Élue maire du 11/12, Boyer n'a pas fini de s'écharper

À la une
Jean-Marie Leforestier
11 Avr 2014 21

Au moment des votes, leurs trois mains se sont péniblement levées, le coude ne décollant pas de la table. Robert Assante et ses amis ont dû se résoudre à laisser la mairie de secteur à Valérie Boyer. Il ne faisait pas de doutes que la perte du fauteuil dans ces 11e et 12e arrondissements se faisait pour eux à contre-coeur. L'accord avait été conclu la veille dans le bureau du maire. Jean-Claude Gaudin avait bien compris qu'en présentant Robert Assante, il n'aurait pu éviter l'accroc : sa majorité se serait divisée. Il a donc transigé en offrant à Assante un double lot de consolation, adjoint au maire et vice-président de la communauté urbaine.

Quand le scrutin - à bulletins secrets celui-là - offre l'écharpe tricolore à Valérie Boyer, aucune des 29 voix de la majorité de secteur n'a manqué. Deux anciens adjoints d'Assante retrouveront cette place dans la nouvelle équipe mais pas dans l'euphorie. Gérard Audibert est allé péniblement récupérer son écharpe auprès de l'édile élue. Une bise, un "merci" et il la retirait prestement comme un symbole d'une équipe accolée au second tour mais toujours profondément divisée.

"Se manifester après, à quoi ça sert ?"

En coulisses, l'entourage ne se prive pas de commentaires. "Je suis content pour mes amis fonctionnaires, ils n'en pouvaient plus", glisse un élu. Une autre ajoute : "Il est plutôt bien loti. Faites l'addition, vous verrez." La référence est limpide quoique rarement utilisée par les élus entre eux. Elle vise le futur cumul par Robert Assante des indemnités de conseiller général, adjoint au maire et vice-président de MPM. Lui n'en a pas rajouté ce vendredi matin : "Il y a des choses qui ne se font pas, explique-t-il. Je peux avoir une forte personnalité mais je la manifeste toujours avant. Après, à quoi ça sert ?" Le désormais ex maire de secteur veut donc tourner la page tout en restant "disponible".

Valérie Boyer quant à elle a fait passer subtilement les messages dans son discours. "Je suis heureuse que les urnes soient respectées. [...] Le courage est ce que la vie exige pour retrouver la paix", a-t-elle d'abord expliqué avant de saluer les artisans de cet accord de troisième tour. Elle a ainsi pu remercier le directeur Claude Bertrand "qui [lui] a fait confiance" et transmettre ses "amitiés" au chef de cabinet Maurice Battin puis Guy Teissier, le nouveau président de la communauté urbaine "qui est aussi une des chevilles ouvrières de la séquence de ce matin". Adjoint de Jean-Claude Gaudin, Roland Blum, qui la couve du regard, approuve le message, celui d'"une famille qui a su se rassembler".

"Elle a fait les choses à l'envers"

Pour l'élue de 51 ans, candidate à une élection pour la première fois aux cantonales 2004, une nouvelle page d'une carrière menée au pas de course s'ouvre. Si les compétences d'un maire de secteur sont minces, bien que des responsabilités sur la propreté et la sécurité devraient bientôt lui échoir, elle trouve là un ancrage et une visibilité locale que peu de postes offrent. "Elle a pour ainsi dire fait les choses à l'envers, remarque un de ses proches. Ça ne veut surtout pas dire qu'elle ne méritait pas ce qu'elle a eu. Aujourd'hui, elle arrive sur un mandat de proximité. Pour elle, c'est une première expérience de gestion dans une ville (sic) de plus de 100 000 habitants. C'est nécessaire pour ensuite monter dans les étages."

Valérie Boyer, deux fois élue députée avec l'estampille droite populaire, se refuse à aborder son avenir quand se présente à elle "une nouvelle aventure". Mais son équipe, que l'expérience en mairie de secteur va sans doute renforcer, évoque volontiers les régionales de l'an prochain "où elle pourrait bien avoir un rôle à jouer". Encore plus loin derrière se dessine l'horizon de 2020 et les prochaines municipales. Comme de nombreux quinquas de l'équipe Gaudin, Boyer pense déjà à la succession. Pas de doute : son ambition transperce déjà largement les murs de l'Algeco qui sert de mairie de secteur du 11/12.


Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire