Didier Raoult, 70 ans et des problèmes de rancœurs

Actualité
le 21 Avr 2022
15

À quelques mois de son départ à la retraite et contrairement à ses habitudes, Didier Raoult a invité la presse ce mercredi. Le professeur désormais émérite, qui n'hésite pas à jouer de son âge comme d'un argument, a tenu à revenir sur le traitement médiatique de son cas. Sans regrets mais avec amertume.

Didier Raoult en conférence de presse le 20 avril 2022. Photo Violette Artaud.

Didier Raoult en conférence de presse le 20 avril 2022. Photo Violette Artaud.

“Je donnerai une conférence de presse le mercredi 20 avril à 14 h 30.” Le message, lancé il y a une semaine sur Twitter, est lapidaire. Un objet ? Un communiqué qui en dirait plus ? “Didier Raoult a tweeté”, nous répond en substance le service de presse du professeur. À 70 ans, le directeur de l’IHU devra quitter ses fonctions dans les prochains mois. Va-t-il se prononcer sur sa succession, lancée par le conseil d’administration ? Se lancer dans une nouvelle aventure ? À moins qu’il ne prévoie, à quelques jours du deuxième tour de l’élection présidentielle, de faire une annonce politique ? Dans les rédactions, où l’on a fini par s’habituer aux rebondissements en ce qui concerne le personnage, on fait preuve d’imagination. BFM Marseille prévoit même une édition spéciale. Mais en journalisme, la boule de cristal n’a jamais été très utile.

“Si vous êtes venus pour chercher des recommandations de vote, vous pouvez repartir”, annonce d’emblée Didier Raoult devant un parterre de journalistes. Entouré de deux de ses avocats, le patron de l’IHU n’est pas là pour parler politique, ni même de sa succession, qu’il jure ne pas vouloir gérer. “Je pourrais trouver une personne bien qui finalement péterait les plombs une fois à la tête de l’IHU, répond-il sur ce deuxième point. Je préfère que ce choix soit indépendant de moi, je ne veux pas porter la responsabilité d’un échec.” Quant à une éventuelle nouvelle aventure, Didier Raoult n’est pas du tout sur ce registre, préférant mettre en avant ses dernières vacances bien méritées et son grand âge. Non, celui qui a été sous les feux des projecteurs depuis le début de la crise n’a pas convoqué la presse pour parler d’avenir. Mais plutôt du passé, comme un solde de tous comptes.

“Qu’est-ce qui s’est passé avec l’hydroxychloroquine ?”

“Je ne comprends pas ce qu’il nous est arrivé”, débute le spécialiste en infectiologie. Les premiers chiffres qui sortent de sa bouche n’ont aucun rapport avec sa discipline : “150 vidéos, 120 millions de vues. Cela fait partie de mon métier de chercheur de transmettre la connaissance.” Pourtant, Didier Raoult insiste, il a subi “la violence du harcèlement” pour avoir fait cela. D’où vient ce harcèlement ? Des médias, justement présents devant lui. “Qu’est-ce qui s’est passé avec l’hydroxychloroquine ? C’est une histoire de fou !, rembobine le directeur de l’IHU. Jamais le conseil de l’Ordre des médecins ne m’a reproché l’usage de la chloroquine.” 

S’il dénonce des fausses accusations relayées par la presse, Didier Raoult joue là sur les mots. Le conseil de l’ordre des médecins ne lui a en effet jamais reproché d’avoir tenté de soigner des patients avec cette molécule. En revanche, la chambre disciplinaire de cette instance lui a reproché d’avoir promu l’hydroxychloroquine comme traitement contre la Covid-19 en communiquant “des informations qui ne s’appuyaient sur aucune donnée confirmée”. Une procédure qui a d’ailleurs abouti à un blâme à l’encontre du professeur. “Le conseil de l’ordre me reproche mon manque de courtoisie à l’égard de certains médecins, qui m’ont manqué de courtoisie. Mais pas ma pratique”, défend-il encore en précisant qu’il ne fera pas appel à cette décision.

Sur l’affaire de la tuberculose, les patients au courant ?

La pratique de la médecine et de la recherche au sein de son institut a pourtant été pointée dans une autre affaire. Fin octobre 2021, un article de Médiapart, relayé par Marsactu, mettait en avant des irrégularités dans les essais menés sur le traitement de la tuberculose résistante au sein de l’IHU. Sur ce point, Didier Raoult est formel : “Il n’y a jamais eu d’essai sauvage sur la tuberculose à l’IHU”.

Le traitement délivré n’était pourtant pas celui prescrit traditionnellement. Mais, semble promettre Didier Raoult dans une longue réponse bien fournie en termes scientifiques comme il sait le faire, il n’a pas causé d’effets indésirables. Quant à la question, essentielle, de l’information des patients, il la balaye d’un revers de la main : “Nous avons déjà connu six inspections. Tous les deux ans, on va voir ce qu’ils font comme bêtises à Marseille. La première chose que regarde l’ANSM [agence nationale de sécurité du médicament, ndlr] c’est si les patients sont bien prévenus. Je peux vous dire que sur ce point, on est prudent.” L’ANSM a, elle, saisi la justice pour des infractions à la législation encadrant les recherches sur la personne humaine.

Une dizaine de plaintes

Des plaintes, le professeur en a aussi déposé dans cette affaire, mais pour un autre motif. Selon les avocats qui l’entourent, une dizaine de procédures ont été lancées. Didier Raoult dénonce une cabale. Sans citer de noms, il vise “trois personnes internes à l’AP-HM” qui ont brisé le secret médical pour s’octroyer de manière illégale des dossiers patients afin d’en faire l’article susmentionné. Tandis qu’une partie des plaintes a pour objet la diffamation, l’autre moitié concerne ce “bris de glace” du secret médical. Pour le moment, le parquet n’a toujours pas décidé d’ouvrir d’enquête préliminaire.

“Nous ne sommes pas dans une logique d’apaisement, il n’y a plus lieu d’être tolérant. Le temps est venu d’établir la vérité sur tout ce qui a été construit autour du professeur Raoult sans aucune preuve scientifique, pour porter atteinte à son honneur, à sa réputation, à tout ce qu’il a construit”, clame Massimo Bianchi, l’un de ses conseils, sans attendre d’être convoqué dans un tribunal.

Ne pas détruire l’IHU, surtout. S’il annonce partir en septembre et rester loin du recrutement de son successeur, Didier Raoult tient à son “bijou”. “Trente ans pour faire ça. Il faut maintenant faire attention à l’énervement politique qui risquerait de détruire quelque chose d’indispensable”, à Marseille, pour la recherche, insiste l’homme qui devra bientôt quitter sa blouse blanche. Avant de finir sur une citation de Paul Claudel : “La seule récompense qu’il mérite, c’est l’ingratitude”, conclut le professeur, en homme qui a l’habitude de faire les questions et les réponses.

Actualisation le 23 avril 2022 à 15h : correction de la citation finale

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. MarsKaa MarsKaa

    Bref, il n’avait rien à dire, sinon “tout ce dont on m’accuse est faux, je suis une victime”.
    Pourquoi donc cette conférence de presse, et surtout actuellement, à quelques jours du 2e tour ? Pourquoi cette volonté que la presse parle aujourd’hui de lui ?

    Signaler
  2. Richard Mouren Richard Mouren

    Ce qui m’épate toujours, c’est cette blouse blanche, portée ouverte à la cool, dans le plus pur style des Inconnus ou des séries américaines. A la fois un drapeau et une armure. Avait-il besoin de deux avocats (dûment habillés de noir, pour le contraste?) à ses côtés pour ce genre de conférence de presse? Peut-être un avertissement pour ceux qui risqueraient de l’attaquer: voyez ma force! Bravo à Violette Artaud qui a su capter le geste messianique tout en le cadrant devant une porte (prémonitoire?)

    Signaler
  3. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Il n’y a qu’un seul responsable à la piteuse fin de carrière de Raoult : lui-même. Quand on s’affranchit de toutes les règles sous prétexte qu’on est, croit-on, “le meilleur”, il ne faut pas trop s’étonner d’être rattrapé par la patrouille.

    Le plus ennuyeux est le mal que cet individu a fait à la recherche médicale et à “son” IHU. Sans compter les dégâts dans l’opinion publique, dont une partie est plus que jamais persuadée que la démarche scientifique est une idéologie parmi d’autres, et que l’affirmation sans preuve vaut quelque chose.

    Signaler
  4. zebulon13 zebulon13

    Ce n’est pas parce qu’il est minoritaire qu’il a forcement tort. On peut lui reprocher son attitude certes mais on ne peut pas lui reprocher ses très grandes compétences. Les lobbys scientifiques et politiques n’ont pas réussi à le faire tomber, il reste droit dans ses bottes. Bravo à lui!

    Signaler
    • RML RML

      Mais on peut lu reprocher l abus de sa position de pouvoir en racontant des conneries aux citoyens en roue libre sur sa chaîne YouTube!

      Signaler
    • Opiniatre Opiniatre

      Droit dans ses bottes et surtout seul. Pas besoin de lobbys pour le faire tomber, il s’en est occupé tout seul, à force d’affirmations péremptoires et jamais recoupées par ses pairs. La médecine c’est comme le foot, c’est un sport d’équipe, les compétences individuelles ne prennent de valeur que si elles viennent (s’)enricher des travaux dans le monde entier. Fin de parcours peu glorieuse pour lui, et dommage pour Marseille encore une fois vue comme un le lieu des bravaches.

      Signaler
  5. Assedix Assedix

    “70 ans et des problèmes de rancoeurs”, j’adore ce titre!
    Il résume à lui seul le personnage qui voudrait se mettre en scène comme un vieux sage indifférent à la critique, mais qui s’accroche à son image comme un ado en manque de reconnaissance.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Cela me fait penser à quelqu’un ? .Mais qui donc ?

      Signaler
  6. Titi du 1-3 Titi du 1-3

    Avec les thunes gagnées grâce à ses vidéos, il pourrait changer de chemise……

    Signaler
  7. C. Apothéloz C. Apothéloz

    Violette et Claudel

    Suite à la conférence de presse de Didier Raoult, Mars Actu produit un compte rendu emberlificoté qui a bien du mal à justifier le fait que le soi-disant gabian aie copié-collé un article « d’investigation » de Médiapart sur les essais imaginaires de l’IHU sur la tuberculose. Or problème, cet article repose sur le piratage de données personnelles de patients, piratage réalisé à partir de l’APHM . Une taupe, et même trois, affirment les avocats de Didier Raoult qui ont transgressé le secret médical et ont même pu consulter le dossier personnel du professeur et de son épouse. En d’autres lieux, Edwy Plenel serait déjà parti en guerre. Mais Marseille est un domaine réservé qui ne peut avoir, a décrété l’intelligentzia parisienne, comme chercheurs que des « charlatans ».
    Violette Artaud conclut son article sur la citation littéraire de Raoult qui convoque Claudel . Soit c’est un problème d’audition et, il faut vite bénéficier du zéro dépense macronien pour les prothèses auditives , soit Violette a séché ses cours de littérature, mais elle attribue cette phrase à Didier Raoult “La seule récompense qu’il mérite, c’est la gratitude”. Or la citation réelle, bien plus sage et admettons le, pleine d’humilité de la part de Claudel donc de Raoult (l’humilité n’est pas son quotidien !) est dans le texte du Soulier de satin : “La seule récompense qu’il mérite, c’est l’ingratitude”. Ça change tout.

    Signaler
    • Julien Vinzent_ Julien Vinzent_

      Bonjour,
      Nous avons corrigé la citation qui a effectivement été mal retranscrite. Dont acte pour l’élégance du professeur, même si à mon sens cela ne change pas le fond de son message.
      Votre audition et votre connaissance de la littérature vous honorent, mais peut-être étiez-vous plus proche du professeur ?

      Signaler
    • Zumbi Zumbi

      Monsieur Apothéloz a semble-t-il décrété que le seul media indépendant fondé à Marseille par de jeunes journalistes, c’est du marseillebashingue parisieng. Vieille astuce moisie.
      C’est vrai que sur son site il présente ses compétences comme suit “Mon expérience me permet d’intervenir en écriture, réécriture et construction d’une identité narrative”. Le commentaire serait-il une offre de services au sieur Raoult ?

      Signaler
  8. jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

    Que d’amertume pour un ”grand” professeur réputé, mais le monde de la science est comme la politique , des intérêts colossaux que nous ne soupçonnons même pas et que tentent d’écrire ou d’expliquer les journalistes aux conditions de leur subjectivité.
    Je pense que ce scientifique a pris trop de lumière pour s’y être brulé les ailes…et sa réputation de scientifique.
    Rappelons nous de Louis Pasteur dont on fête le bicentenaire de la naissance en décembre 1822.

    Signaler
  9. Electeur du 8e Electeur du 8e

    On comprend mieux l’objet de cette conférence de presse sans objet ni contenu apparent quand on prend connaissance, aujourd’hui, du communiqué ultra-salé de l’ANSM qui entend saisir la justice et remettre de l’ordre dans le fonctionnement de cet IHU.

    Signaler
    • julijo julijo

      je me suis fait la même réflexion. cette invitation à la presse pour “rien” prend tout son sens.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire