais réalisé de prospective scolaire

La conclusion des acteurs du projet est sans appel. « Dès maintenant, il faudra donc intervenir sur les écoles existantes, non seulement pour trouver des classes, mais aussi et surtout pour améliorer les conditions d’enseignement et d’accueil des enfants », conclut l’étude. Les enjeux sont nombreux sur ce secteur où dominent les établissements prioritaires (REP+). « Quartiers libres » se donne en effet l’ambition de dédoubler les classes de CP et CE1, comme prévu par la loi, mais qui se traduit à Marseille par la présence de deux enseignants par classe… faute de salles disponibles.

La problématique des surcharges de classes ne date pas d’hier. Elle a conduit en 2017 à la création du collectif « Écoles publiques du 3e » : « Des bibliothèques sont transformées en classes, il n’y a pas assez de places dans les dortoirs », accuse l’un des membres, Nicolas Steinfelds. Ce parent d’élève poursuit à l’infini l’énumération des problèmes qui frappent l’école National, celle de ces enfants, lassé de conclure toujours au même constat : « Rien n’est jamais anticipé ».

Sur ce sujet, le rectorat explique à Marsactu que « la réalité de la population scolaire accueillie est évaluée à chaque préparation de rentrée scolaire, puis comptée une fois la rentrée passée. » Les prospectives produites par Quartiers libres offrent donc à la Ville une capacité inédite d’anticiper les besoins. Et bien qu’à l’origine de ces analyses, Quartiers libres n’est pas habilité à communiquer dessus, la Ville étant seule compétente en matière de recensement et d’écoles. C’est donc l’adjointe aux écoles qui s’y colle. « Nous ne pouvions pas faire de prospective parce que le rectorat nous interdisait l’accès à la base élèves, le seul outil permettant d’évaluer l’évolution de la démographie scolaire, explique Danièle Casanova. Cela permet de s’apercevoir que 90 élèves ont quitté le quartier pendant l’année. Nous le savons, le 3e est un quartier où il y a beaucoup de mouvement notamment du fait de l’état des logements. »

2023, si tout va bien…

Lors du conseil municipal du 17 juin, la Ville a voté un partenariat tout nouveau de 115 000 euros avec l’AGAM (agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise) pour élaborer un outil de prospective scolaire. Celui-ci permettra en premier lieu « d’établir un diagnostic rétrospectif et prospectif en matière socio-démographique et de besoins scolaires » pour « élaborer des scénarios », détaille la délibération. L’outil, qui entre dès ce mois de juin en phase d’expérimentation, répondra peut-être aux multiples problématiques scolaires du 3e arrondissement.

Surtout que les dates d’ouvertures d’écoles avancées par « Quartiers libres » pourraient être retardées. En effet, l’annulation juridique du PPP (partenariat public-privé) l’hiver dernier a conduit la Ville à sortir deux futures écoles de son plan écoles : Jolie-Manon et Docks libres. Tous deux dans le 3e arrondissement, les futurs établissements seront construits via une maîtrise d’ouvrage public classique, sans attendre que le sort des autres écoles, inscrites dans le PPP, soit fixé. Mais, entre retard du lancement de la procédure et rallongement des délais via cette formule, leur livraison est repoussée de 2021 à 2023.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. MarsKaa MarsKaa

    C est la faute au Rectorat qu elle a dit D.Casanova. Parce que sinon, bien sûr que la municipalité aurait déjà anticipé et créer les classes et les ecoles necessaires, surtout dans ce quartier du 3e qui a toute leur attention.
    On les empêche de travailler, nos élus inaltérables, de mener à bien la politique urbaine, l Etat, le gouvernement, les bobos, les associatons de parents d’élèves, les gauchos, les zadistes, les habitants, et même le Rectorat.. tous sont ligués contre Marseille, c pour ça que la ville est dans cet état, peuchère, té !

    Signaler
  2. MarsKaa MarsKaa

    Et si des logements sociaux existaient dans tous les arrondissements en nombre suffisant et conformément à la loi, ainsi que dans toutes les communes limitrophes, y aurait-il autant de besoin dans le 3e ?
    Je me souviens il y a 10 ans au moins, d un instit de maternelle à la belle de Mai qui laissait eclater sa colère d avoir plus de 35 élèves (je crois 38 ou 39), qui racontait le quotidien dans son ecole, soulignant l engagement des instit, des parents, des enfants, mais aussi leur épuisement à devoir lutter pour tout, face à une municipalité sourde.
    L equipe gaudin n a que mépris pour les pauvres et les immigrés, et leurs descendants, qui sont l essentiel de la population de ce quartier. Le plus pauvre de France et il me semble d Europe…

    Signaler
  3. Pawlicki Pawlicki

    Vendredi 15 juin visite à l école bugeaud la colère des parents dont les enfants de cette école ne sont pas en sécurité. Visite de squat tous les soirs et ramassage de canettes vides et nettoyage des sanitaire ou encore wc fermé. On leur promets des monts et merveilles et même sur le parvis de l école il existe 3 portions un carré métropole un carré ville et un carré armée. Qui doivent entre eux s entendre à qui fera le nettoyage devant leur porte

    Signaler
  4. ALAIN B ALAIN B

    C’est la lutte en particulier du collectif des écoles publiques du 3ème qui a permis la création de l’école Manon à la rue Loubon qui n’était pas prévu par cette municipalité, ainsi que l’école du quartier Libre près du métro National dont il y a quelques mois notre maire adjoint CASANOVA ne savait même pas qu’il y avait un projet dans ce quartier
    Avec les dédoublements des CP et des CE1 ces écoles sont insuffisantes sachant que les bibliothèques, les salles informatiques… ont été transformés en classe
    La question que l’on peut se poser est-ce que les écoles BUGEAUD ou BUSSERADE ou RUFFI (l’ancienne car la nouvelle école RUFFI est en cours de construction) seront elles supprimées ou resteront elles sachant leurs états très dégradés….. par manque de place dans les écoles même avec les nouvelles constructions dans le quartier
    La prochaine équipe municipale aura bien du soucis avec l’incompétence de l’équipe GAUDIN à laquelle appartient BIAGGI, VASSAL….

    Signaler
  5. brimadu brimadu

    M. le recteur a-t-il lu l’article, as-t-il fourni une réponse ? Ce sont des accusations graves de la part de madame l’adjointe à la mairie de Marseille.
    Evidemment, c’est un argument incompréhensible : c’est à la mairie de faire le recensement, ce n’est pas avec les données d’onde (nouveau nom de base élève depuis plusieurs années) que les décisions de créer des écoles se prennent. D’ailleurs, comment l’équipe de Quartiers Libres a-t-elle procéder, en se basant sur onde/base élève ? Sûrement pas (ou alors très à la marge), puisque c’est une étude prospective…
    A la Busserade, c’est une salle informatique qui va être perdue en septembre si une classe ouvre. De plus, c’est bien parce que la mairie a renoncé à utiliser les bâtiments des casernes pour faire des préfabriqués qu’il faut de nouveau construire des écoles (des vraies), le surcoût est donc énorme.
    A Bugeaud, aussi en préfabriqué, le projet initial était d’au moins 16 classes, il a été diminué de moitié très tardivement pour qu’ensuite les travaux s’avère bien sûr nécessaires avec l’ajout d’un puis plusieurs bâtiments donnant lieu à des mois de travaux au niveau sonore insupportable sur temps scolaire (et un désamiantage des bâtiments à détruire à quelques mètre des classes dont il ne fallait pas s’inquiéter).
    Etc. ect. ect.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire