Discussion ouverte sur les résidences fermées

Reportage
le 30 Jan 2017
11

D'année en année, des quartiers entiers se ferment à Marseille. La géographe Elisabeth Dorier et son équipe documentent l'explosion des résidences fermées partout dans la ville. Jeudi soir, ils présentaient les résultats de leurs travaux à Saint-Giniez, dans un quartier qui connaît bien cette problématique.

Quand on s’aventure dans certains quartiers, de plus en plus nombreux, il arrive qu’on se heurte à des grilles, des portails ou des murs, derrière lesquels on ne peut qu’apercevoir la rue, le chemin que l’on souhaitait emprunter. Ironie du sort, en se rendant à une conférence sur le sujet des résidences fermées, nous nous sommes aventurés par erreur derrière un de ses portails, celui du Parc Saint-Giniez. “Un centre socio-culturel ici, ah non, ça ne me dit rien !”, nous a répondu un riverain. Et pour cause, ledit centre se trouvait à 20 mètres de là, de l’autre côté de la barrière.

Les résidences fermées ne sont pas toujours les villages huppés et barricadés que l’on imagine, explique la géographe Elisabeth Dorier en ouverture de ses interventions [lire son interview à Marsactu en 2014 ici]. Comme jeudi soir, au centre socio-cuturel Etienne Milan, dans le 8e arrondissement, connu justement pour ses résidences plus ou moins cossues et surtout, de plus en plus fermées. Dans la salle un peu vieillotte du centre, une quinzaine de personnes, plutôt âgées, sont venues écouter les exposés de la chercheuse et de son équipe du LPED (le laboratoire population, environnement et développement au sein d’Aix-Marseille université), représentée par le doctorant Julien Dario et l’enseignant-chercheur Sébastien Bridier.

“Ils font la démarche de venir rencontrer les gens, je trouve que c’est une très bonne chose de confronter les habitants et les experts”, commence l’organisateur, Jean-Jacques Dupin, président de l’Observatoire des quartiers Sud. “On fait ce genre de restitution à chaque fois que l’on peut, de manière plus ou moins formelle. Bien sûr, c’est sensible comme question, les gens se déplacent parfois de loin. Ils ont l’impression de ne pas avoir trop de prise“, commente Elisabeth Dorier. Et de fait, l’auditoire est peut-être maigre, mais attentif au propos des chercheurs.

Pas que pour les riches, pas que pour des raisons de sécurité

Au coeur de la présentation, une réflexion sur les conséquences sur l’espace public de la fermeture de résidences. “Il y a aujourd’hui 1500 résidences fermées à Marseille. Et elles se regroupent, par grappes. Au début de nos recherches, on pensait trouver la plupart de ces résidences sur la colline Périer”, introduit Elisabeth Dorier. “On avait les a priori classiques : que le phénomène ne concerne que les riches, c’est faux, que la fermeture se fait par raison de sécurité, ce n’est pas vrai non plus. La plupart du temps, c’est d’abord pour des raisons de stationnement ou de voirie que l’on ferme une résidence”, complète Sébastien Bridier. Et sa consoeur de poursuivre : “Et bien sûr, ces résidences qui se ferment ne communiquent pas entre elles”. Un monsieur au premier rang bougonne, “Mais c’est normal !” Pour le moment, les intervenants poursuivent leur présentation.

Une des conséquences récurrentes des résidences fermées est de bloquer ou compliquer l’accès à un équipement public, et, typiquement, à une école, comme cela a été le cas à Coin-Joli et plus récemment pour l’école Vaccaro dans le 9e arrondissement“Beaucoup de fermetures se font a posteriori, progressivement. On décide de fermer une voie qui était déjà privée mais que les riverains laissaient jusqu’ici libre d’accès”, explique la géographe en projetant des images de grilles et murs érigés avec ou sans permis de construire aux quatre coins de la ville.

“Il y a une urbanisation sous impulsion privée”, résume Julien Dario, exemples et anecdotes à l’appui. Le doctorant a beaucoup travaillé sur les conséquences environnementales ce ces fermetures. Les parents qui ne peuvent plus emprunter des petits chemins privés jusqu’à l’école doivent faire de grands détours et finissent par emmener leurs enfants en voiture, causant embouteillages, risques d’accident et fatalement, pollution. Globalement, ses études prospectives montrent aussi que les résidences clôturées sont un vrai obstacle au développement des modes de transports doux. Quand il est impossible de traverser une voie à vélo ou à pied pour rejoindre un arrêt de bus. “Ne nous démoralisez pas trop !”, ironise une dame âgée.

“Le problème, c’est le passage des gens de l’extérieur”

Le bougon du premier rang n’y tient plus et parvient à couper les chercheurs. Habitant du 12e arrondissement, il est par ailleurs propriétaire d’un appartement à la Rouvière, cet immense résidence du 9e arrondissement, aujourd’hui partiellement fermée. “À la Rouvière, c’est exactement ça. Il y a l’école publique dans la résidence, mais la voie est privée et la mairie refuse de s’occuper de faire l’ordre. Alors on va fermer. Les parents entrent en voiture, prennent les places de parking des commerces, ils taillent la bavette devant l’école et ça fait un joyeux bazar. Il y avait cinq entrées, on les ferme une par une. Le problème c’est le passage des gens de l’extérieur !”. Les intervenants prennent note de ce témoignage animé et confirment que ce sentiment reflète bien les motivations générales.

Une des nouvelles découvertes de l’équipe de chercheurs porte sur les aspects légaux des fermetures. “La loi dite de prévention de la délinquance de 2007 va dans le sens de plus de fermetures, argumente Elisabeth Dorier, Contrairement à avant, c’est l’ouverture qui doit être votée à la double majorité. Clairement, les syndics sont encouragés à fermer. Les conflits se multiplient, ça ne peut pas mieux aller (…) Et il y a un désengagement de la ville. En dehors des arrangements au cas par cas, il n’y a pas de stratégie”.

“Un laisser-aller depuis Gaston Defferre”

La soirée avançant, les spectateurs prennent progressivement la parole. “J’habite une allée, personne n’est fichu de me dire si elle est privée ou publique. Il y a un laisser-aller depuis Gaston Defferre, assure l’homme du premier rang, visiblement désespéré. Il faudrait des gens qui aient quelque chose dans la tête dans les services municipaux…” “Certains sont très biens, mais il y a des volontés politiques”, tempère un second. “Nous avons de très bons interlocuteurs parmi les techniciens”, confirment les universitaires, Julien Dario reconnaissant tout de même une forme de “double discours” des élus, qui s’arrangent souvent pour que les voies privées le restent.

L’assemblée ne semble pas avoir d’avis tranché sur la question de la fermeture ou non des résidences. Comme le décrivent les chercheurs, ces habitants des quartiers Sud, massivement confrontés à cette réalité, s’interrogent plus sur les modalités et les conséquences du phénomène qu’ils prennent pour acquis.

Alors que la présentation s’achève, les échanges se poursuivent quelques instants, le temps de ranger la salle. Le directeur du centre socio-culturel détaille la situation dans le quartier. “La résidence en face a toujours été fermée, pour des raisons de stationnement il me semble, donc il n’y a pas de voie qui a changé de statut. Mais ça impacte sur le stationnement dans le quartier. C’est compliqué pour les gens qui participent aux activités de trouver à se garer. Forcément, en fermant tout, pour le vivre ensemble c’est plus compliqué, de marcher, se rencontrer. Il faudrait trouver un équilibre, mais le problème c’est le manque de concertation”. L’équipe de géographes appuie en effet régulièrement sur le fait qu’une grande partie des résidences que l’on connaît aujourd’hui ont elles-mêmes façonné des terrains qui n’étaient pas urbanisés. Pour les parkings et les routes notamment, les quartiers Sud manquent donc cruellement de rationalité.

 

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Sissou Sissou

    article passionnant! Je me demandais si dans la loi le droit de passage concerne uniquement les terrains enclavés ou s’il existe une loi pour éviter les détours ubuesques.

    Signaler
    • Sissou Sissou

      et quelle est la marge de manœuvre des politiques en matière d’urbanisme concernant les voies privées.

      Signaler
  2. Tarama Tarama

    J’aurais été intéressé par cette réunion.
    Cette fermeture continue et exponentielle de rues et de quartiers entiers est une calamité. On ne parle pas là de petites propriétés avec leur jardin, mais de quartiers entiers avec des voies de circulation traversantes ou desservant des équipements publics.
    Comme ce n’est jamais assez, ensuite ce sont les caméras de surveillance (et les arbres taillés sévèrement pour ne pas “gêner” l’éclairage public et lesdites caméras).

    Le vieux qui se plaint des parents qui prennent les places de parking devant l’école… c’est désespérant.

    A Mazargues, entre le rond-point du Redon et l’avenue de l’aviateur Lebrix, il n’y a pas de traversée ouest-est sur près de 3 kms (!). En pleine ville.

    La circulation est reportée sur quelques avenues, parfois des traverses, et est complètement saturée. Les aménagements cyclables sont inexistants. Les trottoirs minuscules (au coin Joli une piétonne a été tuée l’annéee dernière sur le très denageraux boulevard Ganay https://goo.gl/maps/6EFP1YSKPnN2 )
    Et les grilles sont tout aussi fermées pour les piétons et les vélos. Chacun chez soi et tous contre tous.
    Je ne sais pas où ça en est ailleurs, mais cela participe de l’agressivité de Marseille.

    Concernant le centre social St-Giniez, la résidence qui le borde a été fermée il y a… trois mois. ( https://goo.gl/maps/bqYyHSfiMf32 avant : https://goo.gl/maps/yKi4JEbu5XP2)

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Dans une étude citée précédemment par Marsactu, l’AGAM soulignait la grande faiblesse des liaisons transversales entre le boulevard Michelet et l’avenue de Mazargues, isolés l’un de l’autre sur plusieurs centaines de mètres en raison de la fermeture de voies : https://marsactu.fr/projet-durbanisme-autour-de-cite-radieuse/

      Mais comme le dit Yves Moraine dans cet article : « cela ne nous concerne pas ». Sic.

      Signaler
    • Tarama Tarama

      On se demande ce qui les concerne dans cette équipe…

      Pour les liaisons transversales c’est encore pire entre le boulevard Michelet et le boulevard Ste-Marguerite/boulevard du Redon

      Signaler
    • reuze reuze

      À ma connaissance, ce niveau de non-gestion de l’urbanisme est inégalé en France.
      Les conséquences négatives pour tous ceux qui vivent ou travaillent dans les quartiers Sud sont très importantes au quotidien.
      Mais visiblement, ça n’est pas suffisamment important pour qu’on en parle pendant les campagnes électorales.

      Signaler
  3. Jean Pierre RAMONDOU Jean Pierre RAMONDOU

    Très bon article et fidèle relation de la réunion.
    Néanmoins je fais deux observations:
    1) Concernant Gaston Defferre.
    Il est mort depuis 31 ans et lui faire porter le chapeau ( sans jeu de mots) est un peu facile.
    Depuis qu’on fait ses successeurs ?
    2) Concernant l’évocation de l’accident du Boulevard Ganay dans le commentaire de “Cehere”.
    Un lien renvoie à une photo d’une partie du Boulevard Ganay qui n’est pas celle où a lieu cet accident.
    L’accident à eu lieu quelques dizaines de mètres de là où le trottoir est très large.

    Signaler
    • Tarama Tarama

      Trottoir très large (sur 50 mètres et très étroit avant et après) mais le passage des piétons pour y accéder est entravé par les voitures en stationnement. L’accident à eu lieu à 20/25m de la vue, il faut cliquer pour avancer dans streetview.

      Ce boulevard est dangereux, les trottoirs dégradés et très étroits. La circulation y est rapide car il devient à sens unique à cet endroit là.
      Y renvoyer la circulation piétonne des familles et enfants qui se rendent à l’école primaire et au collège Coin Joli est indigne.
      C’est pourtant ce qu’a fait sans scrupules (et illégalement) le syndic du lotissement coin joli.
      Auparavant les piétons pouvaient passer par le lotissement, dont les rues étaient déjà fermées à la circulation automobile traversante

      Signaler
  4. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Il y a, dans un article de Marsactu paru en 2014 sur le même sujet, un ensemble éclairant de cartes qui montre bien la croissance phénoménale des fermetures de résidences, notamment – mais pas seulement – dans les quartiers sud : https://marsactu.fr/29-de-logements-sont-situes-en-residences-fermees-a-marseille/

    La surface concernée par ces fermetures est désormais telle qu’elle ne peut avoir que des conséquences très négatives sur la circulation à l’intérieur de ces quartiers, en contraignant tout le monde – y compris les piétons – à des détours complètement irrationnels.

    Signaler
    • reuze reuze

      Les problèmes de circulation sont évidents et frappent absolument tous les modes de transport.
      Les piétons et cyclistes sont contraints à des détours aberrants et dangereux, les usagers des transports en commun et les automobilistes perdent un temps ahurissant dans les embouteillages.
      Les articles précédents sur marsactu nous ont appris que la ville était plusieurs fois responsable de cet état de fait: (1) elle n’a pas racheté la voirie privée quand les copropriétés étaient prêtes à la lui céder, (2) elle continue à autoriser les promoteurs à construire des logements supplémentaires au-delà des capacités actuelles de la voirie, et sans augmenter ces capacités quand c’était possible, (3) elle n’a absolument pas contrôlé la légalité des procédures de fermeture des voies existantes.
      Au final, la situation s’est considérablement dégradée depuis 20 ans.
      Beau travail, continuons à les réélire.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire